Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Pathologies liées à la chaleur

14 juin 2023

Pathologies liées à la chaleur

Pathologies liées à la chaleur - Guide infirmier des urgences

Coutry, Loïc; Ries, Anne-Sophie;

Guide infirmier des urgences(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre), Fiche 95, 483-486

Objectifs

  • Repérer l'urgence vitale du coup de chaleur.

  • Traiter par réfrigération et réhydratation.

  • Prévenir les hyperthermies lors de canicules ou d'événements sportifs par temps chaud.

Définitions et physiopathologie

Les pathologies liées à la chaleur sont    :

  • avec conscience normale, température normale ou inférieure à 40°C et hémodynamique conservée :        

    • l'insolation,

    • les crampes de chaleur,

    • l'épuisement par la chaleur ;

  • avec altération de la conscience (confusion, délire, voire coma), température supérieure à 40°C et troubles cardiovasculaires :    

    • le coup de chaleur classique (CCC) dit «exogène », lié à une exposition prolongée à des températures ambiantes élevées : au repos, personnes fragiles (vieillesse, nourrisson, obésité), antécédents cardiovasculaires et psychiatriques, sudation peu importante → défaut de thermolyse,

    • le coup de chaleur d'exercice (CCE) dit « endogène », lié à un effort physique intense et prolongé : sujet jeune, sudation profuse → excès de thermogenèse et défaut de thermolyse.

Ce sont des pathologies liées à l'environnement où les mécanismes de thermorégulation sont dépassés, entraînant    :

  • déshydratation et insuffisance rénale ;

  • vasodilatation cutanée ;

  • hypoperfusion et hyperperméabilité intestinale ;

  • libération d'endotoxines ;

  • choc vasoplégique et hypovolémique ;

  • CIVD, défaillance multiviscérale ;

  • décès dans 20 à 30 % des cas pour le CCC ;

  • décès dans 10 % des cas pour le CCE.

Bilan IDE et actions immédiates

3S, AVPU et bilan ABC primaire.

  • Scène : observation visuelle, observation olfactive, toucher (peau chaude, sueurs, température élevée, pas d'air conditionné).

  • Situation : extrahospitalier, intrahospitalier, environnement chaud, canicule, événement sportif, sportif, personne âgée et alitée, obèse, nourrisson, problème psychiatrique.

  • Sécurité: équipement de protection individuelle, risque de suraccident.

Présentation du malade : troubles de la conscience.

  • AVPU  : alerte ou confus à comateux.

  • ABC  :        

    • Airway : à risque ou obstrué → manœuvre de libération des VAS, PLS, canule de Guedel, bronchoaspiration, préparer l'IOT.

    • Breathing : hyperventilation, œdème pulmonaire → oxygénothérapie : masque à haute concentration sous 15 litres d'oxygène.

    • Circulation : tachycardie, peau chaude, rose, humide (sueurs) ou pli cutané (déshydratation), pouls périphériques filants ou abolis, TRC diminué, jugulaires plates → 2 VVP.

  • Impression initiale :

Le patient en coup de chaleur est toujours un patient critique dont le pronostic vital est en jeu.

La survie du malade va dépendre de la rapidité du refroidissement et de la réhydratation.

  • Actions immédiates urgentes :

Extraire le patient de la chaleur

  • Admission en SAUV.

  • déshabillage du patient.

  • Réhydratation hydroélectrique.

  • Traitement des convulsions.

Bilan secondaire et soins infirmiers

Outils diagnostiques

  • Glycémie.

  • Température.

  • ECG.

  • Saturation en oxygène.

  • Biologie :        

    • NFS, TP, TCA ;

    • ionogramme sanguin, créatinine, urée ;

    • CRP, calcium, magnésium, phosphore ;

    • bilan hépatique, CPK, GDS artériel, lactate ;

    • troponine, TSH ;

    • BU, ECBU.

  • Radiographie du thorax.

Tableau 95.1

Interrogatoire OPQRST des pathologies liées à la chaleur.

O

Brutal ou progressif

P

Exposition au chaud Exercice intense

Q

R

S

Température (auriculaire ou rectale) : supérieure à 40 °C, très grave si supérieure à 42 °C

T

Depuis combien de temps ?

Tableau 95.2

Interrogatoire SAMPLER des pathologies liées à la chaleur.

S

Hyperthermie Troubles de la conscience, convulsions Tachycardie Sueurs profuses

A

M

Traitement diurétique, anticholinergique, neuroleptique (diminue la tolérance au stress thermique) Efficacité des antipyrétiques ?

P

Antécédents cardiovasculaires, psychiatriques

L

E

Exposition au chaud

R

Environnement chaud, canicule, événement sportif, sportif, personne âgée et alitée, obèse, nourrisson, problème psychiatrique.

