Impact du covid-19 sur les études de médecine

Il était une fois un virus. On l’appelait Coronavirus SARS-CoV-2. Ce virus n'était pas un virus ordinaire, ah non. Il avait une aptitude tout à fait inhabituelle à chambarder le monde…C'est ainsi que pourrait commencer le « conte » du coronavirus. Un « conte » cruel dont la morale reste à découvrir. Quoi qu’il en soit, dans mon article d’aujourd’hui il ne s’agit pas de bases médicales, mais des effets de la pandémie sur nous, étudiants en médecine, et comment je gère cette situation exceptionnelle au quotidien.

Corona-Medizinstudium.jpg
Photo by Sincerely Media on Unsplash.com

Le vécu de Romy, étudiante en Allemagne

un article traduit du site Connect en allemand.

Coronavirus - un défi pour les universités et une épreuve de patience pour les étudiants

Vous le savez déjà : les facultés de médecine en Allemagne sont actuellement fermées. La reprise des cours en présentiel a été reportée à l'échelle nationale, mais le début du 2e semestre maintenu (dans notre cas à Dresde, c'était le 6 avril 2020). Comment cela allait se passer exactement, personne ne le savait vraiment.  Les préparatifs de la reprise n’ont pas été simples.

Pour notre fac également, cette situation sans précédent était un défi. Néanmoins, ils nous ont informés presque quotidiennement sur la situation en cours, même si cela se résumait bien souvent au message plein d’espoir "nous vous tiendrons au courant". Je le comprends et je n’aimerais pas être à leur place.

Chaque jour, d'innombrables étudiants attendent avec impatience de nouvelles informations sur le semestre, la continuité de l’enseignement, les stages et les examens, s’inquiètent de la validation de leurs épreuves et de leur admission à l'examen d'État qui en dépend (sans parler de nos pauvres camarades qui, il y a quelques jours encore, ne savaient pas si leurs examens d’avril auraient lieu)... et ils se retrouvent face à des décisions impossibles à prendre, à ajuster au jour le jour, dans des circonstances où les responsables de la fac eux-mêmes ne savent souvent pas vraiment comment la situation va évoluer.

Comment je gère personnellement la situation

Ainsi, jusqu'à présent, le temps était dominé par l'attente, l'acceptation et encore l'attente. Chaque jour, je vérifiais mon adresse e-mail universitaire et les portails que nous utilisons pour nous connecter à l'université. En attendant, il était important d'utiliser le temps de manière judicieuse. Au début, j'étais un peu dépassée par la situation. D'un côté, je voulais m'engager et participer aux soins aux patients, par exemple dans les ambulances dédiées aux malades atteints de coronavirus, d’un autre côté je ne voulais pas rater la reprise à la fac et me trouver en décalage.

Voici comment j’ai résolu la question : je me suis inscrite sur d'innombrables plateformes où les étudiants en médecine sont recherchés pour leur aide et maintenant j'attends simplement d'être contactée et de pouvoir aider. D’ici là, j'utilise ce temps pour mes études, au moins quelques heures par jour, et je veille à ne pas trop négliger mon équilibre études/vie perso.

Du temps pour ma thèse et d'autres choses

Avec le confinement et la distanciation sociale, les belles rencontres avec les amis appartiennent malheureusement au passé. En revanche, c’est l'occasion unique de s'atteler enfin intensivement à la rédaction de la thèse, déjà commencée mais toujours remise à plus tard. En fait, c'est le moment idéal pour le faire, car pendant le semestre, on préfère souvent et bien volontiers aller prendre un café avec une copine et on reporte une nouvelle fois la rédaction d’un nouveau chapitre.

Actuellement, j'aime consacrer du temps à des séances de sport régulières. Comme beaucoup de cours obligatoires ont sauté, l’emploi du temps est beaucoup plus souple et c’est vraiment plus facile d'intégrer une pratique sportive régulière. Même si les gymnases et salles de sport sont fermés, il existe de nombreux programmes en ligne avec lesquels on peut super bien s'entraîner.

La numérisation dans les études de médecine

En parlant d'offres en ligne : depuis le 6 avril 2020, notre université a presque entièrement converti en numérique les cours et les cas fictifs de patients sur lesquels nous nous entraînons. Ainsi, un ou deux jours avant la conférence ou l'activité, nous avons le script et un fichier audio ou vidéo pour préparer le sujet.

Jusqu'à présent, cela fonctionne très bien, car ainsi on peut décider librement quand travailler sur une matière et à quel rythme. Par rapport à la conférence en présentiel, la vidéo offre la fonction de regarder plus ou moins vite, et de gérer ses pauses. J’intègre donc aussi ces cours numériques dans mon emploi du temps.

Utiliser judicieusement le temps gagné

Le reste de la journée, je passe du temps avec ma famille, je téléphone à mes amies, je planifie mentalement mon prochain stage à l'étranger et j’essayer tout simplement de tirer le meilleur parti possible de la situation - utiliser le temps « gagné » avec les mesures de confinement avec ma famille et pour mes études à la maison.

Votre Romy


Informations à jour et en accès libre sur le COVID-19 ici :

Articles covid-19 sur Connect

Centre d'information covid-19 d'Elsevier


Vous venez de lire un article de Romy Marx, étudiante en médecine en Allemagne.

Vous souhaitez témoigner de votre expérience en France ou dans un autre pays ? Ecrivez-nous !

assistant.communication@elsevier.com

Référentiels des Collèges

Études de médecine

Share
Tweet
Share
Share