Le raisonnement clinique infirmier

le-raisonnement-clinique-Loic-Martin.png

Découvrez les premières pages du chapitre 1 Le raisonnement clinique et son utilité de l'ouvrage Le raisonnement clinique infirmier Guide méthodologique.

Le raisonnement clinique et son utilité

→ Connaître les données physiologiques « normales » pour ensuite mesurer les différences entre le sain et le pathologique

→ Définir le raisonnement clinique pour comprendre son utilité quotidienne dans la prise en charge du patient

Pour commencer cet ouvrage, une première définition très simple :

Le raisonnement clinique :

  • c’est analyser les différentes situations de soins quotidiennes prises en charge par le soignant grâce :
    • à des connaissances théoriques ;
    • à l’examen clinique, dont fait partie l’observation ;
    • et à un recueil de données exhaustif ;
  • afin qu’après avoir ainsi identifié des problèmes réels et/ou potentiels, le soignant puisse adapter ses actions auprès des patients.

À la manière de Sherlock Holmes, vous êtes un enquêteur confirmé des soins, qui va chercher des indices (des signes cliniques, des informations, etc.) pour aider l’ensemble du commissariat (l’équipe soignante) à poser un diagnostic, qu’il soit médical ou infirmier, afin de « résoudre l’énigme » et, si possible, « trouver le coupable » — c’est-à-dire trouver la problématique de soin et favoriser la guérison, même si ce n’est pas toujours possible.

le raisonnement clinique utilité

(Source : Loïc Martin.)

Connaître les données physiologiques « normales » pour ensuite mesurer les différences entre le sain et le pathologique

L’objectif premier d’un soignant est de prendre en charge, grâce à des soins de qualité, un groupe de patients dans sa globalité en respectant les individualités de chaque soigné dans une dynamique de travail collaboratif et pluridisciplinaire.

„„■ Soin : « S’occuper de la santé, du bien-être moral ou matériel de quelqu’un. » (Cnrtl, 2016)7.

Le Cnrtl est le Centre national de ressources textuelles et lexicales (www.cnrtl.fr).

■ Soigner : « C’est être conscient à la fois du patient unique devant soi et de l’égale importance de l’ensemble des actions menées par des professionnels aux compétences variées pour faire en sorte que la personne soit réellement soignée. De cette façon, un soignant ne soigne pas qu’un patient. Il soigne aussi l’action qui lui est destinée, la réflexion nécessaire à la mise en œuvre de ses actions soignantes, et il est prêt dans le même temps à donner, prodiguer des soins et recevoir de la personne soignée, par une attitude accueillante, une ouverture, une écoute, une mise en éveil des sens. » (Arslan, 2013).

A lire aussi : Diagnostics infirmiers : Définitions et classifications 2018-2020, un extrait de l'ouvrage de la NANDA

Pour ce faire, avant d’identifier les problématiques de santé et effectuer des soins adaptés, le soignant doit être capable de connaître les caractéristiques d’un individu sain pour ensuite identifier si le patient présente des signes différents des normes scientifiques issues de la littérature.

Dans une situation de soins, il va en pratique mesurer les différences entre « le sain » et « le pathologique » puis soigner la personne qu’il a sous sa responsabilité.

le raisonnement clinique Individu sain(Source : Loïc Martin.)

Pour pouvoir comparer les différences entre le sain et le pathologique, dans un premier temps, il est nécessaire de définir les concepts fondateurs en soins infirmiers puis, dans un second temps, de maîtriser les normes en « Cycles de la vie et grandes fonctions », « Biologie fondamentale » mais aussi en « Psychologie, sociologie anthropologie ».

Une sélection des principaux concepts fondateurs en soins infirmiers

Le concept, selon le dictionnaire Larousse, est « un objet abstrait, conçu par l’esprit, ou acquis par lui, et permettant d’organiser les perceptions et les connaissances ». Nous vous encourageons à consulter l’ouvrage de l’ARSI, Les concepts en sciences infirmières, qui développe avec exhaustivité les concepts de la discipline infirmière afin d’approfondir ce sujet.

Concept : « Une représentation mentale d’un objet, une idée abstraite, c’est-à-dire quelque chose conçue par l’esprit. Il met en évidence un aspect de la réalité filtré par l’intuition et la capacité cognitive à donner forme à une pensée, à une représentation. » (Siebert et Le Neurès, 2009).

■ ARSI : Association de recherche en soins infirmiers.

Santé

« La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. » (OMS, 1946).

La santé peut aussi être définie comme un « état physiologique normal de l’organisme d’un être vivant, en particulier d’un être humain qui fonctionne harmonieusement, régulièrement, dont aucune fonction vitale n’est atteinte, indépendamment d’anomalies ou d’infirmités dont le sujet peut être affecté » (Cnrtl, 2016).

Le but de chaque soignant est de favoriser le meilleur état de santé, de connaître l’Homme sain, en bonne santé, pour ensuite identifier plus efficacement les problèmes potentiels ou réels de santé. Cependant, Arslan (2013) précise qu’il est nécessaire de comprendre que chaque individu a un propre ressenti de sa santé, c’est-à-dire de son bien-être physique et psychologique. Selon Siebert et Le Neurès (2009), le concept de santé, proche du terme de normalité, est considéré comme le contraire du concept de maladie.

