Identités meurtries, affiliations meurtrières

Découvrez le Sommaire et l’Avant-propos du N°302 (Janvier/Février 2016) de la revue Soins Psychiatrie – La revue de tous les acteurs du soin en santé mentale

Sommaire

Dossier coordonnné par Yoram Mouchenik, Thierry Baudet et Marie Rose Moro

  • Engagements adolescents
  • Retour ou recours au religieux dans le travail social
  • Nouvelle manière de croire dans la mondialité ?
  • Penser un évènement de conversion religieuse en clinique
  • Passage à l’acte terroriste, narcissisme et psychopathologies des identifications
  • Conversion religieuse, construction psychique et violence sacrée
  • Le rôle de l’école dans la prévention du terrorisme
  • Éléments de bibliographie

Avant-propos

Engagements adolescents

Les affiliations meurtrières et leurs traductions en haines et en terrorismes posent la question du sens et du non-sens.

La thématique de la radicalisation des adolescents commence à être explorée les recherches internationales mais elle reste cependant peu présente dans la littérature scientifique qui se concentre le plus souvent sur les jeunes adultes. C’est une problématique considérable dont on connaît mal encore, à ce jour, les développements futurs et qui est, par son impact sociétal, politique et individuel, une priorité majeure.

Dans la continuité des débats engagés après les événements de janvier 2015, les divers travaux, colloques, journées d’études qui ont eu lieu ont l’humilité et la sagesse d’avoir des ambitions limitées qui soulignent un phénomène dont le caractère et la complexité sont irréductibles à une analyse simplificatrice.

De façon contemporaine, les contextes sociaux, politiques, économiques ou historiques sont informatifs mais suffisent-ils à comprendre ces dynamiques ? L’analyse des trajectoires individuelles est indicative de points communs, mais en dit peu sur les basculements dans le passage à l’acte. Le peu de consistance de la motivation religieuse souligne un abîme dans lequel se sont construites des affiliations meurtrières.

Dans ce dossier, des cliniciens-chercheurs nous proposent modestement quelques pistes de réflexions la place de l’école, les conversions religieuses, l’islam – qui n’est pas l’islamisme –, des hypothèses psychopathologiques et une réflexion sur le retour du religieux dans le travail social.

Ces pistes ont pour ambition de permettre une interrogation de nos manières de comprendre les nouvelles radicalités à l’oeuvre dans le travail de soins, dans le travail social et à l’école. Autant de lieux où se joue le devenir des enfants et des adolescents mais aussi la qualité du lien à l’autre et du lien social

Déclaration de liens d’intérêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

Share
Tweet
Share
Share