Catherine Archieri: maître de conférence

Présentez-vous rapidement
Je suis maître de conférences en Sciences de l’éducation à la faculté des Sciences du sport et de l’éducation, à l’UBO, à Brest. Je suis responsable du Master 1 Formation d’adultes – analyse de l’activité, pédagogie innovante.

Auparavant, j’ai travaillé comme professeur de français dans l’enseignement secondaire puis à l’ESPE dans le cadre de la formation initiale des collègues se préparant aux métiers de l’enseignement.

En quoi le plaisir et la créativité sont importants dans l’apprentissage ?
C’est sans conteste une évidence…

Ce qui est intéressant à identifier, ce sont les types d’apprentissage engagés selon les environnements de formation proposés. Par exemple, on ne vise pas les mêmes apprentissages en proposant un cours magistral ou un jeu de rôle. Les formateurs doivent être en mesure de mettre en œuvre les modalités les plus efficientes selon les apprentissages qu’ils souhaitent encourager. Et les institutions doivent pouvoir permettre aux enseignants de réaliser ces choix.

Autre point important : favoriser la créativité de l’étudiant, c’est considérer qu’il faut le placer au centre du dispositif de formation. On ne se focalise plus alors sur les savoirs ou savoir-faire à acquérir mais sur le processus de construction des compétences de chaque étudiant. Et ça change tout. Les rythmes de chacun sont différents, les points d’entrée pour comprendre les choses aussi. La créativité peut s’avérer être un excellent point d’entrée.

Comment les stimuler, les solliciter ?

En variant les approches. Il me semble que si l’on veut toucher le plus grand nombre d’étudiants, il faut proposer différentes modalités de formation : la pédagogie par projet, l’usage des pédagogies actives (dont le jeu fait partie), l’apprentissage entre pairs, etc.

C’est beaucoup de travail de préparation pour le formateur mais c’est très satisfaisant aussi.

Un conseil, une astuce à donner aux étudiants infirmiers ?
Ce n’est pas vraiment un conseil mais un constat.
Les étudiants infirmiers qui s’en sortent le mieux sont les étudiants motivés. L’essentiel est de donner du sens à ses apprentissages, de savoir pourquoi on fait les choses et pourquoi ça vaut le coup de fournir des efforts à un moment précis. Alors, on est dans la satisfaction de réaliser des choses que l’on a soi-même décidé.

Et ça, c’est un plaisir, non ?

Share
Tweet
Share
Share