Intérêt de l’isocinétisme pour la rééducation

Rééducation: Intérêt de l’isocinétisme

Auteurs: Pascal Edouard, Francis Degache, François Fourchet

Résumé

Les possibilités de contrôle de différents paramètres tels que la position, l’amplitude articulaire, la vitesse de mouvement, le mode de contraction (notamment excentrique), la force développée (résistance opposée par des valeurs seuils maximales), le volume et l’intensité de l’exercice, font des dynamomètres isocinétiques des outils très intéressants dans le cadre du renforcement musculaire intervenant dans la rééducation d’un patient. Les applications sont multiples autant pour les pathologies de l’appareil locomoteur que les pathologies neurologiques et cardio-vasculaires. Les protocoles de renforcement doivent être adaptés aux pathologies, aux stades lésionnels, à la tolérance du sujet et du tissu, et aux contre-indications. Cependant, les connaissances actuelles autant sur les protocoles de renforcement à utiliser que sur l’efficacité même de ces protocoles sont modestes.

Mots-clés: renforcement musculaire; rééducation; excentrique; protocole; intensité; volume; pathologie.

La majorité des travaux et publications scientifiques sur l’isocinétisme concernent l’évaluation musculaire, en accord avec le fait que l’isocinétisme est le « gold standard » de l’évaluation musculaire analytique. Cependant, très peu de travaux portent sur l’utilisation des dynamomètres isocinétiques comme outils de rééducation.

Le fait que le sujet développe une force maximale sur toute l’amplitude du mouvement fait de l’outil isocinétique un dispositif de premier ordre pour le renforcement musculaire . De plus, les possibilités de contrôle de différents paramètres tels que l’amplitude articulaire, la vitesse de mouvement, le mode de contraction et la force développée (résistance opposée par des valeurs seuils maximales), font du dynamomètre isocinétique un effecteur de choix dans le cadre du renforcement musculaire en rééducation. Selon les dynamomètres, différentes options peuvent encore améliorer cette potentialité de l’isocinétisme (feedback visuel, compensation active, logiciels dédiés à la rééducation…).

Dans ce contexte, ce chapitre traite des notions de renforcement musculaire, de l’intérêt du mode de renforcement isocinétique par rapport aux autres modes de renforcement musculaire, et enfin des possibilités de rééducation dans différentes pathologies en utilisant les dynamomètres isocinétiques.

Notions de renforcement musculaire

En savoir plus

Renforcement musculaire isocinétique versus isotonique

En savoir plus

Modalités pratiques des protocoles de renforcement musculaire isocinétique

En savoir plus

Applications de l’isocinétisme pour la rééducation de pathologies

En savoir plus

Gonarthrose

En savoir plus

Rééducation isocinétique des pathologies de l’épaule

En savoir plus

Rééducation isocinétique de l’épaule instable

En savoir plus

Rééducation isocinétique des pathologies de la coiffe des rotateurs

En savoir plus

Rééducation isocinétique du rachis: la lombalgie chronique

En savoir plus

Rééducation isocinétique des pathologies de la cheville

En savoir plus

Rééducation isocinétique des tendinopathies

En savoir plus

Tendinopathie patellaire

En savoir plus

Rééducation isocinétique des pathologies neurologiques

En savoir plus

Rééducation isocinétique des pathologies cardio-vasculaires

En savoir plus

Perspectives

En savoir plus

Points clés

L’outil et le mode de contraction isocinétique apparaissent être des compléments intéressants dans la rééducation, pour le renforcement musculaire , par la possibilité de développer une force maximale tout au long de l’amplitude, mais aussi les possibilités de contrôle de différents paramètres (position, amplitude, vitesse, mode de contraction, résistance opposée, intensité et volume des exercices). De plus, les dynamomètres isocinétiques offrent la possibilité d’utiliser, de manière contrôlée et avec sécurité, le mode de contraction excentrique, qui s’avère être bénéfique au niveau du gain de force musculaire, est un mode très intéressant pour guider la cicatrisation et la régénération musculaire et tendineuse, avec une sollicitation cardio-respiratoire moindre dans le cas de pathologies à risques. Les applications de l’isocinétisme en rééducation sont clairement le renforcement musculaire, mais les dynamomètres isocinétiques peuvent aussi être utilisés pour le gain d’amplitudes articulaires ou le gain de proprioception.

Références

En savoir plus

Pour aller plus loin

Afin d’approfondir vos connaissances sur l’utilisation de l’isocinétisme pour la rééducation, nous vous conseillons les lectures suivantes: Dvir Z . Application of isokinetics to muscle conditioning and rehabilitation. Isokinetics: Muscle Testing, Interpretation, and Clinical Applications. Churchill Livingstone; 2004. p. 75 – 102.

Vous venez de lire le chapitre 12 extrait de l’ouvrage Guide d’isocinétisme

Share
Tweet
Share
Share