ECN Intensif : Néphrologie

Néphrologie - ECN intensif

Ces questions de QCM (QCM 47 à 54) sont extraites de l’ouvrage Néphrologie de la Collection ECN intensif

La néphrologie est considérée comme une spécialité difficile. Elle est transversale avec de nombreuses spécialités médicales. Ne laissez surtout pas le découragement vous gagner ! Avec ce livre d’entraînement, vous pouvez faire le tour de cette belle spécialité en trois ou quatre jours !

1. Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) concernant la nécrose tubulaire aiguë ?

A - il s'agit d'une cause peu fréquente d'insuffisance rénale aiguë

B - la protéinurie y est habituellement supérieure à 1g par jour

C - les états de choc sont une des causes les plus fréquentes de nécrose tubulaire aiguë

D - cette atteinte rénale évolue en règle vers l'insuffisance rénale chronique terminale

E - l'apport d'eau et de sel diminue le risque de la nécrose tubulaire aiguë induite par les produits de contraste iodés

Voir le corrigé

2. Parmi les critères suivants, lequel est le plus fiable pour différencier une insuffisance rénale aiguë d’une insuffisance rénale chronique ?

A - l'hyperphosphatémie

B - l'anémie

C - l'hyperuricémie

D - la mesure de la taille des reins

E - l'existence de douleurs pelviennes

Voir le corrigé

3. Quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) exacte(s) ?

A - en routine, pour apprécier la fonction rénale, on réalise une estimation du débit de filtration glomérulaire (MDRD ou CKD-EPI)

B - de façon physiologique, le débit de filtration glomérulaire augmente au cours de la grossesse

C - de façon physiologique, la clairance de la créatinine ne change pas avec l'âge

D - l'hématurie microscopique est définie par la présence de plus de 20 hématies/mm3

E - la leucocyturie est définie par la présence de plus de 50 leucocytes/mm3

Voir le corrigé

4. Parmi les signes suivants, lequel (lesquels) évoque(nt) une hyperhydratation extracellulaire ?

A - oedèmes

B - hypotension orthostatique

C - confusion

D - augmentation de l'hématocrite

E - prise de poids

Voir le corrigé

5. Devant toute insuffisance rénale aiguë, quel(s) est (sont) l'(les) examen(s) utile(s) en urgence ?

A - l'ECG

B - le fond d’œil

C - le frottis sanguin

D - l'échographie rénale

E - les tests hépatiques

Voir le corrigé

6. Devant une insuffisance rénale aiguë, quel(s) est (sont), parmi les signes suivants, celui (ceux) qui est (sont) en faveur d’une insuffisance rénale aiguë obstructive ?

A - la présence de douleurs lombaires ou pelviennes

B - un antécédent de cancer pelvien même en rémission

C - un globe vésical

D - la présence d'urines concentrées

E - des antécédents de lithiase rénale

Voir le corrigé

7. Voici les résultats d’une biopsie rénale : « Microscopie optique : glomérules et vaisseaux normaux ; interstitium œdématié et infiltré par de nombreuses cellules mononucléées avec présence d’éosinophiles. Immunofluorescence : négative. »
Quel(s) est (sont) votre (vos) diagnostic(s) ?

A - glomérulopathie extra-membraneuse

B - néphropathie diabétique

C - néphropathie à dépôts mésangiaux d'IgA

D - tubulopathie myélomateuse

E - néphrite interstitielle aiguë

Voir le corrigé

8. Voici les résultats d’une biopsie rénale : « Microscopie optique : glomérules et vaisseaux normaux ; nécrose tubulaire aiguë et présence de cylindres obstructifs. Immunofluorescence : dépôts monotypiques de chaînes légères kappa dans la lumière des tubes. »
Quel(s) est (sont) votre (vos) diagnostic(s) ?

A - glomérulopathie extra-membraneuse

B - néphropathie diabétique

C - néphropathie à dépôts mésangiaux d'IgA

D - tubulopathie myélomateuse

E - néphrite interstitielle aiguë

Voir le corrigé

© 2016, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Les auteurs

Pr Marie-Noëlle Peraldi, PU-PH, service de néphrologie et transplantation, hôpital Saint-Louis, université Diderot Paris 7, Présidente du Collège Universitaire des Enseignants de Néphrologie (CUEN).

Pr Bruno Hurault de Ligny, PU-PH, centre universitaire des maladies rénales, CHU de Caen.

Pr Alexandre Hertig, PU-PH, service de néphrologie et transplantation, hôpital Tenon, université Pierre-et-Marie-Curie Paris 6.

Pr Bruno Moulin, PU-PH, service de néphrologie et transplantation, Hôpitaux universitaires de Strasbourg.

Table des matières

I Énoncés

1 – Cas cliniques
2 – QCM
3 – Lecture critique d’article (LCA)
4 – Tests de concordance de script (TCS)

II Corrigés

5  – Cas cliniques corrigés
6 – QCM corrigés
7 – Lecture critique d’article : corrigé
8  – Tests de concordance de script (TCS) : corrigés

Share
Tweet
Share
Share