Une varicelle chez un enfant de 13 ans CAS DE COMPTOIR

1200.png

Nous vous proposons de découvrir un article des carnets du préparateur en pharmacie Volume 58, Issue 591, Supplement d'Actualités pharmaceutiques

Actualités Pharmaceutiques

Une varicelle chez un enfant de 13 ans

La varicelle est une maladie le plus souvent bénigne. Le traitement, symptomatique chez le patient immunocompétent, vise à traiter la fièvre et le prurit. Des conseils peuvent être donnés pour garantir le confort et la sécurité du patient.
Mots clés - contagion ; maladie éruptive ; varicelle; virus varicelle-zona
© 2019 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Pauline LAFORGEa Préparatrice en pharmacie
Jacques BUXERAUDb,* Professeur émérite des universités

aPharmacie Saint-Anne, 227 avenue Gabriel-Péri, 83160 La Valette-du-Var, France
bFaculté de pharmacie, 2 rue du Docteur-Marcland, 87025 Limoges cedex, France

Chicken pox in a 13-year-old child. Chicken pox is in most cases a benign disease. The treatment, symptomatic in immunocompetent patients, aims to treat the fever and pruritus. Advice can be given to ensure the patient’s safety and comfort.
Keywords - chicken pox; contagion; eruptive disease; varicella-zoster virus 
© 2019 Elsevier Masson SAS. All rights reserved

« Je me demande si mon fils de 13 ans n’a pas attrapé la varicelle car il est couvert de boutons sur le visage et la poitrine et souffre de fièvre depuis hier soir ? »

Quelques généralités sur la varicelle

  • La varicelle est une maladie typiquement infantile, mais qui peut parfois survenir chez l’adulte. Éruptive, fréquente et contagieuse, elle apparaît souvent par épidémie, particulièrement au printemps. Il s’agit, en fait, de la manifestation de la primo-infection de l’organisme par le virus varicelle-zona (VZV).
  • Cette pathologie est le plus souvent bénigne bien qu’elle puisse entraîner de graves complications, particulièrement chez les nouveau-nés de moins de 28 jours, les nourrissons de moins de 1 an et les femmes enceintes.
  • Le site internet du Réseau Sentinelles peut être consulté par l’équipe officinale en quête de renseignements sur l’épidémie de varicelle en France [1]. Chaque année, près de 700 000 cas de varicelle sont recensés dont plus de 90 % chez des enfants de moins de 10 ans ; l’épidémie entraîne environ 3 000 hospitalisations et 20 décès (70 % chez les plus de 10 ans). Plus de 90 % de la population est immunisée après l’âge de 10 ans [2].

En France, près de 700 000 cas de varicelle sont recensés par an, essentiellement chez des enfants de moins de 10 ans, ils entraînent environ 3 000 hospitalisations et 20 décès.© ОльгаИванова/stock.adobe.com

Conseils à l’officine

L’adolescent a pu contracter la varicelle même si les épidémies surviennent rarement en hiver. Les boutons représentent les premiers signes apparents de cette maladie infantile [2]. Ils forment des petites vésicules de moins de 5 mm de diamètre. L’extension est rapide, l’atteinte du cuir chevelu étant précoce et caractéristique. L’ensemble du corps peut être affecté et les lésions sont toujours prurigineuses. Au bout de 48 heures, les cloques se flétrissent et s’assèchent pour former une croûte. La maladie dure en moyenne deux semaines.

