Hypoglycémies chez les patients diabétiques

S. Halimi

Les hypoglycémies sont des complications aiguës inhérentes à la recherche d’un bon contrôle glycémique chez les diabétiques de type 1 puisque tous traités par insuline. Ces accidents métaboliques peuvent constituer un obstacle à l’atteinte de cet objectif, grandement altérer leur qualité de vie et les limiter dans leurs choix professionnels ou leurs loisirs. Les hypoglycémies peuvent entraîner chez eux des accidents graves, voire exceptionnellement des décès. La recherche offre aujourd’hui des solutions, comme de nouvelles insulines permettant de réduire la fréquence des hypoglycémies pour un même niveau glycémique atteint (HbA1c) et surtout des développements technologiques, capteurs utilisés seuls ou couplés aux pompes à insuline alertant le patient et/ou interrompant transitoirement la délivrance d’insuline. L’approche éducative reste néanmoins indispensable en ce domaine. Chez les diabétiques de type 2, les hypoglycémies surviennent chez les patients traités par insuline et posent le même type de problème. Pour les diabétiques de type 2 traités par sulfonylurées ou glinides, les hypoglycémies sont aujourd’hui mieux reconnues quant à leur fréquence et leur sévérité. Chez ces patients souvent âgés, un lien entre hypoglycémies sévères et surrisque de mortalité, en particulier cardiovasculaire, est aujourd’hui fortement suspecté. La question posée chez les diabétiques de type 2 ne recevant pas d’insuline est l’existence d’alternatives thérapeutiques, nouveaux antidiabétiques oraux ou injectables dont le coût est toutefois sensiblement plus élevé et en limite l’usage. D’une manière générale, la fréquence des hypoglycémies a longtemps été sous-estimée, surtout chez les diabétiques de type 2, et leur recherche systématique ainsi que leur prévention sont aujourd’hui un des fondements de nos choix d’objectifs et de traitement. Ceux-ci doivent tenir compte de la fragilité de chaque patient, de son risque hypoglycémique et donc aboutir à des objectifs individualisés sans négliger le rôle incontournable des mesures éducatives.

Mots-clés : Hypoglycémies ; Diabète ; Insuline ; Sulfonylurées ; Glinides

Auteurs

S. Halimi, Professeur émérite (SHalimi@chu-grenoble.fr). Faculté de médecine, Université Joseph-Fourier, 11, rue Voltaire, 38000 Grenoble, France. Toute référence à cet article doit porter la mention : Halimi S. Hypoglycémies chez les patients diabétiques. EMC – Endocrinologie-Nutrition 2016;13(1):1-10 [Article 10-366-R-37].

Introduction

en savoir plus

Mécanismes et symptomatologie clinique à l’état physiologique

en savoir plus

Mécanismes et symptomatologie chez les patients diabétiques

en savoir plus

Hypoglycémies chez les diabétiques de type 1

en savoir plus

Hypoglycémies chez les patients diabétiques de type 2

en savoir plus

Conclusion

en savoir plus

Références

en savoir plus

Faire l’autoévaluation
Hypoglycémies chez les patients diabétiques

Voir tous les articles en nutrition sur le blog

1. Quels sont les facteurs qui peuvent réduire les symptômes d’hypoglycémie ?

A - les hypoglycémies induites par l'insuline

B - la répétition des hypoglycémies

C - le vieillissement

D - la coexistence d'une neuropathie périphérique

E - le traitement par bêtabloquants

2. Concernant les hypoglycémies chez les diabétiques de type 1 :

A - dans l'étude DCCT, elles sont corrélées au taux d'HbA1c

B - sévères, elles entraînent fréquemment des séquelles immédiates

C - elles peuvent entraîner des décès nocturnes par trouble de conduction

D - elles surviennent plus volontiers la nuit qui suit une journée d'effort physique

E - elles ne sont pas réduites par les insulines lentes recombinantes

3. Concernant les hypoglycémies chez les diabétiques de type 1 :

A - elles ont un fort impact sur la qualité de vie

B - elles ont un fort impact sur l'entourage

C - leur fréquence est délibérément minimisée par les patients

D - elles sont suspectées d'entraîner des troubles cognitifs et mnésiques à long terme

E - leur fréquence est réduite par l'usage de la pompe à insuline couplée à un capteur glycémique

4. Chez les diabétiques de type 2, les hypoglycémies sont :

A - rares sous sulfamides hypoglycémiants

B - plus durables sous sulfamides hypoglycémiants que sous insuline

C - évitées par l'usage des gliptines en association à la metformine

D - assez fréquentes sous bithérapie : agonistes du GLP1/metformine

E - exceptionnelles sous repaglinide

5. Chez les diabétiques de type 2 :

A - viser des objectifs glycémiques stricts est cause d'une surmortalité

B - les hypoglycémies sévères sont responsables d'une surmortalité quelle que soit la stratégie thérapeutique glycémique intensive ou standard

C - les hypoglycémies sévères sont plus fréquentes en cas d'insuffisance rénale

D - les hypoglycémies sévères sont moins délétères lorsque le diabète a une grande ancienneté

E - les liens hypoglycémies sévères-morbimortalité ont guidé les nouvelles recommandations internationales

Réponses

en savoir plus
Share
Tweet
Share
Share