Dyspnée évolutive et douleurs au niveau de la gorge

quel est votre diagnostic ?

Cas clinique

Un homme âgé de 22 ans a été envoyé dans notre institution par un service d’urgence externe pour une dyspnée évolutive et des douleurs au niveau de la gorge. Il avait parmi ses antécédents une hospitalisation pour détresse respiratoire 2 mois avant l’épisode actuel, et avait subi une longue intubation de 15 jours en réanimation.

Un scanner cervical avec injection, effectué dans ce service externe, avait retrouvé une expansion anormale de la lame cricoïdienne en forme de masse aux contenus hypodenses (Fig. 1a et b), avec un rétrécissement sévère de la voie respiratoire sous-glottique et des modifications inflammatoires des parties molles périlaryngées avoisinantes.

À son entrée dans notre service, le patient avait une température de 37,2°C, un pouls à 52, une fréquence respiratoire 15/min, et un saturomètre de pouls à 99 %. Le patient ne décrivait pas de dysphagie ou d’hémoptysie. L’examen fibroscopique a trouvé un rétrécissement sévère de la voie respiratoire sous-glottique. Les images du scanner provenant du service externe ont été examinées; devant une suspicion d’une masse du cartilage cricoïde, une IRM cervicale a été effectuée (Fig. 1c et d).

Quel est votre diagnostic?

chondrite

Fig. 1.a et b: scanner cervival; c et d: IRM cervicale.

Voir la réponse

Chondrite purulente du cartilage cricoïde.

Voir la discussion

Les abcès laryngés sont rarissimes [1]. Comme dans d’autres publications, notre patient présentait un enrouement vocal évolutif sans fièvre [1, 2, 3]. L’abcès était peut-être le résultat de l’intubation prolongée, comme dans le cas déjà publié d’un patient qui présentait une chondrite purulente des cartilages thyroïde et cricoïde [1].

L’IRM cervicale a trouvé une lésion sous-glottique de densité liquidienne avec un rehaussement du rebord, centrée à l’intérieur de la lame cricoïde, induisant un rétrécissement sévère de la voie respiratoire, avec des modifications inflammatoires périlaryngées avoisinantes, évoquant un abcès intracricoïde (Fig. 1). Le patient a été hospitalisé et transféré au bloc opératoire pour une trachéotomie ouverte avec laryngoscopie directe, ainsi que des biopsies et des cultures biologiques. Lors de la biopsie, une grande quantité de pus a été aspirée. En postopératoire, le patient était stabilisé et est revenu dans le service. La bactériologie était positive à Pseudomonas aeruginosa. Un traitement basé sur la ciprofloxacine a été initié. Le patient a été jugé suffisamment stable pour sortir d’hospitalisation au 4e jour postopératoire, et a ensuite été perdu de vue.

Les abcès du cartilage cricoïde sont parfois induits par une périchondrite, elle-même induite par une souffrance de la muqueuse [1, 2, 3, 4]. Parmi les causes possibles de cette affection, on retrouve: l’intubation prolongée [2], l’utilisation d’une sonde nasogastrique [2, 5], des antécédents de radiothérapie [2], des traumatismes [1, 2] ou une exposition à des gaz ou à des vapeurs chaudes [1]. Ce processus peut être majoré par l’immunosuppression [1].

Vu la rareté de cette entité et sa symptomatologie relativement discrète, son diagnostic exige un index de soupçon élevé. L’imagerie est utile pour démontrer le rehaussement du rebord de l’abcès et l’effet de masse ainsi produit au niveau de la voie respiratoire; ainsi, l’imagerie a un rôle crucial dans le diagnostic et la planification thérapeutique.

Le clinicien doit connaître les facteurs prédisposant à la périchondrite laryngée et à la formation d’abcès: l’intubation prolongée, la radiothérapie et les traumatismes, comme détaillés ci-dessus. Un index de soupçon élevé et l’imagerie en coupes sont les éléments cruciaux d’un diagnostic exact [2, 3].

Déclaration d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article

Références

En savoir plus

Auteurs

En savoir plus
Share
Tweet
Share
Share