Sortie de l’ouvrage Concours Infirmier 2018

Les clés pour réussir

Lisez en avant-première la préface de cet ouvrage qui paraîtra le 16 août et découvrez le sommaire détaillé.

Préface

La profession d’infirmier1 est complexe, enthousiasmante et difficile. La formation pour y parvenir  demande donc du sérieux et de la persévérance. En toute logique, la sélection pour entrer en IFSI ne peut pas être une simple formalité : les IFSI souhaitent recruter les meilleurs éléments – ceux qui présentent certaines qualités –, mais aussi ceux qui sont prêts et se révèlent les plus motivés.

Cette sélection se fait en deux étapes : l’admissibilité (écrit) et l’admission (oral).

La logique de l’écrit est de repérer, parmi les candidats, ceux qui possèdent certaines capacités et compétences : c’est une épreuve qui teste votre intelligence et votre savoir-faire.

Votre intelligence, c’est votre capacité à faire des liens entre plusieurs notions, faits, données, à comprendre et raisonner. Votre savoir-faire, ce sont vos compétences dans la mise en œuvre de votre intelligence : savoir analyser, synthétiser, déduire, et la qualité d’organisation de votre pensée.

Vous devrez donc exercer votre intelligence et acquérir un savoir-faire.

La logique de l’oral est différente : elle se place sur le plan du savoir-être, cette alchimie complexe entre ce que je suis et ce que je veux devenir, entre motivations et futur. En sondant votre savoir-être, les jurys cherchent à repérer les candidats les plus sincères et les plus engagés ; mais le savoir-être ne s’apprend pas. Pourtant, il se travaille : un peu de méthode et beaucoup de remise en question permettent, en réfléchissant sur soi-même, d’avancer dans sa propre compréhension.

On a donc deux logiques, différentes et complémentaires, correspondant aux deux étapes de la sélection:

◗ l’écrit d’admissibilité consiste en une épreuve de capacités;

◗ l’oral d’admission constitue une épreuve de profil.

Car, en défi nitive, les jurys se posent deux questions:

◗ ce candidat a-t-il les qualités pour devenir un bon infirmier?

◗ est-il prêt à entrer en formation?

Les deux épreuves sont là pour leur permettre de répondre à ces deux interrogations.

Pour l’étude de texte comme pour les tests d’aptitudes, il n’est nullement question de contrôle de connaissances : ni l’épreuve rédigée ni les tests ne sont une « interro écrite ».

L’une comme l’autre demandent d’abord un travail de réflexion.

C’est pourquoi vous ne trouverez pas dans cet ouvrage de longs chapitres de révisions de culture générale, thème par thème. C’est d’abord parce qu’il n’est pas nécessaire d’apprendre dès maintenant ce qui vous sera apporté au cours de la formation. C’est surtout parce qu’il est plus utile de vous entraîner à utiliser votre savoir qu’à recracher en vrac les résultats d’un bachotage.

C’est encore plus vrai pour les tests d’aptitudes (la bête noire des candidats), où rien ne peut s’apprendre « par cœur » mais où tout est réflexion, logique et déduction.

Il nous est apparu plus pertinent de montrer comment répondre aux attentes des correcteurs  de l’écrit et des jurys de l’oral. C’est pourquoi nous avons construit cet ouvrage autour de la méthodologie de l’écrit et de l’oral.

1. Lire partout infirmier/infirmière et candidat/candidate.

Auteurs

En savoir plus

Sommaire

En savoir plus

Vous venez de lire la préface et le sommaire de l’ouvrage Concours Infirmier 2018 – Les clés pour réussir

Share
Tweet
Share
Share