Orthophonie : des jeux pour entrer dans l’écrit

Selon l’Observatoire national de la lecture (1998), on apprend à lire en élucidant consciemment les règles conventionnelles qui régissent le code écrit : la composition alphabétique des mots dans leur relation avec leur composition phonique ; les indicateurs grammaticaux qui assurent la construction des phrases ; les convecteurs logiques et chronologiques qui donnent aux textes leur cohérence.

Cet apprentissage logique s’avère tout à fait efficace pour la majeure partie des apprenants et dans la plupart des cas, le dépannage des apprentis en difficulté passe par l’itinéraire que nous avons décrit précédemment. Toutefois certaines difficultés restent insurmontables, quelques apprentis s’avèrent complètement réfractaires à la voie graphophonétique, la carence de leur conscience métalinguistique ne leur permet pas d’analyser le langage oral dans ses composantes phoniques, le code du déchiffrage leur reste lettre morte. Il faut alors les faire entrer dans la lecture par une porte d’entrée plus globale.

Nous présentons ci-dessous quelques façons de procéder.

1 à 4. Le jeu de l’alphabet

Prendre un alphabet mobile ou écrire chaque lettre sur des petits cartons séparés:

identification: Que peut-on faire? Identifier chaque lettre en posant la question: Quelles lettres connais-tu?

  • classement:
    • classer les lettres en deux catégories: celles que j’aime, celles que je n’aime pas
    • préciser pourquoi on les aime ou pas
  • trouver ensemble d’autres classements: la forme, le son qu’elles font quand on les dit
  • la reconnaissance:
    • reconnaitre une lettre au toucher (si elle est en bois ou autre matière)
    • reconnaître une lettre tracée dans la paume ou sur le dos de la main.

5. Différencier une lettre d’un chiffre

Voici des chiffres et des lettres. Entoure les chiffres en rouge, les lettres en vert, et nomme-les en même temps que tu les entoures.

6. Les lettres ont un prénom

Donner un prénom à chaque lettre:

  • A comme Anne
  • P comme Paul

7. Les lettres se donnent la main

Imaginer qu’Anne donne la main à Paul, cela fait la chaîne AP, etc.

8. Les lettres se dessinent une à une

A choisit une lettre. Il la dessine avec le doigt sur la table. Il la trace les yeux fermés. Il sent comment il la fabrique avec la bouche pour devenir un bruit, un son. Il choisit de l’écrire en se disant ce qu’il fait (ou en lui dictant ce qu’il doit faire): par exemple, un u je monte, je descends, je remonte, je redescends. Il écrit la lettre une dizaine de fois les yeux ouverts, les yeux fermés, en regardant le plafond, en la nommant.

9. La chaîne

Deux ou trois lettres se lient. Chacun choisit deux lettres pour les lier: par exemple, l et a . On les lie d’abord en les traçant avec le doigt sur la table. Ensuite sur une feuille, on choisit son outil et sa couleur, on trace les lettres en disant ce que l’on fait sans s’arrêter avant que l’on ait tracé les deux ou trois lettres.

10. La course de dénomination

On prépare dix images, on les place côte à côte. Le but est de les dénommer le plus rapidement possible (chronomètre en main). On recommence plusieurs fois pour gagner en temps. Ensuite les yeux fermés, on se rappelle le plus d’images possible.

On écrit les mots.

11. Du mot à l’image

On écrit sur fiches séparées le nom des images précédentes. On retourne les fiches, A en prend une au hasard, il essaie d’identifier le mot qui se rapporte à une des dix images. On l’aide en lui demandant d’indiquer les lettres qu’il reconnaît, de regarder la première lettre, de lui dire que c’est un mot qui correspond à une image qui commence par… (on lui énonce la première syllabe). Si A ne trouve pas, on lui lit le mot, on le décode avec lui, on peut lui demander d’épeler chaque lettre, de copier le mot.

Le but est d’associer les images avec les mots et d’être capable de reconnaître chaque mot en lui faisant préciser comment il s’y prend: par exemple, comment sait-il que c’est « table »?

Vous venez de lire le début du chapitre 13 30 jeux pour entrer dans l’écrit de l’ouvrage Entrer dans l’écrit: stratégies et outils - Plus de 200 exercices et un syllabaire

Françoise Estienne est professeur à l’Université catholique de Louvain, en Belgique. Elle est l’auteur de divers ouvrages qui abordent la rééducation du langage écrit et oral, les dyslexies, les bégaiements, la voix. Elle anime aussi des chantiers d’écriture et des logothérapies de groupe.

A lire en accès libre : le Chapitre 1 Présentation de l’ouvrage

Share
Tweet
Share
Share