Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Comment les preprints rendent la recherche plus accessible

France | 31 mai 2022

Cell Press utilise le site SSRN d’Elsevier pour ses preprints

Par Simanta Buck (traduit de l'anglais)

Comment les preprints rendent la recherche plus accessible

Comment les preprints rendent la recherche plus accessible

Les preprints, c'est-à-dire les articles de recherche qui n'ont pas encore fait l'objet d'un examen par les pairs, ont pris de plus en plus d'importance dans l'édition scientifique ces dernières années. Ils sont publiés sur des sites tels que ChemRxiv(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)bioRxiv(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) ou le site d’Elsevier SSRN(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre). Leur utilisation est une pratique de longue date dans certains domaines puisqu’en mathématiques et en physique par exemple, presque tous les travaux de recherche font l’objet d’ autoarchivage(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) sur arXiv(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) avant d'être publiés dans une revue à comité de lecture. Dans d’autres disciplines en revanche leur utilisation doit encore être développée.

Toutefois, dans un monde qui est de plus en plus axé sur l’open access, un certain nombre d’acteurs commencent à s’interroger sur le rôle que les preprints devraient jouer dans leur communauté.

La prépublication présente un certain nombre d'avantages pour les auteurs. A titre d’exemples :

  • L'article est accessible plus tôt dans le processus de publication. Le délai entre la soumission et la publication dans une revue scientifique s’élève souvent à plusieurs mois. L’option preprint donne aux auteurs la possibilité de présenter leur travail en cours à la communauté avant que la version définitive évaluée par les pairs soit disponible. À l'ère d’Internet où l'information se répand rapidement, les chercheurs disposent ainsi d'un moyen efficace de partager leurs premières recherches. Sur la plupart des serveurs les preprints reçoivent un DOI (identifiant d'objet numérique) et sont donc entièrement citables (y compris dans les demandes de subvention des National Institutes of Health et du Wellcome Trust(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) aux États-Unis) ce qui permet également d'établir une chronologie des découvertes si nécessaire. De plus, les prépublications sont archivées ce qui garantit leur disponibilité ultérieure et permanente.

  • Ils donnent aux auteurs la possibilité de solliciter et de recevoir des commentaires. Le partage des premiers travaux des chercheurs sur un serveur de prépublication permet aux auteurs d’échanger sur leurs résultats, d'approfondir le dialogue scientifique et d'apporter, éventuellement, des améliorations à leurs articles. Il ne s’agit pas d’une voie à sens unique : pour les serveurs de prépublication qui acceptent les commentaires il y a un examen public et transparent des échanges entre les auteurs et la communauté.

  • Ils peuvent augmenter les citations. Bien qu'elles ne soient pas toujours faciles à quantifier, certaines études montrent que la publication d'un article sur un serveur de prépublication améliore à la fois ses citations et ses autres métriques(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre).

Malgré ces avantages certaines voix s’élèvent pour s’interroger sur la valeur des prépublications. La crainte est qu’elles ne soient pas gérées avec l’attention requise et accompagnées d'avertissements pertinents sur la nature préliminaire des recherches ce qui pourrait avoir un impact négatif sur la crédibilité scientifique. Ce problème a été mis en lumière récemment en partant de l’exemple des prépublications Covid-19 qui auraient pu être prises comme des publications ayant fait l'objet d'une évaluation par les pairs. Mais dans un souci de transparence, les serveurs de prépublication réputés, dont SSRN, ont clairement indiqué que ces documents étaient des rapports préliminaires et n'avaient pas encore été examinés par les pairs.

First Look permet aux sociétés et aux revues d'héberger leurs propres prépublications sur SSRN

Alors que de nombreux serveurs de prépublication bien connus sont multidisciplinaires et ne tiennent pas compte des revues, ces dernières années les sociétés savantes ont commencé à héberger des serveurs de prépublication spécifiques pour leurs communautés. La fonctionalité First Look(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) d'Elsevier permet aux sociétés savantes d'héberger du matériel de preprint sur un site dédié à la société savante avant que le contenu ne soit considéré pour la publication dans leur revue officielle - ce que l'American College of Cardiology(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) et Acta Materialia, Inc(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) ont fait pour certains journaux. First Look propose par ailleurs une page d'accueil personnalisée où les sociétés savantes peuvent afficher leur logo, une brève description des revues concernées et leur mission. Les pages d’accueil comportent également le logo de la société, comme cette page pour JACC: Electrophysiologie(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre).

Chaque serveur de preprint dispose également d'un tableau de bord personnalisé permettant à une société savante de suivre les statistiques, et chaque article publié sur First Look obtient sa propre page PlumX Analytics, qui présente les métriques et les citations, y compris celles issues des médias sociaux et de la presse. Les internautes qui souhaitent suivre les flux de contenu preprint de leur société savante peuvent s'inscrire pour recevoir les alertes par courriel lorsque de nouveaux documents sont publiés.

En fonction des besoins de votre communauté il y a deux façons de paramétrer les flux de contenu sur un serveur First Look :

  1. Publication des preprints à la soumission

  2. Publication des preprints lorsque l’article est envoyé à l'examen des pairs.

Les prépublications de The Lancet(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) sont un exemple de la première méthode. Les auteurs peuvent choisir de publier leur article sur le site First Look au moment de la soumission, après une vérification standard de la pertinence du choix du journal par l’auteur. Le  site Sneak Peek de Cell Press (S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)suit la règle de la deuxième option ; les auteurs peuvent choisir de publier leurs travaux sur le serveur SSRN uniquement lorsque leurs articles sont envoyés pour l’examen par les pairs.

Pour en savoir plus sur First Look veuillez contacter votre éditeur chez Elsevier.

Un article de

Simanta Buck

Simanta Buck est l'éditrice chez Cell Press, une marque d'Elsevier. Elle gère les relations de Cell Press avec ses cinq sociétés partenaires. : Elle a passé 14 ans chez Cell Presset et au cours de cette période elle a mené à bien plusieurs projets de support des auteurs et aidé les sociétés savantes à travailler les stratégies de développement de leurs revues. Elle a également écrit pour le blog Cell Press Crosstalk et codirigé l’équipe de production. Elle aime écrire, avoir des activités en plein air et passer du temps avec sa famille.

Twitter(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

LinkedIn(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Simanta Buck

Simanta Buck