Traitement : extraire de la chaleur

  • Déshabillage.

  • Refroidissement rapide :        

    • pack de glace au niveau des axes vasculaires ;

    • humidification (draps humides, tunnel glacé) ;

    • pas d'eau froide directe, car risque de frissons.

  • Remplissage vasculaire avec solutés froids (500 à 1000 mL en bolus toutes les 20minutes).

  • Paracétamol possible selon résultat biologique, mais bénéfice non évalué.

  •  Benzodiazépines si convulsions ;

  • Noradrénaline si choc.

Objectif

Diminution de la température centrale le plus rapidement possible à 39 °C (température cutanée de 30-33 °C).

Réévaluation clinique

  • État de conscience : AVPU.

  • ABC.

  • Température centrale toutes les 5 minutes : mesures de refroidissement stoppées à 38  °C en centrale tout en surveillant le risque de rebond thermique.

  • Stabilité hémodynamique avec PAM à 60 mmHg : risque de surcharge vasculaire.

Autres hypothèses diagnostiques

  • Hyperthermie et troubles du système nerveux central :        

    • sepsis sur méningite, méningo-encéphalite ;

    • hémorragie cérébrale ;

    • crise thyréotoxique ;

    • phéochromocytome ;

    • intoxications médicamenteuses (atropiniques, ecstasy, etc.).

  • Troubles de la conscience et chaleur extérieure élevée        :        

    • hypoglycémie ;

    • AVC ;

    • méningite ;

    • crise de paludisme.

Récapitulatif

Coup de chaleur :

  • hyperthermie supérieure à 40 °C ;

  • altération de l'état de conscience ;

  • troubles cardiovasculaires ;

  •  causes circonstancielles ;

  • pronostic vital en jeu.

Références

[1] Ryan S., Sherman J. Sustainable anesthesia Anesth Analg 2012 ;  114 (5) : 921-923 [cross-ref]

[2] Vollmer M.K., Rhee T.S., Rigby M., et al. Modern inhalation anesthetics: potent greenhouse gases in the global atmosphere Geophys Res Lett 2015 ;  42 (5) : 1606-1611 [cross-ref]

[3] MacNeill A.J., Lillywhite R., Brown C.J. The impact of surgery on global climate: a carbon footprinting study of operating theatres in three health systems Lancet Planet Health 2017 ; 1 (9) : e381-e388

[4] Société française d’anesthésie et de réanimation. Le Congrès. Sfar Green. Septembre 2018. http://2018.sfar-lecongres.com/les-informations-general es-du-congres/sfar-green

[5] Société française d’anesthésie et de réanimation, Comité pour le développement durable en santé. Guide pratique. Développement durable au bloc opératoire. Enjeux. Bonnes pratiques. Réglementation. Septembre 2017. https://sfar.org/download/guide-pratique-sfar-du-developpement-durable-au-bloc-operatoire/?wpdmdl=31475&refresh=6228d7e5738821646843877

[6] Société française d’anesthésie et de réanimation. Fiches Sfar Green. https://sfar.org/comites/developpement-durable/fiches-pratiques/sfar-green/

[7] McGain F., Muret J., Lawson C., Sherman J.D. Environmental sustainability in anaesthesia and critical care Br J Anaesth 2020 ;  125 (5) : 680-692 [cross-ref]

[8] Sherman J.D., Ryan S. Ecological responsibility in anesthesia practice Int Anesthesiol Clin 2010 ;  48 (3) : 139-151 [cross-ref]

[9] White S.M., Shelton C.L., Gelb A.W., et al. Principles of environmentally-sustainable anaesthesia: a global consensus statement from the World Federation of Societies of Anaesthesiologists Anaesthesia 2022 ;  77 (2) : 201-212 [cross-ref]

[10] Ministère des Solidarités et de la santé. Ségur de la santé, les conclusions. Juillet 2020. p 25. https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dossier_de_presse_-_conclusions_segur_de_la_sante.pdf

[11] Morin E, Muret J, Belluteau S, et al. Audit sur le tri des déchets au bloc opératoire. Octobre 2021. https://sfar.org/download/eleonore-morin/?wpdmdl=35682&refresh=623b0a4de19b31648036429

[12] Décret n° 97-1048 du 6 novembre 1997 relatif à l’élimination des déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés et des pièces anatomiques et modifiant le Code de la santé publique (deuxième partie : Décrets en Conseil d’État). www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000569702/

[13] Laënnec B., Duault E. Des actions au profit des enfants opérés financées par le recyclage des métaux Oxymag 2022 ;  35 (184) : 28-30