Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

Auriculothérapie dans le stress

28 septembre 2022

Par Anne Claire Nonnotte

Auriculothérapie dans le stress

Auriculothérapie dans le stress

Nous vous proposons de découvrir un extrait de l'ouvrage L'auriculothérapie médicale(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

L'auriculothérapie médicale

L'auriculothérapie médicale

Auriculothérapie dans le stress

Définition et physiopathologie du stress

Hans Selye, en 1956 l’a défini comme « la mesure des avanies causées par la vie ». En tant que neurophysiologiste, nous le défi - nirions comme les réponses d’une boucle biopsychosociale à tout élément intérieur ou extérieur, suffisant pour bouger le niveau moyen d’homéostasie courant  h, à un instant  t, dans un espace  e, pour une durée  d, dans une situation  s.

Quatre stades se succèdent :

  • une réaction d’alarme  : décrite par Walter Cannon en 1939, elle se produit en quelques secondes et dure quelques secondes, donnant une information cellulaire et biologique sur la nature des stressors et passant par un système neuronal câblé  : sympathique et médullo-surrénalien. Il s’ensuit une libération de noradrénaline et d’adrénaline qui augmente la fréquence cardiaque, la contraction systolique et la pression artérielle. Ces actions permettent une redistribution du sang viscéral au profit des muscles et du cerveau, en mobilisant l’énergie disponible par glycogénolyse et lipolyse ;

  • une réaction d’adaptation initiale : décrite par Hans Selye en 1956, elle se produit en quelques minutes (7 en moyenne) et se stabilise en 2  heures. Cette réaction active des stratégies cellulaires et biologiques de défense et d’adaptation, via les systèmes limbique et neuroendocrinien : – le système limbique allume le complexe amygdalo-hippocampique, qui donne le sentiment de peur. Ce dernier naît dans les noyaux basolatéraux de l’amygdale, puis est transmis au noyau central, qui déclenche, via le noyau de la strie terminale, l’activation de l’axe hypothalamo-hypophysaire corticotrope, – le système neuro-endocrinien active la boucle hypothalamo-hypophyso-corticosurrénalienne avec pour conséquences  : une libération massive des glucocorticoïdes par la corticosurrénale, sous l’influence de l’adrénocorticotropine hypophysaire (ACTH) hypophysaire, déclenchée par le corticotropinreleasing factor ou CRF (corticolibérine) sécrétée par la région parvocellulaire des noyaux paraventriculaires hypothalamiques et activant une boucle de rétrocontrôle négatif ;

  • Une réaction d’adaptation prolongée apparaissant au-delà de 2 heures : – le cortex préfrontal invalide le rétrocontrôle négatif CRF–ACTH–cortisol pour continuer à disposer des glucocorticoïdes, qui vont alors pouvoir limiter les réactions excessives des autres substances stimulées par la réaction de stress  : insuline, lymphokines, mélanotropine. L’arginine vasopressine, co-libérée avec la corticolibérine, vient renforcer cette action, – le système nerveux autonome (SNA) se trouve engagé au travers de co-facteurs du  CRF, dans une action d’équilibrage  : l’angiotensine  II et l’ocytocine sont potentialisateurs, l’acétylcholine et la sérotonine sont sécrétogènes et l’acide gamma-amynobutyrique est inhibiteur, – certains systèmes neuro-endocriniens de contrôle homéostasique se mettent peu à peu en branle, pour préparer l’organisme à rentrer en résistance contre le stress qui persiste. L’axe gonadotrope via les CRF, ACTH, glucocorticoïdes et β-endorphine freine les neurones à luteinizing hormone-releasing hormone (LH-RH) du noyau arqué de l’hypothalamus,

    – la sécrétion de prolactine, par l’intermédiaire de la dopamine, diminue,

    au niveau hypothalamique, l’hormone de croissance augmente, sous les actions de la somatostatine (système réticulé inhibiteur descendant ou SRIF) et de la somatocrinine ( growth hormon releasing factor ou GHRF), cette dernière étant toujours présente en cas de stress physique, mais pouvant être absente en cas de stress psychologique,

    l’axe thyroïdien est freiné avec baisse de la production de thyroid stimuling hormone (TSH) ;

