Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

La prévention des blessures liées au port de chaussures de ski

14 avril 2022

Par Anne-Claire Nonnotte

La prévention des blessures liées au port de chaussures de ski

Nous vous proposons de découvrir l'avant propos du dossier du numéro de janvier de la revue du Podologue(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) sur la prévention des blessures liées au port de chaussures de ski

Le pédicure-podologue a une place à prendre dans le conseil du skieur

Nicolas Grenot Rédacteur en chef, pédicure-podologue

Centre paramédical Santy, 4 rue Jean-Sarrazin, 69008 Lyon, France

Elsevier

Avant de devenir un sport de loisir, le ski était un moyen de déplacement, notamment dans les pays nordiques. La première usine de ski, ouverte en 1886 en Norvège, a inauguré l’ère du ski moderne. La France se lance dans l’aventure en 1893. La première paire de skis de série est réalisée à partir de bois lamellé-collé. Il faudra attendre 1950 pour que le ski fasse sa grande évolution avec l’apparition de matériaux novateurs, comme l’aluminium, le contreplaqué, le plastique pour les chants et le métal pour les carres. Les stations de ski prennent leur essor avec des domaines skiables de plus en plus grands. De nouvelles techniques de glisse comme le snowboard exigent de nouveaux matériels. Dans les années 2000, la forme du ski évolue encore, avec une spatule plus ou moins large en fonction des sensations recherchées (course, carving , freeride , freestyle, etc.) [1]. La chaussure de ski bénéficie également d’améliorations constantes, avec l’apparition du système de fermeture par crochets dans les années 1960, puis l’utilisation du polyuréthane. Le thermoformage de la semelle intérieure, voire du chausson, apporte aussi du confort.

Actuellement, environ 13 % de la population française pratique cette activité hivernale [2]. Le choix de l’équipement dépend de la discipline et doit limiter au minimum le risque de traumatisme. Ce sont le plus souvent les seuls professionnels du secteur du ski qui conseillent les skieurs, sans avoir les connaissances physiologiques du pédicure-podologue.

Une chaussure de ski, rigide, de série, est rarement confortable dès lors que le pied n’est pas physiologique : hallux valgus , malléole interne proéminente, tubercule du scaphoïde hypertrophique, pied valgus important. Elle est source de blessures. Le pédicure-podologue a son mot à dire pour essayer de trouver une solution pour ces patients afin de rendre les chaussures de ski contraignantes tolérables, voire confortables. Certaines déformations peuvent être compensées. Cela pourra nécessiter parfois la compétence technique d’un bootfitteur qui travaillera sur la forme de la chaussure et du chaussant.

Déclaration de liens d’intérêts

L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.

Vous venez de découvrir l'avant propos du dossier du numéro de janvier de la revue du Podologue(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) sur la prévention des blessures liées au port de chaussures de ski

© 2021  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Je découvre la revue(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Références

[1] Hudry JLS. Le ski d’hier à aujourd’hui. http://moniteurskimenuires.e-monsite.com/pages/le-ski.html.

[2] Union des entreprises de la filière du sport, des loisirs, du cycle et de la mobilité active. Les chiffres clés du marché du ski en France. L’hiver en France. www.unionsportcycle.com/montagne/les-chiffres-cles-du-m arche-du-ski-en-france.