Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Case management en psychiatrie

France | 8 décembre 2021

Par Anne-Claire N.

Case management en psychiatrie

Case management en psychiatrie

Nous vous proposons de découvrir l'ouvrage Case management en psychiatrie(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Coordonné par Guy Gozlan Directeur du SAMSAH Prépsy, psychiatre au GHU Paris psychiatrie & neurosciences, coordinateur pédagogique du DU « Détection et interventions précoces des pathologies psychiatriques émergentes du jeune adulte et de l’adolescent (DIPPEJAAD) », Paris-Descarte, chercheur au Centre de recherche en management LAREQUOI- ISM-IAE – Institut supérieur de management, Université Versailles St-Quentin-en-Yvelines.

Face aux inégalités territoriales et sociales de santé, la facilitation de l’accès aux soins et aux services pour les jeunes présentant un premier épisode psychotique constitue un enjeu majeur de santé publique. La schizophrénie en est une pathologie de démonstration, citée, dans cette classe d’âge, comme première cause de handicap lié à une maladie chronique avec des conséquences pouvant perturber de façon considérable le cours d’une vie. La prise en charge précoce de ces troubles, soutenue par les politiques publiques, doit relever les défi s auxquels sont confrontées un ensemble hétérogène de parties prenantes liées entre elles ; à commencer par les patients, leurs proches, les professionnels de la psychiatrie et du social, et dépassant largement les offres de soins et de services conventionnels. Pour ces patients s’ajoutent aux symptômes de la maladie des comorbidités psychiatriques, addictologiques et somatiques qui, par leurs risques d’évolution vers des parcours chaotiques, pourraient influencer durablement et négativement leurs capacités d’autonomie et d’adaptation à la vie quotidienne. Dans ce contexte, l’ère « Covid » aura provoqué un tournant sans précédent dans l’histoire des transformations de la psychiatrie, bien que ces changements aient été déjà annoncés par le développement de nombreux projets autour de l’intervention précoce. Ceux-ci tentent de répondre aux besoins non couverts des patients et de leurs proches en favorisant le développement de partenariats professionnels plus collaboratifs, au-delà de leurs rayons d’action habituels. C’est pourquoi les cliniciens et les chercheurs en management de la santé ont privilégié des approches thérapeutiques et des évolutions organisationnelles qui reposent sur un enchaînement de processus limitant les effets bio-psychosociaux des premiers épisodes psychotiques, répondant ainsi, de manière plus globale et plus réactive, aux défi s multiples posés par ces troubles complexes. Cette approche holistique s’appuie sur les savoir-faire de tous les acteurs de la santé mentale et du social et sur des coordinations décentralisées plus réactives et personnalisables. En effet, il n’est plus à démontrer que l’intervention précoce est un gisement de valeurs qui réduit la durée de psychose non traitée et les comorbidités, sauve des vies, améliore la trajectoire future et prévient l’exclusion sociale, crée du bien-être mental tout en étant attentif aux coûts de fonctionnement du système d’accompagnement sanitaire et social. Le but ultime étant de restaurer, le plus rapidement possible, les fonctions cognitives, la compréhension, la perspicacité, la motivation et les relations interpersonnelles pour permettre aux patients de retrouver une place citoyenne, décente et satisfaisante, utile et appréciée dans la société. Ces approches nouvelles les placent au centre d’un système reposant sur les effets de levier de l’intégration des services, de la coordination, du case management, de l’ empowerment, de la réhabilitation psychosociale, du rétablissement et de la citoyenneté. En particulier, l’approche par le case management de cas complexes y tient une place prépondérante, en associant des moyens cliniques, humains et organisationnels permettant d’accompagner ces patients vers un rétablissement plus rapide, plus stable et plus durable.

Conduire l’implantation et le développement de tels projets de soins et de services doit tenir compte de nombreux facteurs entremêlés, institutionnels, voire culturels, qui reposent essentiellement sur la capacité à mobiliser les patients, leurs proches et ces nouveaux dispositifs. Ils activent des pratiques d’interventions professionnelles innovantes de haut niveau, et des facteurs clés de réussite, qui permettent de coordonner et d’optimiser des soins et des services personnalisés et durables, tenant compte des composantes cliniques, normatives et structurelles d’une palette d’actions par nature complexes, au bon moment, au bon endroit et au meilleur coût. L’intention de cet ouvrage est de proposer une boîte à outils pour l’implantation du case management de cas complexes dans les premiers épisodes psychotiques. Aller vers cette approche, qui n’aurait d’innovante que sa récente apparition dans le paysage français, pourrait paraître superflue pour certains services de soins et leurs partenaires médico-sociaux encore peu familiarisés avec la médecine de parcours. Pourtant, son efficacité, démontrée par les nombreux programmes internationaux qui associent intervention précoce et case management, garantit aux personnes atteintes de troubles psychiques émergents l’accès à des modalités et des techniques d’accompagnement diversifiées, efficaces et efficientes, adaptées aux territoires de proximité que recouvrent les secteurs de psychiatrie. Les différents thèmes développés ici sont destinés aussi bien aux professionnels qui élaborent des programmes de case management qu’aux étudiants qui s’y intéressent. Par cette approche, nous souhaitons encourager le déploiement de nouveaux projets collaboratifs de qualité qui intégreront les bonnes pratiques basées sur la médecine par la preuve, et les technologies de l’information pour les transmettre aux nouvelles équipes en constitution. Elles pourront ainsi faire l’expérience des bénéfices pour les usagers liés à la convergence entre la pratique clinique et le case management et encourager la diffusion sur tout le territoire national.

Guy Gozlan

Case management en psychiatrie(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) coordonné par Guy Gozlan © 2021 Elsevier Masson SAS

Je découvre le livre(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Découvrez l'ensemble des articles en psychiatrie