Plaies, cicatrisation et pansements

Bonnes pratiques infirmières en fiches

plaies-et-cicatrisation.jpg

Fiche 3

Principes de la cicatrisation

Il ne suffit pas d’appliquer un pansement pour qu’il y ait cicatrisation. C’est un phénomène complexe, plurifactoriel et pluridisciplinaire (dermatologie, médecine vasculaire, gériatrie, chirurgie vasculaire, chirurgie plastique, orthopédie, etc.).

Depuis les travaux de George D. Winter sur la cicatrisation, entre 1962 et 1964, une étude comparative a montré chez le porc que les plaies sous un pansement occlusif cicatrisaient plus vite.

La notion de cicatrisation en milieu humide a fait son apparition et influence encore la prise en charge des plaies et la création des dispositifs de cicatrisation.

1 Qu’est-ce qu’une plaie ?

La plaie, en anglais wounds, correspond à la rupture de l’intégrité de la peau suite à un dégât physique, thermique ou à un trouble sous-jacent, ouvrant l’organisme vers le milieu extérieur.

En fonction de sa surface ou de sa profondeur, il peut y avoir une exposition des tissus tels que les muscles, l’os, les viscères, etc.

La cicatrisation va permettre de reconstituer l’épiderme, le derme et l’hypoderme et toutes les variétés de cellules qui les composent.

2 Phases de la cicatrisation

La cicatrisation normale d’un individu s’effectue environ en quelques semaines. Elle passe par quatre phases différentes (fig. 3.1 et tableau 3.1).

Fig. 3.1. Phase de cicatrisation.
Dessin : Cyrille Martinet
(Cliquez pour agrandir)

saignement Phase inflammatoire Phase de migration Phase de maturation

Tableau 3.1. Les phases de la cicatrisation.

Libération des facteurs de croissance et des cytokines par les plaquettes.

3 Acteurs de la cicatrisation

Cellules

  • Les plaquettes forment le caillot et apportent des facteurs de croissance.
  • Les cellules inflammatoires, les polynucléaires neutrophiles, les lymphocytes et les macrophages vont nettoyer la plaie et apporter des facteurs de croissance.
  • Les cellules cutanées :
    • les fibroblastes fabriquent les fibres de collagène, de réticuline, d’élastine de la matrice extra-cellulaire ;
    • les myofibroblastes jouent un rôle de contraction de la plaie et stimulent la micro-circulation ;
    • les cellules endothéliales régénèrent les vaisseaux (néo-angiogenèse) ;
    • les kératinocytes ré-épithélialisent la plaie à la fin de la période de granulation ;
    • les cellules-souches (dans l’épithélium interfolliculaire, le follicule pileux, la glande sébacée) ont des capacités de renouvellement et de différenciation en des cellules filles spécialisées.

Molécules

  • Facteurs de croissance : FGF (fibroblast growth factor), TGF (transforming growth factor).
  • Cytokines (médiateurs de la communication cellulaire).
  • Métalloprotéases (MMPS).
  • Famille d’enzymes : lorsque qu’elles sont sécrétées en excès, elles vont dégrader les facteurs de croissance, le collagène et la matrice extracellulaire (MEC).

Autres molécules

  • Prostaglandines, leucotriènes.
  • Oxyde nitrique, peptides antimicrobiens.
  • Ions calcium.

Toutes ces molécules sont influencées par les conditions physico-chimiques : PH, température, hygrométrie, PO2, PCO2, milieu chaud et humide sous le caillot de fibrine. Les pansements semi-occlusifs sont également déterminants à la production favorable de ces enzymes.

Facteurs favorisant le retard de cicatrisation (tableau 3.2)

L’infection est l’un des facteurs majeurs de retard de cicatrisation. L’éducation et la sensibilisation aux règles hygiéno-diététiques du patient porteur de plaie sont les priorités de l’infirmière quel que soit son lieu d’exercice.

Tableau 3.2. Facteurs de retard de cicatrisation.

Facteurs généraux cicatrisation

Biofilm

Dans les plaies chroniques, les bactéries s’organisent en biofilm dans environ 60 % des cas. Elles vont former une couche protectrice qui leur confère une résistance aux antibactériens conventionnels. Le biofilm n’est pas forcément visible à l’œil nu, il laisse parfois un aspect luisant.

Les facteurs qui influencent la cicatrisation sont multiples et seront à prendre en compte dans la stratégie de soins.

► Voir aussi :

Fiche 9. Détersion.

Bien débuter - Plaies, cicatrisation et pansements
© 2018 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Vous venez de lire la fiche 3 de l'ouvrage Bien débuter - Plaies, cicatrisation et pansements

Auteurs

Lucinda Brigas-Dos Santos
Infirmière référente plaies et cicatrisation, hôpitaux universitaires Paris Ouest, Vaugirard, Paris
Teddy Cittée
Infirmier diplômé d’État, DU plaies et cicatrisation, hôpital européen Georges Pompidou, Paris
Rachel Le Trocquer
Infirmière diplômée d’État, DU douleur, hôpital européen Georges Pompidou, Paris
Delphine Pain
Infirmière diplômée d’État, DU plaies et cicatrisation, hôpital européen Georges Pompidou, Paris

BIEN DÉBUTER - PLAIES, CICATRISATION ET PANSEMENTS
Lucinda Brigas-Dos Santos, Teddy Cittee, Rachel Le Trocquer, Delphine Pain
ISBN: 9782294762529
Paru le 12 septembre 2018

En savoir plus

Plaies cicatrisations er pansements

Share
Tweet
Share
Share