  • « Il y a trois semaines environ, mon fils a joué avec un copain qui avait la varicelle. Y a-t-il un lien avec son état ? »
    La maladie est très contagieuse car elle est due au VZV (famille des herpès virus). La transmission du VZV se réalise par voie respiratoire, inhalation de gouttelettes de salive ou par contact direct avec les vésicules cutanées. Un individu est contagieux 24 à 48 heures avant l’apparition des rougeurs, puis pendant environ une semaine, jusqu’à ce que les vésicules ou bulles forment une croûte. La transmission est également possible à partir d’un sujet atteint d’un zona localisé, mais uniquement à partir des lésions cutanées. La période d’incubation dure entre dix et vingt-et-un jours (quatorze jours en moyenne).
  • « Existe-t-il des risques de complications ? »
    Dans la majorité des cas, la varicelle est bénigne lorsqu’elle se déclare dans l’enfance. Cependant, des formes graves sont observées chez les tout-petits et certains adultes (femmes enceintes, personnes immunodéprimées).
  • « Comment mon fils peut-il éviter de se gratter ? »
    Les boutons de la varicelle démangent, mais il faut que l’adolescent se gratte le moins possible pour éviter les cicatrices et toute surinfection. L’utilisation d’un antihistaminique permet d’atténuer le prurit. Par ailleurs, il est important de couper les ongles courts et qu’ils soient propres afin d’éviter, là aussi, le risque de surinfection. L’application d’un antiseptique à base de chlorhexidine aqueuse sur les boutons permet de prévenir ce risque et de les assécher plus rapidement. Aucun autre produit (talc, crème ou pommade) ne doit être utilisé. Par ailleurs, le médecin peut prescrire un médicament antihistaminique qui possède une action antiprurigineuse mais aussi des propriétés sédatives qui apaiseront les démangeaisons.
  • « Y a-t-il d’autres médicaments à prendre ? »
    Dans les varicelles non compliquées, le paracétamol, antipyrétique et antalgique, peut contribuer à faire baisser la fièvre et à calmer le prurit. En revanche, l’aspirine est proscrite car elle risquerait de générer un syndrome de Reye, tout comme l’ibuprofène ou les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens qui sont suspectés de pouvoir provoquer une surinfection bactérienne grave [3].
  • « Existe-t-il des médicaments antiviraux pour cette affection ? »
    L’aciclovir est recommandé che les patients immunocompétents : femme enceinte dont l’éruption cutanée survient dans les huit à dix jours précédant l’accouchement ; nouveau-né âgé de 0 à 28 jours ; nouveau-né avant l’éruption lorsque la mère a contracté une varicelle dans les cinq jours précédant l’accouchement ou les deux jours suivants ; formes graves de l’enfant de moins de 1 an ; varicelle compliquée (pneumopathie et encéphalopathie en particulier). Cet antiviral est également indiqué chez le sujet immunodéprimé.
  • « Est-il utile de consulter un médecin ? »
    Une consultation peut s’avérer nécessaire en l’absence d’amélioration au bout de quelques jours.
  • « Doit-on respecter des règles particulières d’hygiène ? »
    Il faut éviter les bains chauds et préférer la douche à l’eau tiède pour limiter la sensation de démangeaison. La peau doit ensuite être séchée avec une serviette propre en tapotant légèrement pour ne pas irriter les lésions.
  • « En combien de temps la guérison s’obtient-elle ? »
    En règle générale, la guérison survient en dix à douze jours, même lorsque l’éruption et importante. Les vésicules sèchent et font place à une croûte brunâtre qui tombe au bout de quelques jours en laissant une tache rosée qui disparaît sans entraîner de séquelles, sauf en cas de grattage intempestif.
  • « Un vaccin aurait-il pu protéger mon fils ? »
    Il existe un vaccin dont l’administration n’est recommandée que chez la femme en âge de procréer et les adolescents n’ayant pas contracté la maladie ou en post-exposition chez les adultes immuno déprimés sans antécédents de varicelle et ayant été en contact avec une personne atteinte1.
  • « Peut-on attraper la varicelle à plusieurs repises ? »
    Une fois la maladie développée, un individu est en général immunisé à vie. Toutefois, le virus reste latent dans l’organisme. Il peut se réactiver un jour ou l’autre et déclencher un zona, en particulier dans un contexte d’immunodépression.
  • « Dois-je retirer mon enfant de l’école ? »
    Il est nécessaire qu’un enfant ayant contracté une varicelle reste à la maison. Il pourra retourner à l’école après la disparition des croûtes. En effet, la contagiosité est maximale deux jours avant et six jours après l’apparition des boutons. Il est important d’informer l’encadrement de l’établissement qui peut être confronté à une épidémie.
A lire aussi : L’asthme, une affection chronique des voies respiratoires. L’asthme est une affection chronique des voies respiratoires très fréquente, engendrant une inflammation et une constriction bronchiques, ainsi qu’une hypersécrétion de mucus... En savoir plus

Note
1 Le vaccin antivaricelleux (Varilrix®, Varivax®), vivant atténué, est indiqué en prévention chez les sujets à partir de 12 mois. Il peut aussi être administré aux sujets réceptifs exposés au virus. Une administration dans les trois jours suivant l’exposition à un patient présentant une éruption peut réduire le risque de complications.

Points à retenir

  • La varicelle est une maladie infectieuse virale extrêmement contagieuse qui atteint le plus souvent les bébés ou les jeunes enfants.
  • Elle est responsable d’une éruption de vésicules sur la peau et les muqueuses.
  • Elle guérit en une dizaine de jours, mais des réactivations sous forme de zona sont possibles à l’âge adulte.
  • Le traitement est symptomatique chez le sujet immunocompétent. L’aspirine est formellement contre-indiquée car sa prise risquerait de déclencher un syndrome de Reye.
  • Les traitements antiviraux ne sont prescrits qu’en présence d’un terrain à risque.

Déclaration de liens d’intérêts
Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

Références
[1] Réseau Sentinelles. http://websenti.u707.jussieu.fr/ sentiweb/
[2] Ameli. Reconnaître la varicelle de l’enfant. www.ameli.fr/assure/sante/ themes/varicelle-enfant/ reconnaitre-varicelle-enfant
[3] Vidal. Varicelle : prise en charge. www.vidal.fr/ recommandations/1474/ varicelle/prise_en_charge/

Actualités pharmaceutiques
Supplément préparateur au n° 591 - 4e trimestre 2019

Je découvre la revue

Je découvre l'ensemble des aricles dans cette spécialité

Share
Tweet
Share
Share