Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Jacques Le Coz présente son nouvel ouvrage de mésothérapie

France | 21 octobre 2020

Par Monique R

Mésothérapie place en traumatologie et en rhumatologie

Mésothérapie place en traumatologie et en rhumatologie

Mésothérapie : place en traumatologie et en rhumatologie

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage Mésothérapie : place en traumatologie et en rhumatologie(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre), nous avons interviewé son auteur : Jacques Le Coz.

Mésothérapie

Mésothérapie

Elsevier-Masson : Docteur Jacques Le Coz, vous expliquez dans votre ouvrage que vous avez rencontré le Docteur Pistor, inventeur de la mésothérapie, alors que vous étiez un tout jeune médecin et vous écrivez « Ce fut une révélation ». Pourquoi ? Qu’est-ce que cela a changé dans votre pratique de médecin ?

DrLC : Traiter le mal à son origine ou sur sa localisation paraissait une évidence.

Mettre de petites doses de médicaments allopathiques au bon endroit en évitant la voie générale et ses effets secondaires également.

Ne plus convoquer le malade régulièrement en médecine générale mais qu’il ne revienne qu’à sa demande était révolutionnaire.

EM : est-ce que la mésothérapie a beaucoup évolué depuis ses débuts ?

DrLC : La disparition de nombreux médicaments de faible coût nous handicape.

Nous avons donc réduit nos mélanges, critiqués par les anciens mandarins et avons amélioré notre observation clinique.

EM : Vous citez cette phrase du Dr Pistor « Peu, rarement, et au bon endroit ». Est-ce que les patients sont rassurés par cette approche peu invasive et très localisée ?

DrLC : Certainement et elle est toujours d’actualité.

Si après un diagnostic précis et 3 traitements, l’amélioration est inférieure à 50 %, je change de thérapeutique, c’est pour cela que l’ouvrage est consacré à mes autres pratiques : Infiltration de gel, de cortisone, de PRP, de gel + PRP.

EM : Votre ouvrage traite de la mésothérapie appliquée à la traumatologie et la rhumatologie. Vous soignez des sportifs, mais pas seulement. Quel est le profil des patients que vous soignez par la mésothérapie ?

DrLC : J’ai eu l’occasion de traiter de très nombreux sportifs professionnels ou de haut niveau.

Je l’ai fait pendant 10 ans en me déplaçant au camp des Loges à St Germain en Laye pour soigner en mésothérapie 1 fois par semaine les professionnels de ligue 1 de football, dans le cadre de l’INSEP au bois de Vincennes où est regroupé l’Elite de nos sportifs et ceci pendant 33 ans.

Enfin je soulage ou guéris les sportifs amateurs et également des personnes plus âgées arthrosiques.

EM : Vous expliquez dans votre ouvrage la méfiance rencontrée par la mésothérapie à ses débuts et sa reconnaissance croissante en France et à l’étranger. Aujourd’hui, est-il facile pour un médecin en exercice de se former ?

DrLC : Bien sûr, cette technique est banalisée probablement trop ; chacun « piquote » dans son coin entrainant douleur à l’injection, hématomes, répétitions trop rapprochées des séances ou trop nombreuses.

L’enseignement à la faculté a rendu officielle la technique publiée en 1987 par l’académie de médecine mais rien ne remplace un stage auprès d’un médecin rompu à cette méthode  qui laisse piquer ses malades sous son contrôle.

EM : quel conseil donneriez-vous à un étudiant en médecine qui s’intéresse à la mésothérapie ? À partir de quelle année peut-il s’initier ? Comment ?

DrLC : Dès qu’il peut faire un remplacement.

L’auteur

Dr. Jacques Le Coz : Il pratique la mésothérapie depuis 1978 et a été médecin à l’Institut National des Sports de Paris durant 33 ans. Il a enseigné en France et à l’étranger pendant de longues années auprès du docteur Michel Pistor, inventeur de la mésothérapie, lui a succédé de 1991 à 1997 à la tête de la Société Française de mésothérapie et a également été son vice-président à l’international. Il transmet depuis 1980 son expérience lors de stages pratiques à son cabinet aux médecins français et étrangers. Il a été médecin de l’équipe de France de Bobsleigh et du PSG Rugby à XIII puis médecin de l’équipe professionnelle du PSG Foot de 1983 à 1992 puis en 2002.

Stages pratiques de mésothérapie : www.meso-therapie.com(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Mésothérapie Place en traumatologie et rhumatologie Jacques Le Coz ISBN  9782294771811

Extrait de l'ouvrage En savoir plus(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) Médecine Médecine Générale Médecine complémentaire

Mésothérapie

Mésothérapie