Des nouveautés dans la revue SOINS

Deux nouvelles rubriques ont vu le jour dans la revue SOINS

Philosophie à l’hôpital

La philosophie à l’hôpital constitue un champ de réflexion en plein essor. Cette discipline propose un lieu partage de savoirs et de reconnaissances, où la dimension subjective, institutionnelle et politique du soin peut être pensée par toutes les parties prenantes de celui-ci : les patients, le corps soignant, les familles et les citoyens.

Les enjeux sont d’inventer une fonction soignante en partage et d’accorder une place primordiale au soin et à la compassion dans l’institution hospitalière et, plus largement, au sein de la Cité.

Cette rubrique est réalisée en partenariat avec la Chaire de philosophie à l’hôpital à l’Hôtel-Dieu, à Paris.

Thème déjà paru :

Agir avec compassion, penser un soin (en) commun

Accorder une place primordiale au soin et à la compassion dans l’institution hospitalière, et plus largement au sein de la Cité, est essentiel z Cette réflexion suppose de s’interroger sur les questionnements existentiels imposés par la maladie, sur le rôle primordial de la fonction soignante et la nécessité d’un agir compassionnel, ainsi que sur la prise de conscience de notre vulnérabilité commune et l’accompagnement de celle-ci.

Agir en cas d’attentat ou de catastrophe

Face à une situation impliquant de nombreuses victimes, comme lors d’un attentat ou d’une catastrophe, le rôle de l’infirmier est essentiel.

Celui-ci inscrit son action au sein d’une chaîne de secours cohérente afin de s’ajuster au mieux à la crise. Les premières minutes de l’intervention sont primordiales pour alerter les secours, protéger les victimes, identifier les urgences vitales et prodiguer les premiers soins.

Des fiches très utiles

Exemple de fiche :

Mise en sécurité et alerte des secours

Plongé soudainement au cœur d’une crise impliquant de nombreuses victimes, le soignant professionnel ou d’un soir est en mesure d’y répondre de façon efficiente. Son comportement raisonnable et raisonné lui permet d’assurer sa propre sécurité pour apporter rapidement assistance aux victimes, après avoir déclenché la chaîne des secours. Il met ainsi à distance l’impression d’être impuissant, de savoir faire sans pouvoir mettre en œuvre. S’extraire du danger est donc le premier impératif, à défaut se cacher, afin de pouvoir mener, ensuite, l’action soignante efficiente et fondamentale des premières minutes.

Pour découvrir la revue SOINS

Share
Tweet
Share
Share