Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Remédiation cognitive dans l’alcoolodépendance

2 juin 2023

Par Anne Claire Nonnotte

Remédiation cognitive dans l’alcoolodépendance

Nous vous proposons de découvrir un chapitre de l'ouvrage Remédiation cognitive(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Remédiation cognitive dans l’alcoolodépendance

R. Miranda Marcos , A. Benyamina

Remédiation cognitive

Introduction

En France, la consommation d’alcool contribue à 11 % des décès chez les hommes et à 4 % des décès chez les femmes. Près d’un quart des adultes dépasseraient les recommandations de consommation et, chez les 18-35 ans, 5,8 % des hommes et 1,6 % des femmes ont une consommation à risque de dépendance ( Inserm, 2021 ). L’addiction à l’alcool augmente signifi cativement le risque de dépendance à d’autres substances, à d’autres troubles mentaux, augmente le risque suicidaire, les comportements violents, l’isolement social, la perte de travail et les accidents ( Roncksley et al., 2011 ). Les réponses thérapeutiques sont peu nombreuses. Très peu de médicaments sont efficaces dans les addictions ( Potenza et al., 2011  ; Sofuoglu & Kosten, 2004  ; Soyka & Muller, 2017 ). En revanche, nous disposons de données probantes sur l’efficacité d’un certain nombre de traitements non médicamenteux ( Carroll & Onken,  2005   ; Dutra et  al.,  2008   ; Miller &  Wilbourne,  2002 ), dont l’entretien motivationnel , la gestion de contingences et les thérapies cognitives et comportementales (TCC). Cependant, ces prises en charge sont à l’origine de bénéfices comportementaux d’intensité modérée et hétérogènes ( Dutra et  al.,  2008 ). Se concentrer sur les variables individuelles associées est une stratégie intéressante pour en améliorer l’efficacité.

Troubles cognitifs dans l’alcoolodépendance

Entre 50 et 80 % des personnes avec alcoolodépendance présentent des troubles cognitifs et moteurs, qui persistent après 2 mois chez 30 à 40 % de celles qui sont devenues abstinentes ( Bernandin et al., 2014 ). L’abstinence à long terme est associée à un fonctionnement exécutif préservé. D’ailleurs, les théories récentes sur les addictions mettent en exergue les altérations du contrôle exécutif et des capacités d’inhibition ( Koob & Volkow, 2010  ; Volkow et al., 2004 ). Ces fonctions sont particulièrement importantes pour contrôler les réponses automatiques , telles que le comportement de consommation d’alcool face à des indices favorisant cette dernière ( Sarter et al., 2006 ). Ainsi, augmenter le contrôle exécutif permettrait d’augmenter l’efficacité des traitements comportementaux ( Sofuoglu et al., 2013 ). Le syndrome dysexécutif (voir chapitre  23 ) se caractérise par des troubles de l’inhibition, de la flexibilité et de la mémoire de travail , ainsi que par une réduction des capacités d’attention sélective et partagée, d’abstraction, de conceptualisation, de planification, de résolution de tâches et des capacités visuospatiales. La mémoire prospective , la cognition sociale et la métacognition sont également atteintes ( Bates et  al.,  2013   ; Oscar-Berman et  al.,  2014   ; Vabret et  al.,  2016   ; Le Berre,  2019 ). La récupération d’un fonctionnement cognitif satisfaisant dépend de l’âge de la personne, de son niveau socio-éducatif, de la durée et de la sévérité de sa prise d’alcool ainsi que de sa dépendance à d’autres substances ( Caneva et al., 2020 ). Les troubles cognitifs liés à l’alcoolodépendance ont un impact négatif sur la qualité de vie et sur la situation professionnelle des personnes concernées ( Donovan et al., 2005 ). Ces troubles cognitifs sont sous-tendus par des atteintes cérébrales. De nombreuses études se sont intéressées aux répercussions de la consommation d’alcool sur le fonctionnement cérébral ( Oscar-Berman & Marinkovic, 2007 ).

