Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Soyez réhab

6 septembre 2023

Par Anne Claire Nonnotte

Soyez Réhab - Nicolas Rainteau

Mais au fait qui es-tu ?

Avant de commencer, mettons les choses au clair. Ce chapitre sur l'identité n'est pas ici pour faire de la sémantique, de la fausse bienveillance ou encore pour cacher la réalité des maladies psychiques. Ce chapitre est là car il est indispensable, et un préalable incontournable aux principes, techniques et explications qui seront énoncés dans ce livre. Car bien comprendre quelqu'un c'est avant tout bien le connaître. Mais attention, si l'histoire médicale d'un usager peut s'avérer pleine d'informations, elle est avant tout très réductrice, et si vous en restez là de votre connaissance de la personne en face de vous, vous risquez rapidement de ne rien comprendre au film! Ou pire d'en écrire un autre! Alors doucement Quentin Tarantino, pas de conclusions hâtives !

Vous l'aurez peut-être remarqué, souvent lorsqu'on parle d'une personne avec une maladie psychique, nous utilisons des tournures comme «souffrant de, atteint de, avec…» avant de citer le nom de la maladie (exemple  : personne atteinte de schizophrénie). L'important à la fin étant d'utiliser surtout le terme ou la tournure que souhaite l'usager. Mais pourquoi ces discussions? Effet de style? Amour de la langue française? Obsession des phrases longues? Eh bien, non! Cette façon de nommer les choses permet dès le début de bien faire la différence entre la personne et sa maladie. De s'éviter en premier lieu d'oublier que quels que soient le diagnostic, les symptômes, les traitements, les comptes rendus, il y a derrière chaque usager une personne qui est, a été et sera. Une personne avec son histoire, ses qualités, ses défauts, son caractère, ses valeurs, ses croyances. Et si les maladies psychiques apportent leurs lots de symptômes divers et variés, elles ne font jamais disparaître la personne qui malgré elle les accueille. À travers ces lignes, nous abordons un des piliers du rétablissement qu'est l'identité. Il sera impossible d'appréhender les chapitres suivants sans cette notion fondamentale. Ne jamais oublier la personne derrière la maladie. Pourquoi? Par respect? Lutte contre la stigmatisation? Oui, mais pas que! Ne voir une personne que par le prisme de la maladie c'est comme mettre des lunettes de soleil la nuit. On n'y voit rien, on tâtonne, on se trompe et on finit par faire fausse route. Le problème c'est que quand vous avez mis le doigt dans l'engrenage, difficile de faire marche arrière. Tout y passe! La moindre réaction? C'est un symptôme! Le moindre refus de traitement ? C'est un manque de conscience de la maladie! Le moindre mécontentement ? C'est le traitement qui ne marche plus! Et c'est comme cela que de manière très insidieuse nous faisons disparaître doucement mais sûrement la personne derrière la maladie. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Qui dit mauvaises interprétations et association systématique d'une réaction à la maladie dit réponses apportées inappropriées.

Nous pouvons résumer par le schéma ci-dessous le processus décrit précédemment :

Propos, réactions, actions

Afin d'illustrer au mieux les concepts évoqués plus haut, rejoignons «Le coin de Théo». Nous allons voir que l'oubli de l'identité peut se cacher dans beaucoup de situations et que les conséquences sont souvent catastrophiques.

Le coin de Théo

Vous venez de découvrir un extrait de l'ouvrage  Soyez Rehab(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Guide pratique de réhabilitation psychosociale par Nicolas Rainteau

Nicolas Rainteau est psychiatre et responsable du centre de rétablissement et de réhabilitation (C2R) Jean Minvielle, centre référent de la région Occitanie pour la réhabilitation psychosociale

La table des matières de l'ouvrage

Chapitre 1 Questions, réponses et idées reçues sur le rétablissement et la réhab  Chapitre 2 Mais au fait qui es-tu ?  Chapitre 3 Pour se comprendre  Chapitre 4 Créateurs d’environnement  Chapitre 5 L’accommodation : ce chemin tentant qui mène à l’échec  Chapitre 6 Réhab, pourquoi ça coince ?

Soyez Rehab(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) © 2022, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Tous les ouvrages en psychiatrie(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Voir l'intégralité de notre catalogue sur notre site :  www.elsevier-masson.fr(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)