e-Santé et coronavirus : des recommandations futures à l'urgence immédiate

martin-sanchez-1peUWo68Hg4-unsplash.jpg
Photo by Martin Sanchez on Unsplash.com

e-Santé et coronavirus : des recommandations futures à l'urgence immédiate

La situation imposée par la pandémie COVID-19 a accéléré les temps à tous les niveaux.

Elle a également mis à l’épreuve toutes les théories, projets et prévisions concernant le rôle présent et futur de la santé numérique, dont le potentiel se manifeste dans un contexte sanitaire aussi atypique et extrême dans le contexte actuel.

En janvier de cette année, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a inclus les nouvelles technologies en général et la santé en ligne en particulier, parmi les "13 défis sanitaires mondiaux de cette décennie (https://news.un.org/es/story/2020/01/1467872), en lui consacrant une section complète.

Dans cette section - plus précisément au point 11 - il est indiqué que "les nouvelles technologies révolutionnent notre capacité à prévenir, diagnostiquer et traiter de nombreuses maladies". Le document rappelle qu'en 2019, l'OMS a créé de nouveaux comités de santé numérique et de publication du génome humain, réunissant les principaux experts mondiaux pour examiner les preuves et fournir des conseils.

L'OMS travaille également avec de nombreux pays pour leur permettre de planifier des outils qui apportent des solutions cliniques et de santé publique, tout en soutenant une meilleure réglementation de leur développement et de leur utilisation", ajoutent-ils.

Dans cette optique, l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), dans son "Agenda pour la santé Durable pour les Amériques 2018-2030" (https://www.paho.org/hq/index.php ?option=com_content&view=article&id=13246&Itemid=42349&lang=en), souligne que cette région a fait des progrès significatifs dans le développement des systèmes d'information sur la santé, l'adoption de nouvelles technologies et stratégies de recherche et la collecte de preuves.

Afin de donner une continuité à ces efforts, le document fixe des objectifs concrets dans ce sens : renforcer les systèmes d'information sur la santé dans le but de soutenir la formulation de politiques et la prise de décisions fondées sur des données probantes, et le développement de capacités pour la production, le transfert et l'utilisation de connaissances et de technologies en matière de santé, en favorisant la recherche et l'innovation.

Le défi de l'optimisation des options technologiques

Les orientations générales qui accompagnent les recommandations pour l'avenir de ces organisations et d'autres dans le domaine de la santé en ligne coïncident pour attirer l'attention sur la nécessité et l'importance de faire bon usage de toutes les technologies et innovations qui sont mises en œuvre dans le domaine de la santé.

Ainsi, le document de l'OMS explique que "l'édition du génome, la biologie synthétique et les technologies numériques de la santé telles que l'intelligence artificielle peuvent résoudre de nombreux problèmes, mais aussi soulever de nouvelles questions et de nouveaux défis pour le contrôle et la réglementation."

Sans une compréhension plus approfondie de leurs implications éthiques et sociales, ces nouvelles technologies, qui incluent la capacité de créer de nouveaux organismes, pourraient nuire aux personnes qu'elles sont censées aider.

De même, la dernière édition du rapport de l'OCDE sur l'état de la santé dans l'UE (https://ec.europa.eu/health/state/summary_es) souligne la nécessité que les systèmes de santé répondent plus efficacement à l'évolution des besoins que présente les soins de santé, dérivés principalement des changements démographiques et aussi du fait qu'ils tirent profit de manière plus optimale du potentiel de l'innovation technologique avec pour objectif principal d’encourager la prévention et d'accélérer les soins.

Les nouvelles technologies numériques offrent de grandes possibilités de promouvoir un vieillissement en bonne santé et de parvenir à des soins plus efficaces et centrés sur les personnes. L'utilisation de dossiers médicaux ou de prescriptions électroniques est en augmentation dans tous les pays de l'Union européenne. De plus en plus de personnes utilisent Internet pour obtenir des informations sur la santé et accéder aux services de santé, bien qu'il existe des disparités en fonction de l'âge et des groupes socio-économiques.

En ce sens, Vytenis Andriukaitis, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire de la Commission européenne, a souligné lors de la présentation du rapport que "la transformation numérique de la promotion de la santé et de la prévention des maladies peut faire des gagnants et des perdants : en ce sens que ceux qui bénéficieraient le plus de la santé mobile et des outils informatiques associés sont peut-être ceux qui y ont le moins accès".