Répercussions des troubles cognitifs dans le processus de maintien de l’abstinence

L’amélioration des performances cognitives, et tout particulièrement du contrôle exécutif, est corrélée avec la motivation à l’abstinence, la qualité de l’accompagnement et avec l’engagement dans les TCC ; elle est négativement corrélée avec les rechutes. Les altérations cognitives ont un impact sur la capacité à s’impliquer dans les TCC . Elles jouent un rôle important dans les premiers stades du changement décrits par Prochaska et DiClemente en permettant, par exemple, à la personne de se souvenir des conséquences de l’abus d’alcool et d’autres informations significatives ( Becker & Jaff e, 1984  ; Sanchez-Craig & Walker, 1982  ; Teichner et al., 2002 ). Elles  sont associées à une moindre motivation au changement ( Blume & Marlatt, 2009 , Le Berre et al., 2012 ). Des traits en lien avec le contrôle exécutif, comme la prise de risques, prédisent la difficulté à s’investir dans le traitement ( Carroll et  al.,  2011 ). Les déficits d’inhibition sont associés aux rechutes et les déficits exécutifs sont associés aux interruptions de traitement ( Noël et al., 2002 ). Les déficits cognitifs ont aussi une incidence sur la représentation et la projection des événements présents et futurs ( Amlung et al., 2014 ), sur la création des mécanismes compensatoires automatiques ( Houben et al., 2011 ) et sur la poursuite de buts ( Levine et al., 2011 ). Les fonctions exécutives jouent également un rôle fondamental dans le maintien de l’abstinence. En termes de mémoire épisodique, l’altération des capacités d’apprentissage de nouvelles connaissances complexes entraîne des diffi cultés à intégrer les informations fournies au cours des sessions de prévention de la rechute ( Pitel et al., 2009 ). Le taux de rechute est plus élevé chez les sujets présentant des difficultés cognitives marquées ( Bates et al., 2006  ; Morgenstern & Bates, 1999 ). Les altérations du contrôle exécutif, de la mémoire épisodique verbale et de la vitesse de traitement sont associées aux déficits de jugement des habitudes de consommation ( Rinn et al., 2002 ). La capacité des patients à recevoir un soutien social est influencée par leurs troubles cognitifs ( Buckman et al., 2008 ). L’apprentissage de stratégies de coping nécessite de bonnes capacités d’anticipation des situations à risque ( Smith & McCrady, 1991 ). Ces habiletés de coping sont réduites chez les patients avec troubles cognitifs ( Kiluk et al., 2011 ).

Réversibilité des troubles

Des études ont montré qu’une récupération spontanée des fonctions cognitives se produit avec l’abstinence, sans l’intervention de techniques de remédiation cognitive. La récupération des troubles cognitifs dépend du temps ( Goldman, 1990 ) et de l’âge des sujets ( Oscar-Berman & Marinkovic, 2007 ). Les études en imagerie ont confirmé l’implication du temps dans la réversibilité des atteintes. Pendant le premier mois d’abstinence, se produit une récupération spontanée substantielle (spécialement des fonctions attentionnelles et de la mémoire épisodique). Les troubles exécutifs sont, quant à eux, plus résistants et ils perdurent à moyen et long terme ( Le Berre et al., 2017 , Stavro et al., 2013  ; Fernandez-Serrano et al., 2011 ). Les études de neuro-imagerie montrent que les anomalies structurales associées à la consommation chronique d’alcool peuvent se stabiliser, voire disparaître, avec une abstinence à long terme ( Bühler & Mann, 2011  ; Monnig et al., 2013 ). Il semble que des réseaux neuronaux alternatifs puissent être engagés pour compenser les défi cits cognitifs ( Chanraud & Sullivan, 2014  ; Seo & Sinha, 2015 ).

