Coup de chaleur d’exercice : auto-évaluation

testez vos connaissances avec l’EMC

L’EMC vous propose sur son site un article gratuit sur le Coup de chaleur d’exercice

L. Bourdon, N. Koulmann, F. Canini, S. Banzet, A.-X. Bigard. Coup de chaleur d’exercice. EMC – Anesthésie-Réanimation 2013;10(1):1-8 [Article 36-726-F-10].

Et vous, connaissez-vous bien l’épidémiologie et les facteurs favorisants le coup de chaleur d’exercice ? La présentation clinique, l’évolution et le diagnostic ? La prise en charge et le traitement ?

Passez le test de l’EMC sur le Coup de chaleur d’exercice en 27 questions !

Je souhaite au préalable lire l’article


Autoévaluation EMC Anesthésie-Réanimation : Coup de chaleur d'exercice

1. La survenue d’un CCE est un accident rare.

A - Vrai

B - Faux

2. La majorité des CCE graves sont observés les jours de forte chaleur, en particulier quand le temps est lourd, toujours à l’occasion d’un effort physique intense d’une durée d’au minimum 30 minutes..

A - Vrai

B - Faux

3. Les troubles du fonctionnement métabolique musculaire tels que les déficits en phosphorylase (Maladie de Mc Ardle ou en phosphofructokinase (Maladie de Tarui) protègent de la survenue d’un CCE.

A - Vrai

B - Faux

4. Un certain nombre de victimes du CCE présentent une anomalie aux tests diagnostiques de l’hyperthermie maligne peranesthésique (Test de contracture in vitro, analyse génomique, tests métaboliques)

A - Vrai

B - Faux

5. Les agents psychotropes peuvent favoriser la survenue d’accidents hyperthermiques

A - Vrai

B - Faux

6. Dans son contexte usuel de l’effort, le CCE évolue en deux phases séparées par un intervalle libre d’une durée variant de quelques heures à plus d’une journée

A - Vrai

B - Faux

7. Le CCE survient toujours brutalement sans prodromes

A - Vrai

B - Faux

8. Une bradycardie sinusale inaugurale accompagne les signes neurologiques de la phase initiale du CCE

A - Vrai

B - Faux

9. La déshydratation est toujours au premier plan.

A - Vrai

B - Faux

10. Les désordres neurologiques sont constants.

A - Vrai

B - Faux

11. A la phase initiale d’un CCE, il peut être observé :

A - Des troubles de l'humeur

B - Un température corporelle supérieure à 40°C

C - Des crises convulsives

D - Un collapsus cardiovasculaire

E - Des diarrhées

12. Dans le CCE, la rhabdomyolyse est inconstante

A - Vrai

B - Faux

13. Un syndrome inflammatoire est quasi constant dans les suites d’un exercice physique intense et prolongé.

A - Vrai

B - Faux

14. Au cours d’un CCE, les troubles de l’hémostase constituent un critère de gravité

A - Vrai

B - Faux

15. Les séquelles neurologiques du CCE sont constantes

A - Vrai

B - Faux

16. Une simple élévation des enzymes cardiaques accompagnant des troubles de la repolarisation à l’électrocardiogramme peut être observée au décours d’un CCE.

A - Vrai

B - Faux

17. Au cours d’un CCE, la natrémie est le plus souvent élevée.

A - Vrai

B - Faux

18. Le refroidissement est le point crucial de la prise en charge immédiate du CCE.

A - Vrai

B - Faux

19. C’est l’évaporation de l’eau au contact de la peau qui refroidit et non le contact de l’eau fraîche vaporisée sur la peau.

A - Vrai

B - Faux

20. Les agents décontracturants musculaires, en particulier le dantrolène, ont fait leur preuve pour réduire les séquelles du CCE.

A - Vrai

B - Faux

21. Le risque de récidive de CCE n’est pas plus importante après un premier accident.

A - Vrai

B - Faux

22. La prise en charge pré-hospitalière d’un CCE doit associer :

A - Un refroidissement énergétique qui doit être entrepris aussi rapidement et efficament que possible

B - La prévention des complications immédiates, en particulier d'un syndrome d'inhalation, par la surveillance et la mise en position latérale de sécurité

C - La médicalisation, si elle est possible, avec une réhydratation par voie intraveineuse

D - Une surveillance de l'état neurologique de façon à réaliser à temps la prévention des convulsions.

E -  Une oxygénation à 4l/min-1

23. Le niveau d’hyperthermie est le seul facteur pathogénique du CCE.

A - Vrai

B - Faux

24. La température corporelle profonde des sujets victimes de CCE est souvent inférieure à celle des sujets victimes d’un CCC

A - Vrai

B - Faux

25. La prévention d’un CCE passe par l’information de toutes les personnes concernées

A - Vrai

B - Faux

26. Le débit splanchnique diminue à l’exercice dans des proportions parfois considérables

A - Vrai

B - Faux

27. L’âge et le sexe semblent constituer des facteurs favorisant le CCE.

A - Vrai

B - Faux

Réponses

En savoir plus
Share
Tweet
Share
Share