Infirmière en milieu scolaire : Ecouter, soigner, dépister

Infirmiere-en-milieu-scolaire.png

Nous vous proposons de découvrir le chapitre 1 de l'ouvrage Infirmière en milieu scolaire.

Naissance d’un projet de vie

Je serai infirmière

Du haut de mes huit ans, c’était une évidence. Je voulais soigner et soulager les souffrances de ceux qui m’entouraient. J’étais une petite fille enjouée, consciente que ma gaieté apportait du bonheur à tous les miens. J’ai grandi dans une famille très favorisée, sans souci majeur – en apparence.

Ma grande sœur avait un caractère difficile. Elle ne semblait jamais vraiment heureuse, s’isolait souvent et était en perpétuel conflit en famille ou à l’école. Malgré de grandes capacités intellectuelles, elle avait déjà doublé
deux classes avant son entrée au lycée. De cinq ans sa cadette, je m’étais jurée que je ferais tout pour la « soigner » et soulager mes parents. Je l’écoutais, la rassurais, la réconfortais et lui servais de lien entre la famille, les amis, le monde.

Au fil du temps, je découvris peu à peu les autres sources de désarroi de mes proches.

Maman vécut une enfance très malheureuse. Son père abandonna sur un coup de tête ses six enfants et sa femme. Débordée et désormais sans ressources, ma grand-mère dut laisser maman et sa sœur, âgées alors de 6 et 8 ans, dans un orphelinat pendant plusieurs années en ne donnant qu’exceptionnellement de ses nouvelles.

Papa, fils d’un chef d’entreprise fortuné, avait été comblé de tout, sauf de tendresse et de considération. Il avait hérité de l’entreprise familiale, sans joie ni plaisir. Son frère aîné, PDG, devait sans cesse le remotiver. Un de ses frères, né hors mariage et non reconnu par leur père, avait toujours été délinquant, brillant mais escroc, passant de réussites somptueuses en échecs cuisants, souvent sanctionnés par la justice. Il sombra dans l’alcoolisme.

Pour tous ces êtres en souffrance qui m’entouraient, j’éprouvais une profonde empathie et je me promis de faire quelque chose pour les soulager, les consoler. Je cherchais déjà à comprendre la relation entre les événements, les manques éducatifs ou affectifs, la réussite personnelle, scolaire ou professionnelle, la maladie.

Jeune fille, j’avais l’intime conviction que réussir sa vie, c’était d’abord être soi, s’engager à agir, aller vers l’autre et ouvrir son existence au monde. Je cherchai alors des projets correspondants à mes aspirations.

« Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être bien avec soi.»

Bernard Fontenelle

Adopter une attitude fraternelle et solidaire envers les autres me permettrait de n’être jamais seule. Ce serait aussi le meilleur moyen de m’aimer et de prendre soin de moi, car en donnant beaucoup, je recevrais tout autant.

Mon premier élan juvénile se confirmait, exercer la profession d’infirmière me semblait être ce qui correspondait le mieux à mon principal projet de vie.

A lire aussi : les toilettes scolaires un extrait de la revue de santé scolaire et universaitaire



En sortant de l’école d’infirmière, je préférai commencer à exercer ma profession dans un service de cardiologie tout d’abord, puis d’orthopédie et de chirurgie générale, afin de perfectionner mes connaissances et techniques de soin.

J’ai toujours aimé les odeurs, l’ambiance, l’atmosphère de l’hôpital. Pour moi, c’est un lieu de vie : lieu de réconfort, de soins, d’empathie, de guérison, d’accompagnement, de bienveillance, de soulagement. Je dois faire un véritable effort pour comprendre que d’autres n’y voient qu’un lieu de souffrance, de déchéance, d’humiliation, de mort.

Puis, pendant plusieurs années, je me consacrai exclusivement, avec une immense joie, à l’éducation de mes trois enfants en les aimant inconditionnellement, en les accompagnant jusqu’à ce qu’ils deviennent des adultes volontaires, confiants, créatifs, en éveil, honnêtes, capables de s’émerveiller d’eux-mêmes, des autres, de la vie.

Je repris mon activité professionnelle dans une clinique de convalescence, passionnée par ma nouvelle fonction : accompagner les patients vers un mieux-être global, physique et mental. Il s’agissait de prendre en charge des individus dans leur entièreté, corps et esprit, et non pas réduits à leur pathologie aiguë, celle-ci ayant déjà été soignée en milieu hospitalier. Mon travail consistait à écouter leurs besoins, déceler leurs souffrances, les soigner, les éduquer à une meilleure hygiène de vie. Je les amenais à accepter leurs limites, leurs handicaps, en les accompagnant vers l’autonomie, le bien-être.

Constatant les conséquences des manques affectifs ou éducatifs sur le bien-être des adultes, je fis alors le choix de travailler auprès d’enfants, en milieu scolaire. J’exerçai la fonction d’infirmière scolaire et je pris en charge la santé non plus de malades, mais d’élèves.

Après avoir travaillé dans des établissements scolaires très différents, je choisis de « m’établir » dans une ville dont la population est socialement très défavorisée. Ainsi, je réalisais pleinement mon projet professionnel : accompagner des enfants vers leur réussite personnelle et scolaire, tenter de soulager et délivrer de futurs adultes de leurs manques éducatifs et affectifs en vue de leur plein épanouissement.

La mission essentielle de toute infirmière est d’aider l’autre à conserver ou retrouver la santé, pour lui permettre d’être véritablement acteur de sa vie :

  • par l’écoute de ses besoins, de ses ressentis ;
  • par la connaissance de ses troubles physiques, sensoriels ou psychologiques ;
  • par l’orientation vers des professionnels efficaces ;
  • par le soin et le réconfort.

L’infi rmière lutte avec son patient contre la maladie, la souffrance, la colère, la rancœur, la violence, et le guide pour qu’il vive en meilleure harmonie avec lui-même et avec les autres.

Pour moi, l’infirmière doit être un révélateur qui permet à l’autre de percevoir que le bonheur est en chacun de nous, quelles que soient les épreuves que nous ayons à traverser. Avec patience, compétence, enthousiasme, persévérance,
empathie, respect, considération et bienveillance, elle permet à l’autre de vivre pleinement et d’être dans le monde avec joie.

Vous venez de lire le chapitre 1 de l'ouvrage Infirmière en milieu scolaire.

Infirmière en milieu scolaire
© 2019 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Infirmière en milieu scolaire
Ecouter, soigner, dépister
Valérie Cottin
ISBN: 9782294768392
Paru le 4 septembre 2019

En savoir plus

Valérie Cottin

Voici le sommaire détaillé de cet ouvrage :

infirmière scolaire sommaire ouvrage

expérience infirmière scolaire Valérie Cottin

L'auteur :

Valérie Cottin exerce la profession d’infirmière scolaire à l’Éducation nationale, après un parcours en services hospitaliers de cardiologie et de chirurgie, puis en clinique de convalescence.

rubrique IFSI/Infirmier

rubrique Études paramédicales

Share
Tweet
Share
Share