Intérêt de la remédiation cognitive

Les déficits cognitifs ne sont pas toujours réversibles, malgré un maintien de l’abstinence. Nous ne connaissons généralement pas l’état prémorbide du patient, mais il semble que, dans certains cas, les troubles cognitifs puissent être présents avant même la phase d’alcoolodépendance et favoriser la mise en place du processus d’addiction (voir chapitre 23 ). Aujourd’hui, nous disposons des données sur l’efficacité de la remédiation cognitive dans l’amélioration des fonctions neurocognitives travaillées. Les travaux de Goldman et al. ont mis en évidence l’effet de l’entraînement cognitif chez les patients alcooliques comme facteur d’amélioration des performances ( Forsberg & Goldman,  1987   ; Goldman &  Goldman,  1988   ; Roehrich &  Goldman,  1993   ; Stringer &  Goldman,  1988 ). L’amélioration des tâches visuospatiales se produit après un entraînement avec une épreuve visuospatiale, mais il n’y a pas d’amélioration en travaillant sur une tâche verbale ( Forsberg & Goldman, 1985 ). Yohman et al. (1988) entraînent deux groupes de patients, le premier sur des épreuves de mémoire épisodique et le second sur des stratégies de résolution de problèmes, pendant 12 semaines. Seul l’entraînement sur la résolution de problèmes montre son efficacité. Cela a permis de comprendre les processus d’amélioration durant les premières semaines d’abstinence et l’évolution différentielle de différentes fonctions cognitives. Des recherches plus récentes ont mis l’accent sur l’amélioration de fonctions cognitives non entraînées et l’amélioration fonctionnelle. En ce sens, la fonction la plus étudiée en réhabilitation est la mémoire de travail. Gamito et al. (2014) ont mis en évidence une amélioration du fonctionnement exécutif après un entraînement de 4 semaines avec des serious games sollicitant l’attention, la mémoire, la vitesse de traitement, le traitement visuospatial, le raisonnement et la prise de décisions. Aussi avec des serious games travaillant l’apprentissage verbal et visuel, Bell et  al. (2016) ont montré une normalisation de capacités non travaillées à la fin de l’intervention (3 mois) et aussi à 6 mois. Gunn et al. (2018) ont montré une amélioration de la mémoire de travail dans des tâches non entraînées et un maintien des bénéfices un mois après la fi n de l’intervention. Khemiri et al. (2019) ont observé un transfert sur la performance de la mémoire de travail verbale non entraînée. En ciblant la mémoire de travail, Snider et al. (2018) ont montré un eff et sur des épreuves fonctionnelles (exécution de consignes verbales complexes). Les programmes d’entraînement de la mémoire de travail amélioreraient également les performances aux tâches de sensibilité à la récompense ( Bickel et al., 2011 ). Le Goal Management Training® , un programme d’entraînement métacognitif standardisé qui inclut des séances de psychoéducation et de méditation en pleine conscience, favorise la mémoire de travail, l’inhibition et les capacités de prise de décisions chez les patients polyconsommateurs ( Alfonso et al., 2011 ). Plus intéressant encore, certaines études indiquent une amélioration clinique en association avec des TCC ou avec des programmes globaux de réhabilitation psychosociale. La cognitive enhancement therapy (CET ) intégrée dans un programme global de réadaptation biopsychosociale entraîne une réduction de 85  % du nombre de jours d’hospitalisation ( Wilson et al., 2012 ). L’association d’un entraînement cognitif à des TCC versus des TCC seules permet d’améliorer l’attention, la mémoire de travail, la mémoire épisodique, les capacités visuo constructives et un indice de performance globale. Cette complémentarité des prises en charge s’exerce aussi sur des variables non cognitives telles que l’estime de soi et le craving ( Rupp et al., 2012 ). Des programmes d’entraînement de la mémoire de travail par Internet ont permis une diminution de la consommation avec réduction des impulsions automatiques à consommer ( Houben et al., 2011 ). De manière générale, les interventions qui améliorent le fonctionnement cognitif améliorent également les symptômes et l’adhésion du patient aux soins dès les premières semaines d’abstinence. Ces conclusions sont valables pour des interventions sur la mémoire de travail, l’attention et la mémoire épisodique, mais pas sur les capacités exécutives ( Pitel et al., 2009 ). Il est donc nécessaire d’intégrer la remédiation cognitive dans une prise en charge globale et à long terme ( Bates et al., 2002 ). Des prises en charge alternatives peuvent également être proposées en parallèle, de façon complémentaire. L’exercice physique a montré un effet sur le fonctionnement cognitif dans l’alcoolodépendance ( West et  al.,  2019 ). La méditation en pleine conscience entraîne une augmentation de l’activation du lobe préfrontal et du cortex cingulaire antérieur, sièges des fonctions attentionnelles, avec pour conséquences une amélioration de l’attention, de la mémoire de travail et des fonctions exécutives ( Chiesa &  Serretti,  2010   ; Chiesa et  al.,  2011 ). Concernant l’utilisation de ces techniques dans le domaine des addictions, nous disposons à ce jour de données préliminaires encourageantes ( von Hammerstein et al., 2018  ; Zgierska et al., 2009 ). La personnalisation des interventions cognitives en fonction des profils de déficit semble une voie intéressante pour les années à venir (Nixon & Lewis 2019), ainsi que l’utilisation de protocoles de réalité virtuelle ou de réalité augmentée afi n d’améliorer la validité écologique des entraînements cognitifs classiques ou informatisés ( Gamito et al., 2021 ).

