Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Le développement durable en établissements sanitaires et médico-sociaux

29 juin 2023

Par Anne-Claire N.

Le développement durable en établissements sanitaires et médico-sociaux

Le développement durable en établissements sanitaires et médico-sociaux

Nous vous proposons de découvrir un article de la revue Soins Aides-Soignantes

Le développement durable en établissements sanitaires et médico-sociaux

Fabien Valente :  Responsable du développement durable IRFSS Occitanie, Croix-Rouge française, 71, chemin des Capelles, 31300 Toulouse, France

Soins Aides-Soignantes

Soins Aides-Soignantes

Résumé

Le développement durable, facteur de performance économique, de qualité des soins et du bien-être au travail, doit répondre également aux enjeux écologiques. Cette démarche vertueuse est intégrée dans une dynamique perpétuelle au bénéfice tant de l’établissement, des patients et des salariés que de l’environnement.

Mots clés : développement durable, économie, établissement sanitaire, organisation, performance, qualité

À l’heure où le climat sociétal pourrait opposer conjoncture économique, malaise social et enjeux environnementaux, la notion de développement durable est plus que jamais présente. Cette actualité peut se voir tant par le prisme de l’individu citoyen que par celui du monde des organisations, quels que soient leurs secteurs d’activité.

Pour rappel, la notion de développement durable est apparue en 1987 dans le rapport Brundtland des Nations unies comme étant « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » [1]. De façon plus pragmatique, ce concept repose sur trois piliers : efficacité économique, équité sociale et qualité environnementale [2]. Pour une mise en place efficiente, les organisations peuvent compter sur les démarches qualité tant dans la méthodologie que le suivi et l’évaluation [3, 4].

Un principe intégré dans les organisations

La France intègre en 2005, dans le préambule de sa constitution, les droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement [5].

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, la ministre de la Santé et des Sports, Roselyne Bachelot, précisera que « La qualité des soins [...] ne doit pas être atteinte aux dépens de l’environnement » lors de son discours du 27 octobre 2009 [6] accompagnant la signature de la convention portant sur l’engagement des établissements de santé.

À l’instar des entreprises, le développement durable devient une composante intrinsèque aux projets et aux stratégies des organisations sanitaires, sociales et médico-sociales. Il intègre les notions déjà existantes de respect des normes, de sécurisation des soins, de gestion des risques et d’analyse des pratiques. Il associe les démarches qualité interrogeant sur :

  • les valeurs, missions, activités d’un établissement et sa responsabilité sociale et environnementale ;

  • la démarche d’amélioration continue de la qualité dans une logique de continuité d’activité et de durabilité ;

  • la gestion des risques avec l’intégration des risques environnementaux, sociaux et économiques ;

  • un système de soins respectueux de l’homme (salariés, patients, résidents, bénéficiaires, autres acteurs) et de son environnement.

Ainsi, la convention relative au développement durable 2017-2020 signée le 5 mai 2017 entre l’État et les fédérations des secteurs du sanitaire, du social et du médico-social [7] définit les grands domaines d’actions concrètes, déclinés en huit engagements (encadré 1).

Encadre 1

Encadre 1

Actions concrètes pour les soignants

Une gestion prudente et la transposition de ses propres pratiques quotidiennes au milieu professionnel permet de lutter contre le gaspillage avec des actions simples :

  • ne pas laisser couler l’eau durant toute la durée de la toilette ;

  • éteindre les lumières, les téléviseurs, les appareils électriques, etc. dans les chambres inoccupées ;

  • trier les déchets en plus des obligations légales (déchets d’activités de soins [DAS], déchets d’activités de soins à risque infectieux [DASRI]) ;

  • limiter l’utilisation des consommables et matériels à usage unique ;

  • inciter au covoiturage entre collègues ;

  • se défaire des gobelets à usage unique dans les salles de repos.

Tri-selectif

Tri-selectif

Ces solutions pratiques s’avèrent bénéfiques tant pour l’environnement, en limitant les consommations et la production de déchets, que pour les finances de l’établissement car ce sont autant d’économies réalisées et de bénéfices pour la société avec l’amélioration de la qualité des soins. Ainsi, les établissements de santé ont la responsabilité des effets de leurs activités de soins sur l’environnement et chaque professionnel participe à l’effort collectif attendu. Toutes ces pratiques peuvent se valoriser dans la démarche qualité de l’établissement et sa politique responsabilité sociétale d’entreprise (RSE).

