Cas clinique 8 : Enfant de 4 ans avec céphalées et vomissements évoluant depuis 10 jours avec perte de poids

Présentation du cas

Description

* Enfant de 4 ans qui présente des céphalées et des vomissements évoluant depuis 10 jours avec perte de poids.

Questions

* Comment analysez-vous l’IRM (figure 8.1) ? Quel diagnostic évoquez-vous ?

Cas clinique 8_1

Interprétation

* L’IRM (figure 8.2) met en évidence une lésion annulaire frontale gauche avec une couronne périphérique fine et feuilletée apparaissant en hypersignal T1 (a), hyposignal T2 (c) et prenant le contraste (b). La zone centrale apparaît en hyposignal T1 (a), hypersignal T2 (c) et diffusion (d) avec chute du coefficient de diffusion (e). Cette restriction de la diffusion est induite par la présence de pus qui, de par son caractère épais, réduit la diffusion des molécules d’eau.

Diagnostic

* Abcès intraparenchymateux à pyogènes (streptocoque).

Commentaires

* Les abcès intraparenchymateux sont souvent secondaires à une dissémination par voie hématogène, plus rarement par extension d’une infection de voisinage. En cas de dissémination par voie hématogène, leur localisation se fait préférentiellement au sein des noyaux gris centraux et à la jonction substance blanche-substance grise.
* Les abcès à pyogènes se présentent en imagerie avec un anneau périphérique fin, parfois plus épais et feuilleté prenant le contraste. L’anneau périphérique apparaît en hyposignal T2 du fait de microhémorragies, mais également de la présence de collagène et de radicaux libres. La zone centrale est liquidienne et apparaît en hyposignal T1, en hypersignal T2, en hyposignal FLAIR et en hypersignal en diffusion avec chute de l’ADC

L’imagerie de diffusion aide au diagnostic différentiel entre abcès à pyogènes et tumeurs nécrotiques, mais également entre abcès à pyogènes et abcès d’autre origine. En effet, en diffusion, le centre nécrotique des tumeurs apparaît en hyposignal avec augmentation de l’ADC, alors que le pus au sein des abcès à pyogènes apparaît en hypersignal avec chute du coefficient de diffusion.
Cette restriction de l’ADC est induite par le caractère épais du pus, réduisant le mouvement des molécules d’eau. Ceci n’est généralement pas le cas non plus dans les abcès d’autre origine, où le centre nécrotique présente un hyposignal en diffusion avec augmentation du coefficient de diffusion.

Cas clinique 8_2

Attention

* La présence de sang au sein du centre nécrotique d’une tumeur peut également réduire le coefficient
de diffusion.

Pour aller plus loin

en savoir plus

© 2018, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Les auteurs

en savoir plus

Vous venez de lire le cas clinique n°8 de l’ouvrage Cas cliniques en neuro-imagerie : pathologies inflammatoires et infectieuses

Share
Tweet
Share
Share