Conclusion

Les troubles cognitifs liés à la consommation d’alcool sont bien connus, ainsi que les mécanismes de toxicité de l’alcool. Les réseaux cérébraux déficitaires et les réseaux compensatoires commencent à être mieux connus. Ainsi, l’hypothèse de la réversibilité des troubles cognitifs avec l’abstinence s’appuie maintenant sur des données cérébrales objectives. Cependant, certaines incertitudes concernant les facteurs de risque et les facteurs de bon pronostic de maintien de l’abstinence demeurent. Or, les troubles cognitifs exercent dessus une influence directe et indirecte (motivation, bénéfice des psychothérapies, respect du projet addictologique). Le rôle des déficits exécutifs en tant que facteurs de risque est bien documenté. Ils constituent une cible privilégiée en termes de remédiation cognitive. Les effets de la réhabilitation cognitive chez les patients alcoolodépendants sont encore peu étudiés et difficiles à cerner (besoin de modèles d’interaction ou de médiation, mécanismes compensatoires). L’impact de certains paramètres, tels que la sévérité des troubles et l’âge, doit être plus largement exploré afin d’évaluer la nécessité de recourir à la remédiation cognitive. Les données scientifiques disponibles montrent que les interventions à court terme (les six premiers mois) doivent cibler prioritairement la mémoire de travail et les capacités d’inhibition. Le bénéfice d’agir sur ces fonctions s’exprime principalement dans la capacité à prendre des décisions plus réfléchies et dans l’atténuation de la sensibilité à la récompense. À long terme ou lorsque le déficit cognitif est sévère, la remédiation cognitive doit cibler des mécanismes compensatoires, soit en établissant de nouveaux automatismes comportementaux, soit en mobilisant l’ensemble de fonctions cognitives dans un programme intensif long (plus de deux années) intégré dans un programme psychosocial large. La remédiation cognitive chez les patients alcoolodépendants améliore les capacités cognitives et l’adhésion au processus d’abstinence. Ces résultats restent néanmoins à confirmer à travers l’évaluation des répercussions des prises en charge sur les troubles exécutifs, la mémoire de travail et la prise de décision à moyen et long terme. Le fait de recourir à une modalité de prise en charge individuelle et/ou de groupe est un paramètre devant également être pris en compte. D’autres études sont nécessaires pour déterminer si des ateliers groupaux de remédiation cognitive sont susceptibles d’accélérer ou d’amplifier la récupération cognitive.

