Hématurie

1. Hématurie

Définition et physiologie

À explorer systématiquement lorsque le patient a plus de 50 ans, tabagique.

Physiopathologie et mécanismes d’adaptation

  • Hématurie microscopique avec BU positive: attention aux antiseptiques et aux pigments. À confirmer par ECBU ou HLM.
  • Hématurie macroscopique: attention aux urétrorragies, métrorragies, RifadineFlagyl, betteraves…

Étiologie

  • Infection urinaire bactérienne ou parasitaire.
  • Cancer de la prostate.
  • Cancer de la vessie et VES: tabac, AINS analgésiques, profession à risques, radiothérapie, chimiothérapie.
  • Endométriose.
  • Si post-infections ORL, glomérulonéphrites.
  • Polykystose rénale.
  • Colique néphrétique, lithiase urinaire.
  • Drépanocytose.
  • AVK.

Diagnostic

Examen clinique

Fosses lombaires, organes génitaux externes, œdèmes des membres inférieurs, HTA, touchers pelviens, état cutané.

Examens complémentaires

  • ECBU, protéinurie et parasitologie des urines de 24 h
  • Cytologie urinaire:
    • Si cylindres hématiques et protéinurie = évoque une origine rénale
    • Si caillot = évoque une origine urologique (rein, vessie, prostate)
  • Cytodiagnostic urinaire (cellules malignes).
  • Échographie réno-vésico-prostatique, voire uro-TDM.
  • Urétrocystoscopie sous AL si BU négative.
  • NFS, plaquettes, bilan d’hémostase, ionogramme sanguin, créatinémie.

Traitement – Comprendre les prescriptions

Traitement des formes terminales/sévères

  • En cas de caillotage: contre-indication au drainage sus-pubien, décaillotage à sonde vésicale à gros œillet.
  • En cas de déglobulisation: transfusion.
  • Cancer vésical.

Conduite à tenir IDE

Caillotage vésical et hématurie majeure

Accueil du patient  Compétence 1

Recueil des éléments de l’anamnèse participant à la bonne connaissance de la santé du patient (tabagisme, traitement anticoagulant, cancer connu, fièvre, lithiase, tuberculose).

Prise de constantes  Compétence 1

  • Hémodynamique : tension artérielle, pouls +++.
  • Température +++.
  • EVA +++.
  • Bandelette urinaire

Recherche des signes de gravité  Compétence 1

En cas de signes de gravité (hypotension, rétention aiguë d’urines) Compétence 4

  • Laisser à jeun, monitoring cardio-tensionnel.
  • Appel du médecin en urgence.
  • En attendant, rassurer le patient, poser une voie veineuse périphérique et prélever NFS, groupe sanguin et RAI.
  • Préparer le matériel de sondage et de décaillottage (champ stérile, compresses, antiseptiques, gants stériles, cupule avec eau stérile, seringue de 50 mL à gros embout, sonde vésicale avec œillets multiples, sonde vésicale double courant).

En cas d’absence de signes de gravité  Compétence 4

  • Installer le patient avec voie veineuse périphérique, repos au lit, bien boire.
  • Évaluer la douleur.
  • Mise en route du traitement médical antalgique.
  • Surveillance tension artérielle et diurèse.

→ Lavage et irrigation sur sonde

Définition/indication: devant toute hématurie avec caillot cliniquement, échographiquement (décaillotage), en post-opératoire d’une résection trans-urétrale de prostate ou de vessie, d’une pose de sonde urétérale ou de néphrostomie. Vérifier la perméabilité.

Matériel nécessaire:

Lavage: seringue de 50 ou 20 mL selon la sonde, sérum physiologique, gants stériles, compresses avec antiseptiques.

Irrigation: sonde vésicale double courant (triple voie) avec une tubulure d’irrigation, un sac de recueil de 3 L et une irrigation de 3 L également.

Précaution: n’injecter que 2 mL lors du lavage sur sonde urétérale ou de néphrostomie.

Complications: défaillance hémodynamique par déglobulisation, fièvre, rétention aiguë d’urines.

Surveillance: quantification et qualité (caillot, couleur) de la diurèse, température, hémodynamique. NFS, bilan de coagulation, créatinémie.

Évalution de l’efficacité du traitement  Compétence 5

Vous venez de lire la Fiche 1 Hématurie de la partie 3 Pathologies de l’ouvrage L’indispensable en stage d’urologie-néphrologie

Voici la mise en page de l’ouvrage (cliquez pour agrandir)

Share
Tweet
Share
Share