ECNi pôle pédiatrie : 5 questions isolées sur la méningite

QI 51

Quelle est l’incidence des méningites bactériennes tous germes confondus en France ?

A    2,2/100 000 habitants

B    50/100 000 habitants

C    22/100 000 habitants

D    5/100 000 habitants

E    120/100 000 habitants

Voir le corrigé

QI 52

Quelles sont les affirmations vraies en contexte de méningite ?

A   les méningites à Streptococcus pneumoniae sont plus fréquentes à partir de l’âge de 12 mois

B   les méningites à Neisseria meningitidis sont plus fréquentes entre les âges de 2 mois et 12 mois

C   les méningites à Streptococcus pneumoniae représentent environ 60 % des méningites bactériennes entre 2 et 12 mois

D   la réduction de la sensibilité des bêta-lactamines concerne 50 % des souches de pneumocoque et varie en fonction du sérotype

E   les méningites bactériennes tous germes confondus ont une mortalité évaluée à 10 %

Voir le corrigé

QI 53

Quel(s) est (sont) l’(les) examen(s) à réaliser à visée diagnostique en contexte de méningite ?

A    PCR méningocoque sérique : toujours utile même à distance de l’instauration de l’antibiothérapie

B    hémoculture : très utile, surtout si l’hémodynamique ne permet pas la réalisation d’une ponction lombaire

C    test immunochromatographies sériques : détecte les molécules de polysaccharide C contenues dans toutes les souches de Neisseria meningitidis

D    biopsie cutanée sur lésion nécrotique : en cas de purpura fulminans

E    hémocultures : positives dans 75 % des cas de méningite à pneumocoque

Voir le corrigé

QI 54

Dans un contexte de méningite, quelle(s) est (sont) l’(les) indication(s) de l’imagerie cérébrale avant la réalisation de la ponction lombaire ?

A    l’échographie transfontanellaire est toujours indiquée

B    en cas de hoquet

C    en cas de survenue d’une crise convulsive

D    uniquement si signe de focalisation ou signe d’hypertension intracrânienne

E    en cas de troubles de la vigilance sévères avec un score de Glasgow < 11

Voir le corrigé

QI 55

Dans un contexte de méningite à pneumocoque, quelle(s) est (sont) la (les) proposition(s) vraie(s) ?

A   un traitement antiépileptique doit être instauré à titre préventif

B   la corticothérapie par dexaméthasone est recommandée simultanément ou au plus tard 6 heures après l’instauration de l’antibiothérapie

C   une ponction lombaire de contrôle est nécessaire et indispensable

D   une évolution clinique défavorable est une indication à la réalisation d’une imagerie cérébrale et d’un contrôle du liquide cérébrospinal

E    une ponction lombaire de contrôle est nécessaire à 48 heures d’antibiothérapie en cas de CMI > 0,5 mg/l

Voir le corrigé

© 2017, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Vous venez de lire  5 questions isolées de Pédiatrie de la partie  de l’ouvrage Pôle pédiatrique : Pédiatrie/Pédopsychiatrie.

Auteurs

Béatrice Desnous-Lenoir
MD, PhD, hôpital Sainte-Justine, Montréal, Canada
Marianne Jaroussie
Interne des hôpitaux de Paris
Géraldine Voegeli
Chef de clinique assistante, hôpital Saint-Anne, Paris

Voir les articles de la rubrique Études de médecine

Share
Tweet
Share
Share