Références

Alfonso , J. P. , Caracuel , A. , Delgado-Pastor , L. C. , & Verdejo-García , A. ( 2011 ) . Combined Goal Management Training and Mindfulness meditation improve executive functions and decision-making performance in abstinent polysubstance abusers . Drug and Alcohol Dependence , 117 ( 1 ), 78 - 81 . Amlung , M. , Sweet , L. H. , Acker , J. , Brown , C. L. , & MacKillop , J. ( 2014 ) . Dissociable brain signatures of choice confl ict and immediate reward preferences in alcohol use disorders . Addiction Biology , 19 ( 4 ), 743 - 753 . Bates , M. E. , Buckman , J. F. , & Nguyen , T. T. ( 2013 ) . A role for cognitive rehabilitation in increasing the eff ectiveness of treatment for alcohol use disorders . Neuropsychology Review , 23 ( 1 ), 27 - 47 . Bates , M. E. , Pawlak , A. P. , Tonigan , J. S. , & Buckman , J. F. ( 2006 ) . Cognitive impairment infl uences drinking outcome by altering therapeutic mechanisms of change . Psychology of Addictive Behaviors , 20 ( 3 ), 241 - 253 Bates , M. E. , Bowden , S. C. , & Barry , D. ( 2002 ) . Neurocognitive impairment associated with alcohol use disorders: implications for treatment . Experimental and Clinical Psychopharmacology , 10 ( 3 ), 193 - 212 . Becker , J. T. , & Jaff e , J. H. ( 1984 ) . Impaired memory for treatment-relevant information in inpatient men alcoholics . Journal of Studies on Alcohol , 45 ( 4 ), 339 - 343 . Bell , M. D. , Vissicchio , N. A. , & Weinstein , A. J. ( 2016 ) . Visual and verbal learning defi cits in Veterans with alcohol and substance use disorders . Drug and Alcohol Dependence , 159 , 61 - 65 . Bernardin , F. , Maheut-Bosser , A. , & Paille , F. ( 2014 ) . Cognitive impairments in alcohol-dependent subjects . Frontiers in Psychiatry , 5 , 78 . Bickel , W. K. , Yi , R. , Landes , R. D. , Hill , P. F. , & Baxter , C. ( 2011 ) . Remember the future: working memory training decreases delay discounting among stimulant addicts . Biological Psychiatry , 69 ( 3 ), 260 - 265 . Blume , A. W. , & Marlatt , G. A. ( 2009 ) . Th e role of executive cognitive functions in changing substance use: what we know and what we need to know . Annals of Behavioral Medicine , 37 ( 2 ), 117 - 125 . Buckman , J. F. , Bates , M. E. , & Morgenstern , J. ( 2008 ) . Social support and cognitive impairment in clients receiving treatment for alcohol- and drug-use disorders: a replication study . Journal of Studies on Alcohol and Drugs , 69 ( 5 ), 738 - 746 . Bühler , M. , & Mann , K. ( 2011 ) . Alcohol and the human brain: a systematic review of diff erent neuroimaging methods . Alcoholism, Clinical and Experimental Research , 35 ( 10 ), 1771 - 1793 . Caneva , S. , Ottonello , M. , Torselli, E. , Pistarini , C. , Spigno , P. , & Fiabane , E. ( 2020 ) . Cognitive impairments in early-detoxifi ed alcohol-dependent inpatients and their associations with socio-demographic, clinical and psychological factors : an exploratory study . Neuropsychiatric Disease and Treatment , 16 , 1705 - 1716 . Carroll , K. M. , Kiluk , B. D. , Nich , C. , et al. ( 2011 ) . Cognitive function and treatment response in a randomized clinical trial of computer-based training in cognitive-behavioral therapy . Substance Use & Misuse , 46 ( 1 ), 23 - 34 . Carroll , K. M. , & Onken , L. S. ( 2005 ) . Behavioral therapies for drug abuse . Th e American Journal of Psychiatry , 162 ( 8 ), 1452 - 1460 . Chanraud , S. , & Sullivan , E. V. ( 2014 ) . Compensatory recruitment of neural resources in chronic alcoholism . Handbook of Clinical Neurology , 125 , 369 - 380 . Chiesa , A. , Calati , R. , & Serretti , A. ( 2011 ) . Does mindfulness training improve cognitive abilities? A systematic review of neuropsychological fi ndings . Clinical Psychology Review , 31 ( 3 ), 449 - 464 . Chiesa , A. , & Serretti , A. ( 2010 ) . A systematic review of neurobiological and clinical features of mindfulness meditations . Psychological Medicine , 40 ( 8 ), 1239 - 1252 . Donovan , D. , Mattson , M. E. , Cisler , R. A. , Longabaugh , R. , & Zweben , A. ( 2005 ) . Quality of life as an outcome measure in alcoholism treatment research . Journal of Studies on Alcohol , 15 ( Suppl ), 119 - 193 . Dutra , L. , Stathopoulou , G. , Basden , S. L. , Leyro , T. M. , Powers , M. B. , & Otto , M. W. ( 2008 ) . A metaanalytic review of psychosocial interventions for substance use disorders . Th e American Journal of Psychiatry , 165 ( 2 ), 179 - 187 . Fernández-Serrano , M. J. , Pérez-García , M. , & Verdejo-García , A. ( 2011 ) . What are the specifi c vs. generalized eff ects of drugs of abuse on neuropsychological performance? Neuroscience and Biobehavioral Reviews , 35 ( 3 ), 377 - 406 . Forsberg , L. K. , & Goldman , M. S. ( 1987 ) . Experience-dependent recovery of cognitive defi cits in alcoholics: extended transfer of training. Journal of . Abnormal Psychology , 96 ( 4 ), 345 - 353 . Forsberg , L. K. , & Goldman , M. S. ( 1985 ) . Experience-dependent recovery of visuospatial functioning in older alcoholic persons. Journal of . Abnormal Psychology , 94 ( 4 ), 519 - 529 . Gamito , P. , Oliveira , J. , Matias , M. , Cunha , E. , Brito , R. , Lopes , P. F. , & Deus , A. ( 2021 ) . Virtual reality cognitive training among individuals with alcohol use disorder undergoing residential treatment: pilot randomized controlled trial . Journal of Medical Internet Research , 23 ( 1 ), e18482 . Gamito , P. , Oliveira , J. , Lopes , P. , Brito , R. , Morais , D. , Silva , D. , Silva , A. , Rebelo , S. , Bastos , M. , & Deus , A. ( 2014 ) . Executive functioning in alcoholics following an mHealth cognitive stimulation program: randomized controlled trial . Journal of Medical Internet Research , 16 ( 4 ), e102 Goldman , M. S. ( 1990 ) . Experience-dependent neuropsychological recovery and the treatment of chronic alcoholism . Neuropsychology Review , 1 ( 1 ), 75 - 101 . Goldman , R. S. , & Goldman , M. S. ( 1988 ) . Experience-dependent cognitive recovery in alcoholics: a task component strategy . Journal of Studies on Alcohol , 49 ( 2 ), 142 - 148 . Gunn , R. L. , Gerst , K. R. , Wiemers , E. A. , Redick , T. S. , & Finn , P. R. ( 2018 ) . Predictors of eff ective working memory training in individuals with alcohol use disorders . Alcoholism, Clinical and Experimental Research , 42 ( 12 ), 2432 - 2441 . Houben , K. , Wiers , R. W. , & Jansen , A. ( 2011 ) . Getting a grip on drinking behavior: training working memory to reduce alcohol abuse . Psychological Science , 22 ( 7 ), 968 - 975 . Inserm ( 2021 ) . Réduction des dommages associés à la consommation d’alcool . In Collection Expertise collective . Montrouge : EDP Sciences . Khemiri , L. , Brynte , C. , Stunkel , A. , Klingberg , T. , & Jayaram-Lindström , N. ( 2019 ) . Working memory training in alcohol use disorder : a randomized controlled trial . Alcoholism, Clinical and Experimental Research , 43 ( 1 ), 135 - 146 . Kiluk , B. D. , Nich , C. , & Carroll , K. M. ( 2011 ) . Relationship of cognitive function and the acquisition of coping skills in computer assisted treatment for substance use disorders . Drug and Alcohol Dependence , 114 ( 2–3 ), 169 - 176 . Koob , G. F. , & Volkow , N. D. ( 2010 ) . Neurocircuitry of addiction . Neuropsychopharmacology , 35 ( 1 ), 217 - 238 . Le Berre , A. P. ( 2019 ) . Emotional processing and social cognition in alcohol use disorder . Neuropsychology , 33 ( 6 ), 808 - 821 . Le Berre , A. P. , Fama , R. , & Sullivan , E. V. ( 2017 ) . Executive functions, memory, and social cognitive defi - cits and recovery in chronic alcoholism: a critical review to inform future research . Alcoholism, Clinical and Experimental Research , 41 ( 8 ), 1432 - 1443 . Le Berre , A. P. , Vabret , F. , Cauvin , C. , Pinon , K. , Allain , P. , Pitel , A. L. , Eustache , F. , & Beaunieux , H. ( 2012 ) . Cognitive barriers to readiness to change in alcohol-dependent patients . Alcoholism, Clinical and Experimental Research , 36 ( 9 ), 1542 - 1549 . Levine , B. , Schweizer , T. A. , O’Connor , C. , Turner , G. , Gillingham , S. , Stuss , D. T. , Manly , T. , & Robertson , I. H. ( 2011 ) . Rehabilitation of executive functioning in patients with frontal lobe brain damage with goal management training . Frontiers in Human