Les affections des annexes cutanées

Savoirs à acquérir

Savoir définir et décrire les affections suivantes :

■ l’acné juvénile ;

■ certaines affections du système pileux :
–parmi les alopécies : la calvitie commune de l’homme et la pelade,
– l’hypertrichose ;

■ certaines onychopathies :
–ongle hippocratique,
–onychogryphose,
–onycholyse,
–hyperstriations longitudinales,
– leuchonychies.


La pathologie qui touche les annexes cutanées est très riche, représentée essentiellement par l’acné juvénile, maladie complexe du follicule pilo-sébacé, l’hyperhidrose palmo-plantaire, un problème très invalidant qui touche les glandes sudoripares eccrines, et par les multiples atteintes des phanères (les poils et les ongles) qui doivent être parfaitement connues des esthéticien(ne)s-cosméticien(ne)s.


1 L’acné juvénile

1 .Définition

►L’acné juvénile est une maladie du follicule pilo-sébacé qui touche l’adolescent et qui se manifeste par l’association, chez un même sujet, et en même temps, de plusieurs types de lésions.

►L’acné juvénile ne résume pas toutes les acnés : il existe aussi des acnés d’origine professionnelle, médicamenteuse, et une acné particulière, celle de la femme adulte.


Le terme acné vient du grec akhnê, qui signifie « floraison », sous-entendu › ici… de « boutons ».


2. Description de l’acné

➡ Le candidat à la maladie

Fig. 23.1. Le garçon (bien plus souvent touché que la fille) au moment de la puberté.

➡ Le siège anatomique

Fig. 23.2. Les régions riches en glandes sébacées de volume important.

(Cliquez pour agrandir)

➡ Les lésions observées : des « boutons » différents chez un même sujet
* Les comédons fermés, qui se présentent comme des petits points blancs, élevures de 1 à 2 mm de diamètre.
* Les comédons ouverts, classiques « points noirs », qui mesurent 1 à 5 mm de diamètre.
* Les papules, éléments les plus visibles de l’acné, élevures rouges, dures, de petite taille.
* Les pustules, qui se développent sur des papules alors recouvertes d’un point purulent.

► L’acné vulgaire est caractérisée par l’association chez un même jeune sujet de ces différentes lésions en même
temps. C’est la raison pour laquelle elle est appelée acné juvénile polymorphe.

Fig. 23.3. Les lésions caractéristiques de l’acné juvénile : présentes en même temps!


Bon à savoir

Fig. 23.4. Le mécanisme de l’acné juvénile en images.

(Cliquez pour agrandir)


Demodex folliculorum, un petit acarien qui parasite les orifices pilosébacés du visage, est parfois inculpé dans le mécanisme de l’acné. Il ne porte évidemment aucune responsabilité dans cette dermatose, bien qu’il provoque papules et pustules, mais qui sont accompagnées de prurit.


3. Évolution de l’acné juvénile

Elle est imprévisible, traînante, et se fait par poussées sur plusieurs années. D’une manière générale, l’acné guérit vers 18/20 ans. Mais certains adultes ne sont pas épargnés.


Conduite à tenir de l ’esthéticien(ne) -cosméticien(ne)…

…en présence d’un(e) acnéique

  1. Cinq vérités incontournables à connaitre et à faire savoir
    • L’acné est une maladie dermatologique et donc l’affaire des médecins.
    • La stratégie thérapeutique est bien codifiée et efficace à tous les stades… à condition d’être respectée par le patient.
    • Le traitement est souvent long et fastidieux et ses résultats ne sont pas forcément spectaculaires d’emblée. Il faut tenir bon !
    • Cette dermatose doit être prise en charge précocement pour éviter les cicatrices, bien entendu définitives, un risque majeur.
    • Marteler qu’il ne faut pas martyriser les boutons !
  2. Des principes pour la toilette et des conseils concernant les cosmétiques à faire accepter par le jeune acnéique
    • Le but de la toilette de la peau acnéique : débarrasser la surface de l’épiderme de ses impuretés et de l’excès de sébum sans l’irriter. La toilette, tout en restant efficace, ne doit surtout pas être agressive, cherchant à « décaper la peau ». Sinon, il se produira un effet rebond : une séborrhée réactionnelle. Il faut donc utiliser des produits d’hygiène doux_: laits démaquillants pour peaux grasses ou pour peaux à tendance acnéique, pains dermatologiques… Le rinçage sera soigneux avec une lotion astringente sans alcool. Cette toilette est faite le soir, une ablution d’eau suffisant le matin. Pour les hommes, le rasage mécanique est recommandé.
    • Les crèmes hydratantes sont souvent nécessaires pour contrecarrer la sécheresse cutanée induite par certains traitements anti- acnéiques locaux.
    • Les produits de protection solaire sont indispensables en période d’ensoleillement du fait de l’épaississement de la couche cornée provoquée par les UVB qui obstrue davantage les infundibula pilaires.
    • Le maquillage est autorisé, avec des produits choisis dans les gammes appropriées, testés pour ne pas favoriser l’apparition de comédons (produits « comédogènes »). Il sera enlevé minutieusement tous les soirs.
  3. Des réponses à des idées reçues
  • « L’acné est une maladie infectieuse et contagieuse. »

