Cancer du col de l’utérus

Résumé et quiz de l’EMC

Le cancer du col de l’utérus est fréquent chez les femmes jeunes ou parmi les populations immunodéprimées. Sa carcinogénèse est obligatoirement induite par le papillomavirus humain (HPV) de type oncogénique. Il existe une filiation obligatoire entre les lésions préinvasives et le cancer invasif. L’évolution des lésions intraépithéliales vers l’invasion prend de nombreuses années, ce qui permet de dépister ces anomalies préinvasives et de les traiter.

Tous les cofacteurs favorisant le contage HPV et/ou limitant la clairance de ce dernier ou favorisant sa progression constituent des risques de cancer du col. Toutefois, seuls le tabagisme et l’immunodépression ont démontré un indiscutable lien en tant que cofacteur. Le cancer du col peut être prévenu par la vaccination et le dépistage des anomalies préinvasives du col. Les vaccins HPV sont efficaces pour prévenir les néoplasies intraépithéliales cervicales de grades 2 et 3 (CIN 2, CIN 3) induits par HPV 16, 18, et certains autres HPV oncogènes chez les femmes indemnes d’infection en cours. Ils sont très bien tolérés et aucune augmentation de l’incidence des maladies auto-immunes n’est signalée à ce jour. La population cible concerne les jeunes filles de 11 à 14 ans, et la population de rattrapage celles de 15 à 19 ans révolus. La couverture vaccinale est inférieure à 40 % en France, ce qui est insuffisant pour induire une immunité de groupe. Le dépistage se fait tous les trois ans, entre 25 et 65 ans, après deux frottis annuels normaux. Le dépistage en France ne concerne que 57 % des femmes de la population cible. Tout frottis anormal doit être suivi d’investigations diagnostiques complémentaires. En dehors des lésions intraépithéliales de haut grade, ces anomalies sont souvent surveillées car leur taux de régression spontanée est élevé et suit le plus souvent la clairance virale.

Mots-clés : Cancer du col, Épidémiologie, Prévention, Vaccination, Dépistage, Frottis

Plan de l’article Épidémiologie, prévention et dépistage du cancer du col de l’utérus de l’EMC Gynécologie

en savoir plus

Auteurs

en savoir plus

Testez vos connaissance avec l’autoévaluation de l’EMC

Épidémiologie, prévention et dépistage du cancer du col de l'utérus: autoévaluation de l'EMC

Vous venez de faire l’autoévaluation de l’article Épidémiologie, prévention et dépistage du cancer du col de l’utérus de l’EMC Gynécologie

1. A propos du dépistage du cancer du col de l’utérus en France :

A - il est organisé sur le territoire

B - il est basé exclusivement sur la cytologie cervico-utérine

C - il doit être débuté dès les premiers rapports sexuels

D - il repose sur environ 14 prélèvements vie-femme

E - il a diminué significativement l’incidence du cancer invasif

2. Concernant le cancer du col de l’utérus :

A - il est strictement viro-induit

B - une quinzaine de génotypes HPV sont impliqués dans la carcinogénèse

C - il touche surtout les femmes après 65 ans

D - il passe obligatoirement par un stade préinvasif

E - il représente une maladie sexuellement transmise

3. Concernant les lésions préinvasives :

A - la filiation préinvasion–invasion est obligatoire

B - la majorité d’entre elles n’évoluera pas

C - le CIN 1 doit être traité

D - leur diagnostic histologique est très pertinent

E - leur traitement est sans risque

4. Concernant le virus HPV :

A - c’est un virus à ARN

B - il est soumis à une spécificité d’espèce

C - il est très mutagène

D - il possède environ 8000 paires de base

E - il a une structure icosaédrique

Réponses

en savoir plus
Share
Tweet
Share
Share