Temple Grandin parle du type d’esprit dont la science a désespérément besoin

La célèbre zootechnicienne et défenseur de l'autisme parle d'intéresser les jeunes étudiants à la science, et pas seulement les candidats habituels.

Article-1.jpg

Cet article est une traduction.Veuillez retrouver l'article original ici.

Le jour de l'ouverture de son cours de manipulation du bétail à l'université d'État du Colorado, le professeur Temple Grandin ouvre les portes du labyrinthe en acier qui guidera le bétail, en file indienne, vers une goulotte de compression pour examen. Utilisé par les installations d'élevage du monde entier, son système est conçu pour garder les animaux calmes et prévenir les accidents.

Alors que les élèves se rassemblent, le Dr Grandin pose sa première question :

« Est-ce quelqu’un n’a jamais touché une vache ? »

Article 2

La question, bien que basique, en dit long sur l'univers du Dr Grandin. Sa réalité est fondée sur l'observation : la perspicacité acquise en caressant le poil rude d'une vache, en remarquant comment les vaches se tournent pour regarder un chargeur frontal ramasser le foin dans le champ - en voyant le monde "en images", littéralement. Mentionnez "vache", dit-elle, et des images photoréalistes de toutes sortes de vaches défilent dans sa tête "comme sur Google Images". C'est une capacité qu'elle a depuis l'enfance, lorsqu'elle luttait contre un autisme si grave qu'elle aurait été placée en institution si sa mère n'avait pas trouvé une autre voie d'éducation - avec des enseignants qui reconnaissaient les besoins spéciaux et les talents de Temple, et un esprit qui s'avérerait avoir la capacité du génie.

Depuis lors, l'autisme a continué à définir son existence, mais d'une manière qui lui a permis d'acquérir une connaissance étonnante de l'esprit des animaux. Sa capacité à voir en images et à ressentir les choses qui les effraient - un drapeau agité, par exemple, ou un reflet dans une flaque d'eau - l'a amenée à créer des systèmes de manipulation du bétail plus humains. Et plus récemment, l'autisme lui a permis de mieux comprendre l'esprit des gens et le lien entre leur style de pensée et leurs capacités scientifiques. Cette compréhension l'a conduite à une nouvelle vocation - celle de modèle et de mentor pour les écoliers - qu'elle poursuit avec autant de ferveur que son entreprise d'élevage et sa défense de l'autisme de longue date.

Un jour plus tôt, elle a fait trois heures de route aller-retour pour se rendre dans une école de Pueblo, dans le Colorado, afin de passer du temps avec des élèves de cinquième année. Elle parle avec passion de sa rencontre avec les jeunes, en particulier ceux qui peuvent avoir du mal à trouver leurs points forts et les voies professionnelles auxquelles ils peuvent mener.

>Découvrir les ouvrages disponibles sur l’autisme.

Share
Tweet
Share
Share