En supposant et en défendant qu'il est nécessaire de suivre les recommandations et les ajustements proposés par ces organismes, paradoxalement - et soudainement - la situation actuelle a été un véritable test décisif pour la numérisation dans le secteur de la santé, auquel elle répond efficacement.

Voici quelques exemples d'actions et d'initiatives développées dans le contexte de la pandémie actuelle et où les technologies liées à la santé en ligne s'avèrent très utiles, voire décisives :

  • App : La plupart des organismes officiels, sociétés scientifiques et autres entités dans le domaine de la santé ont renforcé leurs applications existantes ou développé de nouvelles applications dans le but d'informer, de gérer les soins médicaux ou de promouvoir la détection et l'auto-prise en charge des symptômes du COVID-19.  Parmi elles, la webapp coronamadrid.com se distingue (https://www.coronamadrid.com/). Lancée par la Communauté de Madrid, initialement conçue pour décongestionner les services de santé de cette Communauté (la plus touchée par cette pandémie) elle offre la possibilité de réaliser une auto-évaluation en cas de symptômes, de les surveiller et de connaître les lignes directrices à suivre en fonction de l'évolution.
  • Téléconsultations :  Avec l'aggravation de la situation, on a constaté une augmentation du nombre de médecins de différentes spécialités qui, tant individuellement (par le biais de chats, de twitter et d'autres réseaux sociaux) que de manière organisée (sociétés, centres de santé, etc.), offrent la possibilité de participer à des téléconsultations et/ou à des appels vidéo. Cette situation suit le "scénario" de ce qui s'est passé en Chine il y a quelques semaines, lorsque, face à l'apparition du virus, la population a eu massivement recours à la recherche d'informations en ligne et à la possibilité de communiquer avec des médecins par le biais de plateformes web et téléphoniques, donnant un coup de pouce à une industrie jusqu'alors naissante : la télémédecine, comme en témoigne un article sur le sujet publié dans le journal The Economist (https://www.economist.com/business/2020/03/05/millions-of-chinese-cooped-up-and-anxious-turn-to-online-doctor). Un exemple d'initiatives dans ce sens est #Medicalsinfrontoftheft theCOVID (https://www.medicosfrentealcovid.org/) , lancé conjointement par la société Société espagnole de médecine interne (SEMI), la Société espagnole de médecine familiale et communautaire (semFYC) et le groupe DKV, pour fournir à la population des conseils cliniques gratuits en ligne sur la pandémie. Pour sa part, la plateforme Top Doctors (https://www.topdoctors.es/) propose un service de télémédecine gratuit pour tous les médecins qui en ont besoin comme alternative à leurs consultations.
  • Renouvellement automatique des ordonnances : Compte tenu de la mobilité limitée, décrétée par l'état d'alerte dans lequel nous nous trouvons, les ministères de la santé de Madrid et d'autres régions comme Aragon, Murcie et Valence, ont mis en œuvre le renouvellement automatique de toutes les prescriptions pour les patients chroniques pour une période de 90 jours, une mise à jour qui se fait de manière informatisée. Le Service sanitaire andalou (SAS), pour sa part, a mis à jour son application "Health Respond" (http://www.sspa.juntadeandalucia.es/SaludResponde/AppMovil) afin qu'il soit possible de réaliser le renouvellement des ordonnances pour les pathologies chronique.
  • Masques et imprimantes 3D : Depuis sa création, l'impression 3D s'est imposée comme l'un des domaines les plus prometteurs des nouvelles technologies de santé. Jusqu'à présent, l'orthopédie ou la chirurgie maxillo-faciale étaient les principaux bénéficiaires de son potentiel, mais COVID-19 a rendu cette technique essentielle pour la fabrication de respirateurs nécessaire pour le traitement des personnes touchées par ce virus. De nombreuses entités et organisations concentrent leur activité sur la fabrication de ces dispositifs, mais parmi elles se distingue l'initiative Coronavirus Makers (https://www.coronavirusmakers.org/index.php/es/37-coronavirus-makers-creadores-de-esperanzas) qui regroupe plusieurs ingénieurs espagnols, axée sur la production de respirateurs à faible coût.
Share
Tweet
Share
Share