Neuroscience , 5 , 9 . Miller , W. R. , & Wilbourne , P. L. ( 2002 ) . Mesa Grande: a methodological analysis of clinical trials of treatments for alcohol use disorders . Addiction (Abingdon, England) , 97 ( 3 ), 265 - 277 . Monnig , M. A. , Tonigan , J. S. , Yeo , R. A. , Th oma , R. J. , & McCrady , B. S. ( 2013 ) . White matter volume in alcohol use disorders: a meta-analysis . Addiction Biology , 18 ( 3 ), 581 - 592 . Morgenstern , J. , & Bates , M. E. ( 1999 ) . Eff ects of executive function impairment on change processes and substance use outcomes in 12-step treatment . Journal of Studies on Alcohol , 60 ( 6 ), 846 - 855 . Nixon , S. J. , & Lewis , B. ( 2019 ) . Cognitive training as a component of treatment of alcohol use disorder: A review . Neuropsychology , 33 ( 6 ), 822 - 841 . Noël , X. , Sferrazza , R. , Van Der Linden , M. , Paternot , J. , Verhas , M. , Hanak , C. , Pelc , I. , & Verbanck , P. ( 2002 ) . Contribution of frontal cerebral blood fl ow measured by (99m)Tc-Bicisate spect and executive function defi cits to predicting treatment outcome in alcohol-dependent patients . Alcohol and Alcoholism (Oxford, Oxfordshire) , 37 ( 4 ), 347 - 354 . Oscar-Berman , M. , Valmas , M. M. , Sawyer , K. S. , Ruiz , S. M. , Luhar , R. B. , & Gravitz , Z. R. ( 2014 ) . Profi les of impaired, spared, and recovered neuropsychologic processes in alcoholism . Handbook of Clinical Neurology , 125 , 183 - 210 . Oscar-Berman , M. , & Marinkovi c ´ , K. ( 2007 ) . Alcohol : eff ects on neurobehavioral functions and the brain . Neuropsychology Review , 17 ( 3 ), 239 - 257 . Pitel , A. L. , Rivier , J. , Beaunieux , H. , Vabret , F. , Desgranges , B. , & Eustache , F. ( 2009 ) . Changes in the episodic memory and executive functions of abstinent and relapsed alcoholics over a 6-month period . Alcoholism, Clinical and Experimental Research , 33 ( 3 ), 490 - 498 . Potenza , M. N. , Sofuoglu , M. , Carroll , K. M. , & Rounsaville , B. J. ( 2011 ) . Neuroscience of behavioral and pharmacological treatments for addictions . Neuron , 69 ( 4 ), 695 - 712 . Rinn , W. , Desai , N. , Rosenblatt , H. , & Gastfriend , D. R. ( 2002 ) . Addiction denial and cognitive dysfunction: a preliminary investigation . Th e Journal of Neuropsychiatry and Clinical Neurosciences , 14 ( 1 ), 52 - 57 . Roehrich , L. , & Goldman , M. S. ( 1993 ) . Experience-dependent neuropsychological recovery and the treatment of alcoholism . Journal of Consulting and Clinical Psychology , 61 ( 5 ), 812 - 821 . Ronksley , P. E. , Brien , S. E. , Turner , B. J. , Mukamal , K. J. , & Ghali , W. A. ( 2011 ) . Association of alcohol consumption with selected cardiovascular disease outcomes: a systematic review and metaanalysis . BMJ (Clinical Research ed.) , 342 , d671 . Rupp , C. I. , Kemmler , G. , Kurz , M. , Hinterhuber , H. , & Fleischhacker , W. W. ( 2012 ) . Cognitive remediation therapy during treatment for alcohol dependence . Journal of Studies on Alcohol and Drugs , 73 ( 4 ), 625 - 634 . Sanchez-Craig , M. , & Walker , K. ( 1982 ) . Teaching coping skills to chronic alcoholics in a coeducational halfway house: I . Assessment of programme eff ects. British Journal of Addiction , 77 ( 1 ), 35 - 50 . Sarter , M. , Bruno , J. P. , Parikh , V. , Martinez , V. , Kozak , R. , & Richards , J. B. ( 2006 ) . Forebrain dopaminergic-cholinergic interactions, attentional eff ort, psychostimulant addiction and schizophrenia . EXS , 98 , 65 - 86 . Seo, D., & Sinha, R. (2015). Neuroplasticity and predictors of alcohol recovery. Alcohol Research: Current Reviews , 37(1), 143-152. Smith , D. E. , & McCrady , B. S. ( 1991 ) . Cognitive impairment among alcoholics: impact on drink refusal skill acquisition and treatment outcome . Addictive Behaviors , 16 ( 5 ), 265 - 274 . Snider , S. E. , Deshpande , H. U. , Lisinski , J. M. , Koff arnus , M. N. , LaConte , S. M. , & Bickel , W. K. ( 2018 ) . Working memory training improves alcohol users’ episodic future thinking: a rate-dependent analysis. Biological Psychiatry . Cognitive Neuroscience and Neuroimaging , 3 ( 2 ), 160 - 167 . Sofuoglu , M. , DeVito , E. E. , Waters , A. J. , & Carroll , K. M. ( 2013 ) . Cognitive enhancement as a treatment for drug addictions . Neuropharmacology , 64 ( 1 ), 452 - 463 . Sofuoglu , M. , & Kosten , T. R. ( 2004 ) . Pharmacologic management of relapse prevention in addictive disorders . Th e Psychiatric clinics of North America , 27 ( 4 ), 627 - 648 . Soyka , M. , & Müller , C. A. ( 2017 ) . Pharmacotherapy of alcoholism - an update on approved and off - label medications . Expert Opinion on Pharmacotherapy , 18 ( 12 ), 1187 - 1199 . Stavro , K. , Pelletier , J. , & Potvin , S. ( 2013 ) . Widespread and sustained cognitive defi cits in alcoholism: a meta-analysis . Addiction Biology , 18 ( 2 ), 203 - 213 . Stringer , A. Y. , & Goldman , M. S. ( 1988 ) . Experience-dependent recovery of block design performance in male alcoholics: strategy training versus unstructured practice . Journal of Studies on Alcohol , 49 ( 5 ), 406 - 411 . Teichner , G. , Horner , M. D. , Roitzsch , J. C. , Herron , J. , & Th evos , A. ( 2002 ) . Substance abuse treatment outcomes for cognitively impaired and intact outpatients . Addictive Behaviors , 27 ( 5 ), 751 - 763 . Vabret , F. , Lannuzel , C. , Cabe , N. , Ritz , L. , Boudehent , C. , Eustache , F. , Pitel , A. L. , & Beaunieux , H. ( 2016 ) . Troubles cognitifs liés à l’alcool : nature, impact et dépistage [Alcohol-related neuropsychological impairments: Nature, impact and detection] . Presse Médicale (Paris, France : 1983) , 45 ( 12 Pt 1 ), 1124 - 1132 . Volkow , N. D. , Fowler , J. S. , & Wang , G. J. ( 2004 ) . Th e addicted human brain viewed in the light of imaging studies: brain circuits and treatment strategies . Neuropharmacology , 47 ( Suppl 1 ), 3 - 13 . von Hammerstein , C. , Miranda , R. , Aubin , H. J. , Romo , L. , Khazaal , Y. , Benyamina , A. , & Luquiens , A. ( 2018 ) . Mindfulness and cognitive training in a CBT-resistant patient with gambling disorder: a combined therapy to enhance self-control . Journal of Addiction Medicine , 12 ( 6 ), 484 - 489 . West , R. K. , Najjar , L. Z. , & Leasure , J. L. ( 2019 ) . Exercise-driven restoration of the alcohol-damaged brain . International Review of Neurobiology , 147 , 219 - 267 . Wilson , K. , Halsey , A. , Macpherson , H. , Billington , J. , Hill , S. , Johnson , G. , Raju , K. , & Abbott , P. ( 2012 ) . Th e psycho-social rehabilitation of patients with alcohol-related brain damage in the community . Alcohol and Alcoholism (Oxford, Oxfordshire) , 47 ( 3 ), 304 - 311 . Yohman , J. R. , Schaeff er , K. W. , & Parsons , O. A. ( 1988 ) . Cognitive training in alcoholic men . Journal of Consulting and Clinical Psychology , 56 ( 1 ), 67 - 72 . Zgierska , A. , Rabago , D. , Chawla , N. , Kushner , K. , Koehler , R. , & Marlatt , A. ( 2009 ) . Mindfulness meditation for substance use disorders: a systematic review . Substance Abuse , 30 ( 4 ), 266 - 294 .

Vous venez de découvrir un chapitre de l'ouvrage Remédiation cognitive (S’ouvre dans une nouvelle fenêtre), 3e édition Sous la direction de Nicolas Franck

Les auteurs de ce chapitre

R. Miranda Marcos , psychologue-neuropsychologue, département de psychiatrie et d’addictologie, Hôpital Paul Brousse, Villejuif A. Benyamina professeur des universités-praticien hospitalier, département de psychiatrie et d’addictologie, Hôpital Paul-Brousse, Université Paris-Sud, Villejuif

Remédiation cognitive(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) © 2023, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

À lire aussi

Soigner par l’hypnose(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) , 6e édition, par É. Bonvin et G. Salem, 2023, 448 pages. Gestion du stress et de l’anxiété(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) , 4e édition, par D. Servant, 2022, 296 pages. La Thérapie fondée sur la compassion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre). Principes et applications cliniques , par F. Gheysen, M. Paucsik et P. Delamillieure, 2022, 328 pages. Relaxation et méditation(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) , 3e édition, par D. Servant, 2021, 320 pages.