7 recommandations en audiométrie

La Société française d’otorhinolaryngologie (Sforl) vient de publier, sous l’égide de la Haute Autorité de santé (HAS), un « Consensus formalisé d’experts concernant l’audiométrie de l’adulte et de l’enfant ». Publics concernés : les ORL, les audioprothésistes et les orthophonistes. Sept recommandations ont recueilli un « accord fort »:

  • Il est recommandé de réaliser les examens audiométriques cliniques dans un environnement sonore maîtrisé (< 30 dBA) et de veiller à la qualité de l’audiomètre en faisant contrôler son étalonnage régulièrement
  • Il est recommandé, au cours de l’examen audiométrique tonal par voie aérienne et par voie osseuse, de suivre systématiquement les règles de l’assourdissement adaptées au sujet
  • Il est recommandé de s’assurer, durant le test audiométrique, que le niveau d’assourdissement n’est pas retentissant
  • Il est recommandé d’interpréter l’audiométrie tonale de l’adulte en la confrontant avec les données cliniques, l’audiométrie vocale et l’impédancemétrie
  • Il est recommandé, en cas de discordance entre les données cliniques et audiométriques tonales et vocales, de réaliser des tests auditifs objectifs
  • Il est recommandé, chez tout enfant de 2 ans ou moins, de réaliser l’audiométrie subjective avec les tests d’audiométrie comportementale adaptés à l’âge de l’enfant
  • Il est recommandé, chez l’enfant de 2 ans ou moins, dès la suspicion d’une atteinte auditive, de compléter systématiquement l’audiométrie comportementale par la réalisation de tests objectifs de l’audition pour préciser et confirmer le niveau et le type de l’atteinte auditive

Vous venez de lire l’article Audiométrie : les experts font sept recommandations paru dans Ortho Magazine numéro mars-avril 2016

Lire le texte complet du  Consensus Formalisé Audiométrie de l’Adulte et de l’Enfant sur le site orlfrance

Share
Tweet
Share
Share