Malade porteur d’une sonde vésicale à domicile

Cet article et ce quiz sont tirés du traité de Médecine Akos

Je découvre ce traité

Auteurs : V. Phé, M. Rouprêt

Références auteurs

V. Phé.

M. Rouprêt (morgan.roupret@psl.aphp.fr).

Service d’urologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, 47-83, boulevard de l’Hôpital, 75651 Paris cedex 13, France.

Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, Université Paris VI, Paris, France.

La sonde vésicale à demeure est indiquée en cas d’incontinence urinaire ou de rétention permanente (paraplégique, malade inopérable) lorsque aucune autre alternative n’est envisageable. Dans tous les cas, ce geste doit être atraumatique, indolore, stérile. Il existe différents modèles de sondes, mais dans le cas d’un sondage à demeure, on utilise le plus souvent une sonde à ballonnet, de Charrière 16 ou 18, 100 % silicone, car mieux tolérée.

La poche de recueil doit être stérile, vidangeable, munie d’une valve antiretour, avec un tuyau de bon calibre, semi-rigide, comportant un site de prélèvement à urines. Les soins d’hygiène sont indispensables. Après une toilette à l’eau et au savon, il ne faut pas oublier de recalotter les hommes. La diurèse doit être abondante afin d’éviter l’obstruction de la sonde. Certaines habitudes doivent être respectées : vérifier le bon écoulement des urines, ne déconnecter la sonde du sac collecteur qu’en cas d’urgence et de manière aseptique, respecter les dates de changement de sonde (tous les mois), vider régulièrement le sac collecteur à l’aide du robinet de vidange. Tout patient porteur d’une sonde à demeure voit ses urines contaminées au bout de 3 jours si la règle du système clos n’a pas été respectée. Seules les infections urinaires symptomatiques (fièvre, douleurs, frissons, épididymite …) doivent être traitées par une antibiothérapie adaptée. L’examen cytobactériologique des urines (ECBU) doit s’effectuer uniquement par le site de prélèvement situé sur le sac collecteur, après désinfection, avec une seringue et une aiguille. Il ne faut jamais prélever les urines dans la poche de recueil car les urines présentes dans le sac peuvent avoir stagné plusieurs heures, et l’ECBU peut être ininterprétable. S’il n’y a pas de site de prélèvement, recueillir les urines directement à la sortie de la sonde, en déconnectant la sonde du sac, de façon aseptique. Lorsque la sonde est bouchée, le patient se plaint de douleurs pelviennes, et il y a des fuites autour de la sonde. Dans ce cas, il faut faire des lavages de vessie à la seringue et augmenter les boissons. Si la sonde ne peut être débouchée, il faut la remplacer. Si les malades porteurs de sonde à demeure sont de plus en plus nombreux, il faut toujours se demander s’il n’existe pas une meilleure solution pour assurer la vidange vésicale. L’indication du sondage à demeure peut être remise en question en fonction de l’évolution de la situation d’un patient.

Introduction

En savoir plus

Risques du sondage vésical

En savoir plus

Terminologie

En savoir plus

Mécanismes de l’infection

En savoir plus

Facteurs de risque de l’infection

En savoir plus

Diagnostic d’une infection urinaire chez le patient sondé

En savoir plus

Traitement de l’infection

En savoir plus

Prévention du risque infectieux

En savoir plus

Conclusion

En savoir plus

et maintenant, testez vos connaissances en 6 questions

Malade porteur d'une sonde vésicale à domicile

1. Parmi les propositions suivantes, donnez celles qui sont vraies :

A - une longue durée de sondage vésical est associée à un risque plus important d’infections urinaires

B - un homme sondé a plus de risque de faire une infection urinaire qu’une femme sondée

C - un patient sondé qui boit peu a plus de risque de faire une infection urinaire

D - le diabète est associé à un risque plus important d’infection urinaire

E - un patient sondé de 85 ans sans antécédent a plus de risque de faire une infection urinaire qu’un patient de 40 ans sondé sans antécédent

2. Concernant le diagnostic d’infection urinaire sur sonde vésicale, donnez les propositions vraies :

A - une leucocyturie sans bactériurie peut être visible à l’ECBU

B - le germe le plus souvent en cause est Escherichia coli

C - la colonisation asymptomatique est définie par l’association d’un ECBU positif et d’une fièvre à 38 °C

D - pour prélever un ECBU chez un patient sondé, on recueille l’urine directement de la sonde vésicale après avoir désadapté le collecteur

E - une bactériurie à 10² ufc/ml doit conduire à la réalisation impérative d’un antibiogramme

3. Parmi les propositions suivantes concernant la colonisation asymptomatique, lesquelles sont vraies ?

A - le traitement antibiotique systématique permet de diminuer la morbidité

B - le traitement antibiotique systématique permet de diminuer la mortalité

C - le traitement antibiotique n’est pas systématique, d’autant plus qu’il favorise l’émergence de germes résistants

D - le traitement est systématique avant la réalisation de biopsies de prostate

E - en cas de candidurie, il faut prescrire un antifongique systémique

4. Parmi les propositions suivantes concernant la colonisation symptomatique, lesquelles sont vraies ?

A - le traitement antibiotique est recommandé

B - la sonde vésicale doit être changée immédiatement

C - en cas de candidurie symptomatique, les antifongiques systémiques sont recommandés

D - le traitement antibiotique, s’il est prescrit, doit avoir une durée maximale de 48 heures

E - la sonde vésicale doit être gardée impérativement

5. Quelles mesures permettent de limiter les infections sur sonde vésicale ?

A - maintenir une diurèse abondante

B - laisser le sac collecteur au sol pour maintenir un drainage déclive

C - effectuer une toilette génitale quotidienne

D - changer la sonde vésicale tous les mois

E - maintenir le système clos

6. Parmi les propositions suivantes concernant le changement de sonde vésicale, lesquelles sont vraies ?

A - le changement de sonde vésicale doit être réalisé impérativement par un médecin

B - un ECBU 24-48 heures avant le changement de sonde est recommandé

C - le changement de sonde vésicale est recommandé tous les 3 mois

D - un ECBU doit être réalisé chaque semaine chez le patient sondé, et s’il est positif, un changement de sonde s’impose

E - le changement de sonde vésicale doit se faire en milieu hospitalier

Réponses

En savoir plus
Share
Tweet
Share
Share