Exemple d’un institut de formation

L’institut régional de formation sanitaire et social de la Croix-Rouge d’Occitanie (IRFSS Occitanie) est inscrit depuis plusieurs années dans une démarche de développement durable. Intégrée dans son projet d’établissement et sa démarche qualité ISO 9001, l’IRFSS Occitanie s’engage dans une stratégie déclinée en plan d’action intégrant quatre volets directement issus de l’adhésion à la charte Agir Local Toulouse (AGIL’T) [8] :

Amenagement

Amenagement

  • environnement (proposer des produits et services respectueux de l’homme et de l’environnement, économiser les ressources, réduire la production et réaliser un tri sélectif de ses déchets) ;

  • loyauté des pratiques (privilégier les achats responsables en intégrant des critères environnementaux, sociaux et éthiques, donner une information transparente sur ses services et répondre aux réclamations clients, être respectueux de ses fournisseurs et clients dans le cadre d’une relation pérenne de qualité) ;

  • relations et conditions de travail (lutter contre les discriminations, favoriser le bien-être au travail, la santé et sécurité et le développement des compétences, employabilité de travailleurs handicapés) ;

  • emploi et développement durable (optimiser les compétences locales et emplois de proximité sur les territoires, contribuer au développement local par sa politique d’achat, s’impliquer dans la société civile notamment, en favorisant l’engagement associatif des étudiants et salariés). L’institut de formation d’aides-soignants rattaché à l’IRFSS Occitanie intègre dans ses enseignements les notions de développement durable. L’objectif est de doter les élèves des compétences et des réflexes de responsabilité concernant les actes de soins, l’hygiène, les déchets, l’énergie, l’usage et la consommation de produits et matériels à usage unique [9].

Conclusion

Avec 13 % de la consommation énergétique mondiale, les établissements de santé doivent prendre en compte le volet environnemental, social et économique dans leur fonctionnement. Véritable levier de transformation, le développement durable utilise les mêmes codes que ceux de la qualité tant en méthodologie qu’en retour sur investissement. L’évolution des mentalités et des pratiques, portée par la direction, a un impact direct sur la réduction des coûts, l’image de la structure, la différentiation par rapport à l’environnement concurrentiel, la motivation et la cohésion des équipes et des étudiants, le recrutement, le bien-être et la qualité au travail.

Déclaration de liens d'intérêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

Vous venez de découvrir un article de la revue Soins Aides-Soignantes

Je découvre la revue

Découvrez l'ensemble des articles dans cette spécialité

L'ensemble des produits sur notre site e-commerce

Références

[1] Brundtland G.H. Notre avenir à tous New York: ONU (1987). www.diplomatie.gouv.fr/sites/odyssee-developpement-dura ble/files/5/rapport_brundtland.pdf. [2] Les 3 piliers de la RSE. 1er août 2017. les-3-piliers-de-la-rse(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre). [3] Haute Autorité de santé Principes de mise en œuvre d’une démarche qualité en établissement de santé Saint-Denis: HAS (2002). www.has-sante.fr/portail/jcms/c_436583/fr/principes-de- mise-en-oeuvre-d-une-demarche-qualite-en-etablissement- de-sante. [4] Ministère de l’Économie et des Finances. Charte nationale qualité Services à la personne. ww.entreprises.gouv.fr/files/files/directions_services/services-a-la-personne/Pour_les_pros/SE_DEVELOPPER/etape_pour_demarche_qualite.pdf&r=&t=0. [5] Constitution du 4 octobre 1958. affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006071194(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre). [6] Déclaration de Mme Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé et des Sports, sur le respect du développement durable dans les établissements de santé. Paris le 27 octobre 2009. 093003056.html(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre). [7] Convention relative au développement durable entre l’État et les fédérations du secteur sanitaire, social et médico-social 2017-2020. Convention-developpement-durable-5_mai_2017-.pdf(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre). [8] Agir Local Toulouse. www.agilt.fr. [9] Institut régional de formation sanitaire et sociale Occitanie. Démarche Qualité et Développement Durable. La démarche qualité - ISO 9001. Demarche-Qualite-et-Developpement-Durable(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre).