Quizz Diabète

EMC Neurologie

Quiz Neuropathies chez les diabétiques

Nous vous proposons  de faire l’autoévaluation de l’article Neuropathies chez les diabétiques de l’EMC Neurologie

Résumé et plan de cet article :

Le diabète est la principale cause de neuropathie dans le monde. La forme la plus classique est la polyneuropathie distale symétrique qui atteint 50 % des diabétiques. Elle relève de mécanismes métaboliques et vasculaires. Il s’agit d’une atteinte sensitive chronique débutant et restant prédominante aux pieds. Elle peut être asymptomatique, découverte lors d’un examen clinique systématique ou à l’occasion de la survenue d’une plaie indolore du pied. Elle peut aussi entraîner des paresthésies, des douleurs ou un engourdissement. Une atteinte du système nerveux autonome peut être associée et entraîner des signes cardiovasculaires, notamment parmi lesquels l’hypotension orthostatique et la tachycardie de repos non modifiée par l’orthostatisme, ou des signes digestifs ou urogénitaux. Elle est essentiellement favorisée par l’hyperglycémie chronique et la durée d’évolution du diabète, mais également par les différents facteurs du syndrome métabolique. Le diagnostic est clinique, mais la réalisation d’un bilan biologique permet d’éliminer les autres causes de neuropathie. L’électromyogramme n’est justifié qu’en présence d’atypies cliniques. La neuropathie peut entraîner deux complications graves que sont les plaies des pieds entraînant un risque important d’amputation et la neuroarthropathie. Le traitement vise au bon contrôle glycémique, à la prévention des complications, et au traitement symptomatique des douleurs ou des troubles dysautonomiques. D’autres formes de neuropathies peuvent se rencontrer au cours du diabète. Il s’agit en particulier des compressions des nerfs, spécialement du nerf médian dans le canal carpien, plus fréquent que dans la population générale. Des neuropathies sensitives très douloureuses associées à des signes de dysautonomie peuvent être déclenchées par le contrôle rapide de la glycémie. Enfin, diverses formes de neuropathies multifocales des membres ou des nerfs thoracoabdominaux d’origine microvasculaire inflammatoire se rencontrent plus rarement. Elles justifient un avis et une prise en charge spécialisés.

Introduction

Épidémiologie

Physiopathologie 

Histologie 

Présentation clinique

Facteurs favorisants et histoire naturelle

Neuropathie dysautonomique

Formes cliniques 

Complications 

Bilan diagnostique 

Critères diagnostiques

Critères pronostiques

Traitement 

Déclaration d’intérêts

1. Parmi les suivants, quels sont les signes atypiques pour une neuropathie distale à prédominance sensitive d’origine diabétique (“ neuropathie diabétique “) ?

A - début aux membres inférieurs

B - évolution progressive

C - abolition des réflexes aux quatre membres

D - déficit moteur

E - atteinte proximale

2. Parmi les suivants, quels examens sont à réaliser pour le bilan étiologique d’une neuropathie sensitive distale symétrique chez un diabétique

A - dosage de la vitamine B12

B - immunoélectrophorèse

C - sérologie VIH

D - électromyogramme

E - aucun

3. Concernant les neuropathies démyélinisantes et le diabète, quelles sont les propositions exactes ?

A - l’ENMG d’un diabétique peut présenter des anomalies suspectes de démyélinisation

B - les PIDC sont plus fréquentes au cours du diabète

C - seule la biopsie nerveuse peut différencier PIDC et PDS

D - un déficit moteur franc peut faire suspecter une PIDC

E - la PIDC est une forme de neuropathie due au diabète

4. Parmi les suivantes, quelles sont les neuropathies que l’on peut rencontrer chez un diabétique ?

A - neuropathie par carence en vitamine B1

B - neuropathie associée à une gammapathie monoclonale

C - polyneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique

D - neuropathie héréditaire

E - aucune

5. Concernant le contrôle glycémique rapide chez un patient diabétique présentant une neuropathie distale symétrique, quelles sont les propositions exactes

A - il peut entraîner des douleurs invalidantes des membres

B - il est exceptionnel

C - il entraîne fréquemment des troubles dysautonomiques

D - l’intensité des symptômes est corrélée à la rapidité de la diminution de l’HbA1C

E - la régression partielle des troubles est fréquente

6. Concernant le contrôle glycémique lent sur la neuropathie diabétique, quelles sont les propositions exactes ?

A - il est surtout efficace dans le DT1

B - il n’est pas efficace sur la NCA

C - il améliore les douleurs

D - la prise en charge simultanée du syndrome métabolique a montré son effet sur la neuropathie clinique

E - l’étude Accord a montré une corrélation entre la mortalité et la présence de signes de neuropathie diabétique chez les patients sous contrôle glycémique strict

Réponses

en savoir plus
Share
Tweet
Share
Share