  • un glissement pathologique : peu à peu, celui-ci s’amorce. Tant que tous les mécanismes de gestion du stress ne sont pas débordés, l’organisme reste dans les limites physiologiques de la nouvelle homéostasie induite. Au-delà (en général au bout de 7 mois), le stress devient insupportable et une évolution vers la pathologie s’installe : – l’épuisement des neurones hippocampiques accélère la sécrétion de cortisol, donnant des lésions responsables de troubles cognitifs (anxieux, dépressifs, phobiques, fonctionnels), – ces mêmes glucocorticoïdes cortisoliques finissent par inhiber l’axe gonadotrope, d’où une aménorrhée et un hypogonadisme hypothalamique, – la stimulation intempestive de la somatostatine par le CRF diminue la growth hormone (GH), pouvant donner un nanisme psychosocial, – le freinage chronique de l’axe thyroïdien provoque une inhibition de la conversion de T4 en T3 plus active et donc une hypothyroïdie, – certaines composantes des réponses immunitaires et inflammatoires sont inhibées, avec altération de la circulation et des fonctions des leucocytes, et diminution de la production de cytokines. Le tout provoque viropathies, nombreuses maladies, voire cancéropathies.

La nature et l’intensité des réponses au stress font intervenir une boucle biopsychosociale dans laquelle toutes les composantes de l’individu sont engagées : le système préfrontal de l’anticipation par le système dopaminergique mésocortical, la motivation par le système mésolimbique innervant le nucléus accubens et enfin l’émotion par le système amygdalo-hippocampique. Nous payons un lourd tribut au stress tout au long de notre vie. Les troubles anxieux, les troubles dépressifs, les phobies, les troubles somatiques et fonctionnels en font largement partie.

Auriculothérapie du stress

Signalons que souvent le stress, lorsqu’il a été prolongé et signifiant pour un patient, peut s’afficher sur un ou les deux lobules, sous une forme appelé « ligne de stress », et qui est un sillon sur le lobule, plus ou moins profond, oblique en bas et en arrière, complet ou pas. Cette ligne de stress a une puissance d’affichage assez grande, bien que, lorsqu’elle n’est pas très profonde, peut avoir une variation d’affichage qui peut suivre, avec un décalage dans le temps, l’évolution du stress du patient. Certains de ces sillons peuvent finir par pratiquement s’effacer, tout en laissant une sorte d’empreinte ( figure 38.1 ). Les réponses thérapeutiques sont aussi polymorphes que les symptômes qu’ils veulent traiter : pharmacologiques, cognitivo-comportementales et complémentaires. Parmi ces dernières, l’auriculothérapie propose des stratégies calée sur la neurophysiopathologie et ayant fait la preuve de leur efficacité. Voici quelques propositions de traitements exécutés avec soit avec des aiguilles semi-permanentes, soit des aiguilles cryogéniques ( figure 38.2 ).

Fig38.1

Fig38.1

Fig38.2

Fig38.2

Vous venez de découvrir un extrait de l'ouvrage L'auriculothérapie médicale(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

David Alimi, neurophysiologiste et chronobiologiste, a formé plus de cinq cents praticiens en France et à l’étranger. En 2010, il a reçu la distinction de Man of the year in Medicine and Healthcare grâce à sa participation scientifique active à plus de quatre-vingts manifestations. Il est professeur associé à la faculté de médecine de Pittsburgh (États-Unis) et praticien libéral à Alfortville (Val-de-Marne).

© 2022, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Médecine complémentaire

Pour en savoir plus sur l'ouvrage cliquez sur ce lien(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Voir l'intégralité de notre catalogue sur notre site :  www.elsevier-masson.fr(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Pour consulter l'ensemble des ouvrages dans la spécialité cliquez-ici(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)