Non. L’acné n’est pas une « infection » cutanée et n’est bien entendu pas transmissible.

  • « Le soleil guérit l’acné. »

Non. Le soleil est un faux ami de l’acnéique : papules et pustules sèchent, la peau est plus douce au toucher mais seulement le temps des vacances. Attention au retour, car les UVB du soleil généreux de l’été ont épaissi la couche cornée du canal pilo- sébacé et l’écoulement du sébum sera encore plus difficile. Ce qui se traduit par une explosion de comédons à l’automne.

  • « L’acné dure 10_ans ! Et ça passe tout seul. »

Non. L’acné n’est pas une fatalité : il existe des traitements pour lui faire la peau !

  • « Tu as des boutons parce que tu manges trop de charcuterie et de chocolat !…. »

Non. On n’a jamais prouvé que la nourriture grasse et le chocolat provoquent de l’acné.

Fig. 23.5. Surtout, arrêter de triturer les boutons !….

« Le maquillage (…) a pour but et pour résultat de faire disparaître du teint toutes les taches que la nature y a outrageusement semées (…) ».

C. Baudelaire, « Éloge du maquillage »boutons ».».


Les affections des annexes cutanées 8 à noter

L’acné de la femme adulte
1.Une définition
Cette acné tardive, aujourd’hui relativement fréquente, se définit comme une acné cliniquement évolutive après 25ans.
2.Des particularités
* Cette forme d’acné n’est pas forcément le prolongement d’une acné juvénile.
* Elle siège dans le bas du visage (parties basses des joues, menton).

Fig. 23.6. L’acné de la femme adulte : mal vécue.


2 Les affections du système pileux

1. Les alopécies

les alopécies sont des chutes anormales de cheveux.


➤La précision de « anormale » pour définir la chute de cheveux des alopécies est indispensable, puisqu’il est normal de perdre tous les jours une soixantaine de cheveux !


On distingue :
* les alopécies diffuses qui touchent l’ensemble du cuir chevelu, parmi lesquelles la calvitie ;
* les alopécies circonscrites, localisées à certaines régions du cuir chevelu, représentées essentiellement par la pelade.
➡ La calvitie commune de l’homme
Définition
►La calvitie masculine est une alopécie progressive (la chute de cheveux se développe sur plusieurs années), familiale et sous dépendance hormonale. Pour ces raisons, ce type d’alopécie est nommé : alopécie androgéno-génétique masculine.

Description

(Cliquez pour agrandir)


à noter

La calvitie est un problème de plus en plus fréquent chez la femme. L’aspect est différent de la calvitie masculine : la raréfaction des cheveux touche surtout le sommet du crâne.

Fig. 23.10. Calvitie androgéno- génétique féminine.

➡ La pelade : une chute de cheveux par plaques

Définition

►La pelade est une alopécie qui se manifeste par des plaques totalement dépourvues de cheveux, contrastant avec la
chevelure normale qui les entoure.

Description/Localisations/Évolution
* La maladie se limite généralement à une ou plusieurs plaques totalement dépourvues de cheveux, de 3 ou 4 cm de diamètre, de forme arrondie ou ovalaire, à limites nettes. La peau est lisse, blanc rosé, sans squames ni cheveux cassés.
La pelade peut siéger n’importe où au niveau du cuir chevelu, mais aussi dans d’autres territoires cutanés (barbe, sourcils, membres).
L’évolution est imprévisible et capricieuse, la pelade pouvant s’étendre à l’ensemble du cuir chevelu. Mais elle guérit en général spontanément en quelques mois, car les follicules ne sont pas altérés, mais seulement en sommeil, dans cette maladie considérée comme une maladie auto- immune.

Fig. 23.11. Une plaque de pelade.

