Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Critique du Guide pratique de sémiologie en pédopsychiatrie

27 avril 2022

Dans la revue santé mentale Par Monique Remillieux

« Un entretien pédopsychiatrique réussi impacte la vie du patient »

Dans un contexte de crise de la pédopsychiatrie, ce guide propose une démarche diagnostique dynamique et structurale qui évite une pratique purement descriptive.

- Précisions de l’auteur, Mugisho Nfizi Koya, pédopsychiatre à l’Office médico-pédagogique de Genève

Comment est née l’idée de cet ouvrage ?

La sémiologie pédopsychiatrique est au centre de la démarche clinique et/ou thérapeutique. Au fil de ma pratique quotidienne, et notamment dans les échanges en équipe, je me suis rendu compte du manque d’un manuel fédérateur dans ce champ. À l’Office médico-pédagogique (OMP) de Genève, depuis plus de trois décennies, les professionnels (médecins, psychologues, orthophonistes, psychomotriciens, éducateurs, enseignants spécialisés…) se réunissent tous les jeudis matin, pour échanger et discuter autour d’une situation clinique. Ces réunions apportent un nouveau regard à la problématique d’un patient et sa prise en charge. C’est dans ce contexte qu’ils ont conçu et mis en place une grille d’évaluation, pour adopter un langage commun et fournir des repères. Ce guide en est le prolongement.

Quel est l’objectif de ce guide ?

Cet ouvrage fournit les outils nécessaires au clinicien pour investiguer et penser la souffrance du patient et de son environnement. Il permet de faire le lien entre divers registres psychopathologiques et sur le plan théorico-pratique. En déployant les concepts, nous voulons inciter le thérapeute à enrichir sa démarche clinique. Nous espérons lui apporter des éléments techniques et théoriques sur la manière de mener une évaluation clinique selon que l’on appartient à une orientation psychodynamique, systémique ou de neurosciences. Par ailleurs, il s’agit d’articuler évaluation et prise en charge. Lors de toute évaluation, le thérapeute est chaque fois invité à poser un diagnostic catégoriel (photographie du moment du patient donnant une image ou une idée sur son fonctionnement) à l’aide des outils diagnostiques internationaux (la Classification internationale des maladies [CIM-10] et le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) [DSM-5]) mais aussi un diagnostic structurel (qui donne des informations sur la structure psychodynamique du patient). Cette façon de penser est une marque de fabrique de l’OMP. Le diagnostic structurel soutient la compréhension des éléments cliniques catégoriels photographiés au moment de l’évaluation, laissant penser que tout n’est pas figé et que, plus tard, le clinicien ou ses collègues pourront observer d’autres symptômes ou éléments identiques ou différents selon l’adaptation ou les aménagements entre l’individu et son milieu socio-environnemental.La métaphore du volcan permet de différencier ces deux dimensions diagnostiques, catégoriel et structurel. On a, sous la croûte terrestre, le magma. L’observateur extérieur a l’impression que tout est calme jusqu’au moment où apparaît la fragilité des parois terrestres. Et l’on assiste à l’éruption volcanique. Ce déversement de la lave est le diagnostic catégoriel et le magma en soi et les parois de la terre constituent le diagnostic structurel.

Comment l’ouvrage est-il structuré ?

Cet ouvrage est découpé en quatre parties :

  • les outils du clinicien développe les différentes techniques pour conduire un entretien clinique;

  • l’anamnèse du patient et de sa famille met l’accent tout particulier sur l’histoire et les parcours de vie, les informations pertinentes à recueillir pour étoffer les hypothèses diagnostiques;

  • le statut clinique pédopsychiatrique constitue une étape clé de la rencontre. Nous montrons combien et comment le clinicien parvient à combiner ses compétences théorico-pratiques et les informations cliniques qu’il obtient le long de son investigation pédopsychiatrique;

  • la clôture de l’évaluation clinique : il s’agit d’un moment essentiel pour le thérapeute. Dans une vision thérapeutique, la restitution permet au clinicien de faire un retour sur ses observations et constats au patient et à sa famille.

Ainsi agencé, ce manuel permet au thérapeute de récolter des informations pertinentes, tout au long de son évaluation/ investigation sémiologique. Il peut ainsi dégager des hypothèses diagnostiques et proposer un plan de soin. Notre volonté est d’accompagner le clinicien du début à la fin de son investigation.

Quelles sont les particularités d’un entretien pédopsychiatrique ?

La rencontre clinique est thérapeutique en soi. Le cadre de soins dessine les particularités de l’entretien pédopsychiatrique, qui réclame du tact, du doigté, de la délicatesse, mais aussi de la rigueur et de la méthode. C’est un outil fondamental, que le thérapeute perfectionne sans relâche, notamment lorsqu’il recherche les symptômes. Parler de technique d’évaluation et d’entretien revient à inciter le thérapeute à être créatif, attentif et patient à l’égard des usagers. Un entretien pédopsychiatrique réussi, décharge, soulage et impacte positivement la vie du patient.*  À lire. Guide pratique de sémiologie en pédopsychiatrie. Mugisho Nfizi Koya. Paris, Elsevier Masson, coll. Médecine et psychothérapie, 2022, 448 p., 39 euros.

Guide pratique de sémiologie en pédopsychiatrie

Guide pratique de sémiologie en pédopsychiatrie