la dysfonction érectile

un quiz EMC Akos

Traitement de la dysfonction érectile

Vous venez de faire l’autoévaluation de l’article Traitement de la dysfonction érectile de l’EMC Akos.

Résumé

La dysfonction érectile est définie comme l’impossibilité de maintenir une érection suffisante pour avoir un rapport sexuel. En quelques années, l’arsenal thérapeutique dans la dysfonction érectile s’est considérablement enrichi. Les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (IPDE-5) sont devenus le traitement de première ligne, avec une sécurité et une efficacité d’utilisation prouvées. Les caractéristiques pharmacologiques permettent pour certains d’éviter une programmation de l’acte avec peu d’effets secondaires. En seconde ligne, les traitements locaux tels que les injections intracaverneuses de prostaglandines E1 ou le vacuum ont une place importante. Les prothèses péniennes sont une option thérapeutique de dernier recours. Chez des patients bien informés, et mis en place par des urologues ayant une bonne expérience de cette chirurgie, le taux de satisfaction est important. Cependant, la dimension psychologique ne doit pas pour autant être négligée dans la prise en charge globale des troubles sexuels, au détriment du traitement médical.

Mots-clés : Impuissance, Dysfonction érectile, Inhibiteurs des phosphodiestérases, Prostaglandine E1, Implant pénien

Plan

Introduction

Diagnostic positif

Interrogatoire

Examen clinique

Examens complémentaires à réaliser au cours du bilan initial

Prise en charge thérapeutique

Traitement étiologique

Traitement symptomatique : médicaments d’aide à l’érection

Conclusion

Déclaration d’intérêts

1. La DE est définie comme

A - l’impossibilité d’avoir ou de maintenir une érection suffisante pour avoir un rapport suffisant

B - des troubles de la libido

C - une éjaculation prématurée

D - l’absence d’érections nocturnes et matinales

E - une diminution de la sensibilité pénienne

2. Quels facteurs parmi les suivants peuvent être à l’origine d’une DE ?

A - le diabète

B - une dyslipidémie

C - une dépression

D - une hypertrophie bénigne de prostate

E - un âge avancé

3. Parmi les examens complémentaires suivants, quels sont ceux qui sont recommandés en première intention dans la prise en charge initiale d’une DE ?

A - glycémie à jeun

B - troponine

C - cholestérol total

D - FSH

E - LDH

4. Concernant la prise en charge thérapeutique de la DE, quelles mesures sont toujours de mise ?

A - le soutien psychologique

B - l’arrêt du tabac

C - la prise en compte du couple et non du patient seul

D - la prescription d’antidépresseurs

E - la proposition d’une intervention chirurgicale

5. Quels médicaments parmi les suivants sont susceptibles d’altérer la fonction érectile ?

A - le propranolol

B - la paroxétine

C - le Lipanthyl®

D - le phloroglucinol

E - la cimétidine

6. Concernant les IPDE-5, quelles sont les propositions exactes ?

A - ils sont remboursés par la Sécurité Sociale en cas d’antécédents de chirurgie de cancer de la prostate

B - ils ont l’avantage de ne pas nécessiter de stimulation sexuelle

C - ils favorisent la contraction des fibres musculaires lisses par l’intermédiaire de la voie du monoxyde d’azote

D - le Cialis 5® a l’AMM dans l’hyperplasie bénigne de la prostate et la DE

E - Le tadalafil a une demi-vie plus longue que le sildénafil

7. Concernant la prescription des IPDE-5, quelles sont les propositions exactes ?

A - même en l’absence de maladie coronarienne connue, la prescription d’IPDE-5 nécessite un avis cardiologique au préalable pour s’assurer de l’absence de contre-indication

B - chez un patient actif et asymptomatique mais tabagique, la prescription d’IPDE-5 nécessite un avis cardiologique au préalable pour s’assurer de l’absence de contre-indication

C - chez un patient hypertendu, tabagique et ayant une hypertriglycéridémie, la prescription d’IPDE-5 nécessite un avis cardiologique au préalable pour s’assurer de l’absence de contre-indication

D - chez un patient ayant eu un antécédent d’infarctus du myocarde, la prescription d’IPDE-5 nécessite un avis cardiologique au préalable pour s’assurer de l’absence de contre-indication

E - La prise concomitante de dérivés nitrés est une contre-indication relative à la prescription d’IPDE-5

8. Les injections intracaverneuses de prostaglandines :

A - sont remboursées par la Sécurité Sociale en cas de prostatectomie totale

B - peuvent entraîner une fibrose des corps caverneux

C - sont contre-indiquées en cas de pathologie cardiovasculaire

D - nécessitent une stimulation sexuelle pour être efficace

E - sont délivrées en tant que médicaments d’exception dans le cas où elles sont remboursées par la Sécurité Sociale

9. Concernant les implants péniens, quelles sont les propositions exactes ?

A - ils sont toujours proposés en première intention car ils apportent une solution efficace d’emblée

B - ils ont pour principal inconvénient de modifier l’orgasme

C - en dehors du risque opératoire, ils n’entraînent aucune complication

D - le risque infectieux est très fréquent

E - ils sont proposés en cas d’échec des autres thérapeutiques

10. Concernant les différents traitements de la DE, quelles sont les propositions exactes ?

A - les IPDE-5 sont très peu prescrits en raison de leur efficacité et sécurité douteuses

B - l’apomorphine par voie sublinguale est le meilleur traitement de la dysfonction érectile

C - la yohimbine est souvent proposée en première intention en raison de coût modeste

D - les anticoagulants sont une contre-indication relative à l’utilisation des érecteurs à dépression

E - les injections intra-urétrales de prostaglandines sont remboursées par la Sécurité Sociale

Réponses

en savoir plus
Share
Tweet
Share
Share