Pair-aidance en santé mentale : comprendre et agir

Entretien avec le Pr Nicolas Franck, psychiatre et coordinateur de l'ouvrage

La-pair-aidance-comprendre-et-agir-.png

A l'occasion de la sortie le 1er juillet prochain de l'ouvrage Pair-aidance en santé mentale : une entraide professionnalisée, coordonné par Nicolas Franck et Caroline Cellard, nous avons interviewé Nicolas Franck.

Pair-aidance : comprendre et agir

Entretien avec le Pr Nicolas Franck, psychiatre et coordinateur de cet ouvrage collectif qui précise les fondements théoriques et les modalités pratiques de la pair-aidance en santé mentale.

– Dans le contexte actuel des soins de réhabilitation en France, quel est l’objectif de cet ouvrage ?

Ce livre fait le point sur les enjeux théoriques et pratiques de la pair-aidance et ambitionne de faire connaître cette fonction en plein essor. La pair-aidance permet à des personnes souffrant de troubles psychiques de bénéficier de l’aide de celles qui en sont rétablies. Ces dernières ont généralement été spécifiquement formées à cet effet, afin de valoriser leur vécu et de disposer d’outils concrets.

La pair-aidance favorise l’engagement des usagers dans les soins, l’acceptation de leurs troubles, la mise en valeur et le  renforcement de leurs compétences préservées. La légitimité du discours des pairs-aidants bénéficie également fortement à toutes les mesures psychoéducatives. Cette pratique s’inscrit ainsi pleinement dans le champ de la réhabilitation psychosociale, dont elle est l’un des piliers.

Il est très important aujourd’hui de disposer de connaissances solides sur cette nouvelle modalité thérapeutique pour répondre aux interrogations qu’elle suscite et faciliter son déploiement. C’est l’objet de ce livre qui s’appuie, entre autres, sur les contributions de plusieurs pairs-aidants.

– Quels sont les enjeux pour les usagers et les professionnels ?

La pair-aidance enrichit les dispositifs de santé mentale d’un nouveau type de connaissances, le savoir expérientiel. Sans entrer en compétition avec le savoir technique et théorique des professionnels, il facilite l’établissement d’une relation empathique basée sur la confiance et l’absence de jugement.

Nous présentons dans l’ouvrage de nombreuses études qui mettent en évidence les bénéfices de la pair-aidance sur les
relations sociales, l’accès à l’emploi ou à la formation, la réduction du recours aux urgences ou à l’hospitalisation. Une étude randomisée contrôlée multicentrique (1) a par exemple quantifié le recours à l’hospitalisation après l’intervention d’un pair-aidant professionnel. Dans l’année qui a suivi, le taux de réhospitalisation des personnes ayant bénéficié de cet accompagnement n’a pas dépassé 29 %, alors que celui des personnes qui n’en avaient pas bénéficié atteignait 38 %.

– Quels sont les leviers pour intégrer des pairs-aidants dans les équipes de soins ?

Grâce à l’initiative du Centre collaborateurs de l’Organisation mondiale de la santé (CCOMS) pour la recherche et la formation en santé mentale (2), les premiers pairs-aidants (appelés médiateurs de santé pairs) ont intégré des équipes soignantes au début des années 2010. Mais la France est restée à la traîne et ne manifeste réellement son intérêt que depuis ces dernières années alors que le premier pair-aidant professionnel du Québec, Luc Vigneault, exerce depuis maintenant 30 ans.

Pour permettre la bonne intégration d’un pair-aidant dans une équipe de santé mentale, il est indispensable que son arrivée soit réfléchie, débattue et préparée en équipe. En effet, cette fonction peut véhiculer des représentations négatives et soulever des résistances. Reste également à régler la question de leur statut pour leur permettre d’accéder à une pleine légitimité. Pour l’instant, aucune règle ne régit leur embauche et leur métier reste à créer « officiellement ». De nombreux défis nous attendent donc pour mieux les intégrer, même si ce livre permet de mesurer le chemin parcouru.

– Comment se former au « métier » de pair-aidant ?

Il existe actuellement en France deux formations diplômantes, le programme « médiateur de santé pair » (2) et le diplôme universitaire « pair-aidance en santé mentale » (3), ainsi que des formations non diplômantes. Ces formations à la pair-aidance apportent des connaissances théoriques sur les troubles psychiques et le rétablissement, les droits des personnes, les outils sur lesquels le pair-aidant peut s’appuyer, les métiers et les acteurs de la santé mentale, ainsi que la médiation en santé et plus spécifiquement en santé mentale.

Un pair-aidant doit être apte à mener une évaluation psychosociale, à construire et mettre en oeuvre un programme d’éducation thérapeutique ou de psychoéducation. Il doit pouvoir soutenir la construction d’un plan de rétablissement. Pour ce faire, il faut qu’il connaisse les principes et les outils du rétablissement, les principaux dispositifs thérapeutiques en faveur de la santé mentale et qu’il sache aussi adopter un positionnement empathique, conduire des entretiens individuels et animer des groupes.


1– Johnson S, Lamb D, Marston L, Osborn D, et al. Peer-supported self-management for people discharged from a mental health crisis team: a randomized controlled trial. Lancet 2018;392:409-18 2013;39:1296-1306.
2– Voir www.ccomssantementalelillefrance.org
3– Mis en place par l’université Lyon 1 et le Centre ressource de réhabilitation psychosociale (CRR) du CH le Vinatier,
voir www.centre-ressource-rehabilitation.org

Ce publi-rédactionnel est paru dans la revue santé mentale de mai 2020.

La pair-aidance permet aux personnes qui font face à des troubles psychiques de bénéficier de l’aide et de l’expérience de celles qui s’en sont rétablies. La formation des pairs-aidants, qu’ils soient professionnels ou bénévoles, leur permet de valoriser leur vécu et de disposer d’outils concrets pour accompagner le processus de rétablissement. Des travaux scientifiques ont confirmé l’intérêt de la pair-aidance, certains ayant montré qu’elle va jusqu’à réduire le recours à l’hospitalisation.

Cet ouvrage a pour ambition de faire mieux connaître cette fonction en plein essor, tant aux professionnels qu’aux personnes concernées par les troubles psychiques. Il fait le point sur ses enjeux théoriques et pratiques : rôle des pairs-aidant vis-à-vis des personnes concernées par les troubles ; place dans les équipes de soins et dans la stratégie thérapeutique centrée sur le patient ; formation à la pair-aidance ; bénéfices des interventions, notamment en termes de rétablissement. Le contenu de ce livre s’appuie sur les expériences française, suisse et québécoise - la pair-aidance s’étant développée depuis une trentaine d’années au Québec.

Pair-aidance en santé mentale
Une entraide professionnalisée,
N. Franck et C. Cellard.
ISBN 9782294771194
2020

Extrait de l'ouvrage en accès libre

en savoir plus

Nicolas Franck

Share
Tweet
Share
Share