Maladie

Comme nous l’avons souligné dans le concept précédent, ce concept est fortement associé à celui de santé. En effet, la maladie, c’est la dégradation, l’altération de la santé par des symptômes et des troubles, tant au niveau bio-psycho-social que culturel.

L’Homme

Être bio-physio-psycho-social possédant des capacités de relations et d’adaptation à son environnement aussi bien familial, social, culturel que professionnel.

La personne

La personne est prise en charge comme un être bio-psycho-social, culturel et spirituel. La perception de ces dimensions favorise la prise en charge globale du bénéficiaire des soins infirmiers. La connaissance de cet individu va permettre, grâce à la qualité du recueil de données, une meilleure analyse de la situation et l’identification plus aisée de ses problèmes de santé.

Qualité de vie

« Évaluation par les patients de leur niveau de fonctionnement actuel et de leur satisfaction quant à ce dernier, par rapport à ce qu’ils perçoivent comme étant possible ou idéal. » (Siebert et Le Neurès, 2009). Ce concept a comme particularité que le jugement porté sur son état de santé peut être différent pour chaque individu. En effet, pour Formarier (2009) qui cite l’OMS (1994), la qualité de vie « est une perception qu’a un individu de sa place dans l’existence, dans le contexte de la culture et du système des valeurs dans lesquels il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ».

Environnement

Ce concept est fortement en lien avec le concept de personne. En effet, la prise en charge d’un patient prend fortement en compte l’environnement : familial, social, culturel, etc., c’est-à-dire un « ensemble des conditions matérielles et des personnes qui environnent un être humain, qui se trouvent autour de lui » (Cnrtl, 2017). La connaissance de l’environnement du patient permet d’individualiser les soins.

Soin

Pour Hesbeen (2012), le sens premier du soin c’est « le souci que l’on a de quelqu’un ou de quelque chose. La préoccupation que l’on en a ».

Il utilise deux termes anglo-saxons : une première dimension du soin, dite perceptive, est le care, ou caring, où l’objectif est de porter une attention grâce, entre autres, à un investissement relationnel, c’est-à-dire de développer « une attitude bienveillante » (Mosconi et Paoletti, 2011), de « prendre soin » ; la seconde dimension, indissociable, est le cure, qui correspond à l’action dont le but serait de traiter — c’est « un modèle centré sur le curatif » (Rothier, 2012).

Le cure mais aussi le care s’acquerront et se développeront tout le long de votre formation.

Le caring, largement développé dans l’ouvrage de Watson (1998), est la philosophie et la science des soins infirmiers : « l’activité d’aider une autre personne à croître et à s’actualiser, un processus, une manière d’entrer en relation avec l’autre qui favorise son développement », cité par Walter Hesbeen (1999).

Soigner

Siebert et Le Neurès (2009) citent Magnon pour définir « soigner » : « C’est l’action d’agir pour soi-même ou pour autrui afin d’entretenir, de maintenir ou de restaurer et promouvoir la santé. »

Enfin, le concept de « soins infirmiers »

Il regroupe « un ensemble de connaissances, de compétences et de techniques relatives à la conception et à la mise en œuvre d’actes de soins infirmiers. Ils contribuent à répondre aux besoins de santé d’une personne ou d’une collectivité » (Siebert et Le Neurès, 2009). Comme le souligne l’ARSI (Formarier et Jovic, 2009), historiquement, c’est Florence Nightingale qui précise, dès 1859, quatre concepts essentiels aux soins infirmiers : soins, personne, santé et environnement. Ils sont détaillés par Fawcett en 1984 sous la forme d’un « métaparadigme infirmier », c’est-à-dire un ensemble de nombreux « concepts, de modèles conceptuels et de théories qui sont tous en lien direct avec un ou plusieurs concepts structurants. Ils résultent des recherches menées par des infirmiers(ères) dans de nombreux pays, au niveau doctoral ou par des équipes de recherche. Ils sont les éléments fondateurs de la discipline des sciences infirmières » (Formarier et Jovic, 2009).

Pour aller plus loin

Concepts en soins infirmiers, univers du soin

Formarier M., Jovic L. (éd.). (2009). Les concepts en sciences infirmières. ARSI. Lyon : Éditions Mallet Conseil.

Bizier N. (1983). De la pensée au geste : un modèle conceptuel en soins infirmiers. Montréal, Canada : Décarie éditeur.

Hesbeen W. (1999). Le caring est-il prendre soins ?  Perspective soignante, 4 : 30-48.

Kérouac S. (1994). La pensée infirmière, conceptions et stratégies. Montréal, Canada : Maloine.

Marchal A., Psiuk T. (2002). Le paradigme de la discipline infirmière en France. Paris : Seli Arslan.

Paillard C. (2016). Dictionnaire des concepts en soins infirmiers. Vocabulaire professionnel de la relation soignant-soigné. 3e édition. Noisy-le-Grand : SETES éditions.


Vous venez de lire le début du premier chapitre de l'ouvrage Le raisonnement clinique

Le raisonnement clinique, de Loïc Martin.
© 2019 Elsevier Masson SAS
Tous droits réservés.

Auteur : Loïc MARTIN

plus auteur

Le raisonnement clinique
Guide méthodologique
Loïc Martin
ISBN: 9782294769207
A paraître le 25 septembre 2019

En savoir plus

le raisonnement clinique infirmier

Share
Tweet
Share
Share