troubles du langage oral de l’enfant

EMC ORL

Troubles du langage oral chez l'enfant: autoévaluation de l'EMC ORL

Voir le résumé et le plan de l’article correspondant dans l’EMC ORL: Dépistage des troubles du langage oral chez l’enfant et leur classification

Toute référence à cet article doit porter la mention: Y. Chaix. Dépistage des troubles du langage oral chez l’enfant et leur classification. EMC – Oto-rhino-laryngologie 2014;9(1):1-6 [Article 20-753-A-15].

1. Concernant le développement du langage oral chez l’enfant :

A - il débute avec l'apparition des premiers mots

B - le babillage canonique n'est pas du langage

C - la compréhension des premiers mots précède de plusieurs mois leur prononciation par l'enfant

D - dès lâge de 2-3 mois, les enfants ne perçoivent plus les contrastes entre les phonèmes dans des langues étrangères

E - le développement du langage oral est normalement terminé à 4 ans chez l'enfant

2. Les tests de dépistage du langage chez l’enfant sont :

A - l'inventaire français du développement communicatif

B - le questionnaire langage et comportement

C - le dépistage et prévention du langage à 3 ans

D - l'évaluation du langage oral

E - l'épreuve de repérage des troubles du langage à 4 ans

3. Concernant le dépistage des troubles du langage oral chez l’enfant

A - la surdité est le premier diagnostic à évoquer face à un enfant qui ne développe aucun babillage à la fin de la première année

B - face à un enfant qui ne parle pas, la présence d'une notion de régression doit faire évoquer le diagnostic d'épilepsie

C - les études convergent pour impliquer les otites séreuses comme facteur étiologique important des retards de langage chez l'enfant

D - le retard de langage est un des signes d'appel de la déficience intellectuelle

E - plus de 70 % des enfants autistes présentent un retard de langage

4. Les examens nécessaires devant un retard de langage chez l’enfant sont :

A - l'audiométrie

B - le bilan orthophonique

C - l'électroencéphalogramme

D - l'IRM cérébrale

E - l'évaluation des capacités intellectuelles

5. Concernant l’aphasie chez l’enfant :

A - elle est aussi fréquente que chez l'adulte

B - les lésions survenues précocement (avant 2 ans) n'empêchent pas l'acquisition d'un langage chez l'enfant

C - les causes sont multiples mais l'aphasie n'est jamais d'origine épileptique

D - dans les lésions survenues après 6 ans, les possibilités de récupération sont quasi nulles

E - dans le syndrome de Landau-Kleffner, le trouble du langage concerne surtout le versant expressif

6. Concernant les troubles envahissants du développement (TED)

A - les domaines syntaxiques et phonologiques du langage des enfants avec TED sont généralement respectés

B - le retard de langage, lorsqu'il existe, est associé à un trouble des communications non verbales, des centres d'intérêt restreints et/ou des jeux ou des activités stéréotypées

C - l'atteinte des aspects pragmatiques du langage est une des caractéristiques principales des enfants avec TED

D - des formes frontières existent entre les TED et les troubles spécifiques du langage oral

E - il s'agit d'une cause moins fréquente de retard de langage que la dysphasie développementale

7. Concernant les troubles spécifiques du langage oral :

A - ils sont la cause la plus fréquente des retards de langage chez l'enfant

B - les formes les plus sévères correspondent dans la littérature française aux dysphasies de développement

C - ils nécessitent une évaluation des capacités intellectuelles pour éliminer une déficience intellectuelle

D - aucune exploration neuroradiologique n'est habituellement nécessaire

E - ils comprennent systématiquement une atteinte du versant réceptif du langage

8. Concernant les troubles spécifiques du langage oral :

A - des facteurs génétiques sont impliqués dans leur genèse

B - l'influence de facteurs environnementaux est exclue

C - ils partagent des facteurs étiologiques communs avec d'autres troubles du développement comme la dyslexie ou le trouble d'acquisition de la coordination

D - il s'agit d'une hérédité complexe, muligénique

E - les enfants des parents présentant un trouble spécifique du langage oral constitue une population à risque

Réponses

En savoir plus
Share
Tweet
Share
Share