2. L’hypertrichose

L’hypertrichose est une exagération de la pilosité normale.
Ce problème n’a rien à voir avec l’hirsutisme qui touche la femme et se manifeste par le développement d’une pilosité
excessive dans les régions normalement dépourvues de poils matures chez la femme : visage, thorax, abdomen.

3 L’hyperhidrose palmo- plantaire

► L’hyperhidrose palmo- plantaire est une production excessive de sueur au niveau des paumes et des plantes : un handicap pour la vie de tous les jours.

4 Anomalies et affections des ongles

L’ongle peut être le siège d’anomalies rassemblées sous le nom d’onychopathies, le préfixe onycho-exprimant
que l’on parle d’ongles, et pathos signifiant en grec « maladie ».

1. Une modification de la forme des ongles : l’ongle hippocratique

➡ Définition/Description
►Il s’agit d’un ongle bombé dans les deux sens, longitudinal et transversal.

➡ Causes
Les cas héréditaires existent, mais l’apparition d’une telle déformation unguéale au cours de la vie amènera le médecin à rechercher une maladie intrathoracique (cancer ou infection broncho-pulmonaire chronique, affection cardiaque). L’ongle s’affirme ici comme le miroir d’une maladie interne.

Fig. 23.12. Ongle hippocratique : ongle bombé.

2. L’onychogryphose :  quand les ongles des orteils des personnes âgées sont déformés

➡ Définition/Description
►Épaississement et hypertrophie des ongles qui prennent un aspect en « griffe ». Cette anomalie atteint les orteils, surtout le premier, des personnes âgées.
Cette anomalie est favorisée par la pression des chaussures et l’insuffisance circulatoire.

3. Une modification de la surface des ongles : les hyperstriations longitudinales

➡ Définition/Description
►Une accentuation des lignes longitudinales qui parcourent normalement la surface des ongles s’observe chez les personnes âgées.
Cette anomalie est souvent accompagnée de fissurations du bord libre

Fig. 23.13. Accentuation avec l’âge des lignes longitudinales normalement présentes à la surface des ongles.

4. L’onycholyse

➡ Définition/Description
L’onycholyse est le décollement de l’ongle de son lit.

Fig. 23.14. Onycholyse : penser à une mycose, comme ici.


➤ Les onycholyses sont responsables de la rupture des attaches de l’ongle avec son lit. Les causes en sont nombreuses : infectieuses (mycosiques, bactériennes, virales), dermatologiques (psoriasis), locales (détergents,
microtraumatismes répétés).


5. Une modification de la couleur des ongles : les leuconychies

➡ Définition/Description
►Leuconychie est le mot savant pour désigner un ongle blanc.
Les leuconychies sont surtout représentées par les leuconychies ponctuées, taches blanches de 1 à 3 mm de diamètre qui suivent la croissance de l’ongle (très fréquentes chez l’enfant, dont les ongles sont fragiles), et par les leuconychies en bande.

Fig. 23.15. Leuconychies en bandes transversales.


➤ Comme bien d’autres anomalies unguéales, les leuconychies sont dues à des microtraumatismes répétés de la matrice. Rien à voir avec un déficit en calcium ou en vitamines, comme on l’entend trop souvent…


Conduite à tenir de l ’esthéticien(ne) -cosméticien(ne)…

Attention aux soins de manucure intempestifs !* L’esthéticien(ne)- cosméticien(ne) peut provoquer des anomalies des ongles par des soins de manucure intempestifs :
– l’introduction mal contrôlée du stick sous le bord libre peut être responsable, à la longue, d’une onycholyse ;
– une manière trop agressive de « repousser les cuticules » peut provoquer des stries transversales à la surface des
ongles ou des leuconychies, comme toute agression de cette région. Garder en mémoire que la matrice est située
sous la lunule, au moins en partie, et réagit aux mauvais traitements…
Ongle noir: attention danger ! Penser à l’éventualité d’un mélanome sous- unguéal.

© 2016, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Vous venez de lire le chapitre 23 Les affections des annexes cutanées de la partie II Dermatologie appliquée de l’ouvrage CAP Esthétique Cosmétique Parfumerie 

Auteurs

Gérard Peyrefitte
Médecin, enseignant en biologie et dermatologie
Marie-Claude Martini
Professeur à la faculté de pharmacie
Université Claude-Bernard-Lyon I
Illustrations de Jérôme Camponovo, Gilles Petit, Élie Debreuve, Éric Debuiche

Share
Tweet
Share
Share