Passer au contenu principal

Votre navigateur n’est malheureusement pas entièrement pris en charge. Si vous avez la possibilité de le faire, veuillez passer à une version plus récente ou utiliser Mozilla Firefox, Microsoft Edge, Google Chrome, ou Safari 14 ou plus récent. Si vous n’y parvenez pas et que vous avez besoin d’aide, veuillez nous faire part de vos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle expérience.Faites-nous part de votre opinion(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Elsevier
Publier avec nous
Connect

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d'urgence

France | 6 janvier 2022

Par Monique Remillieux

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d'urgence

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d'urgence

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d-urgence

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d-urgence

115 fiches regroupées en 18 parties + annexes sur la fatigue professionnelle et le COVID-19

Découvrez la fiche 20 de la partie 2 : Pathologies respiratoires.

Fiche 20

Association dyspnée aiguë et toux chez une personne âgée

Définition

  • La dyspnée est une difficulté à respirer qui a déjà été définie à la fiche 17 – Détresse respiratoire aiguë et dyspnée aiguë :

    • une dyspnée aiguë évolue depuis moins de 15 jours ;

    • une dyspnée chronique a une durée supérieure ou égale à 3 semaines (dans la littérature francophone).

  • La toux est une expulsion brusque et bruyante de l'air contenu dans les poumons :

    • elle peut être volontaire ou non. Lorsqu'elle est involontaire, c'est un réflexe naturel déclenché par l'irritation des voies respiratoires (trachée et bronches). Elle permet d'en expulser les mucosités et/ou les éléments irritants ;

    • elle peut être aiguë ou chronique ;

    • elle est productive (ou grasse) lorsqu'elle s'accompagne d'une expectoration dont l'aspect varie suivant la cause :

      • les couleurs jaunâtres, verdâtres ou marron orientent plutôt vers une cause infectieuse,

      • la coloration rosée (saumonée), voire rouge, évoque un OAP,

      • un aspect translucide (ou transparent) se retrouve souvent dans les causes virales ou allergiques ;

    • elle est sèche lorsqu'elle ne s'accompagne pas d'expectoration ;

    • elle est qualifiée de quinteuse lorsqu'elle se manifeste en série ; une quinte de toux est une succession (ou une salve) de toux en série.

Diagnostic infirmier

  • L'IDE doit immédiatement rechercher des critères de gravité en faveur d'une détresse respiratoire aiguë (voir fiche 17).

  • Pour mémoire, une détresse respiratoire aiguë est une dyspnée aiguë associée à des critères de gravité respiratoires et/ou hémodynamiques et/ou neuropsychiques.

  • Devant une dyspnée aiguë, l'infirmier doit identifier si le patient est plutôt gêné :

    • à l'inspiration : c'est une dyspnée inspiratoire ;

    • ou à l'expiration : c'est une dyspnée expiratoire.

  • Souvent, le malade est gêné à l'inspiration et à l'expiration de façon équivalente et on ne peut pas qualifier la dyspnée.

Diagnostic de COVID-19

  • Face à la pandémie que constitue, depuis janvier 2020, la COVID-19, l'IDE doit systématiquement évoquer cette maladie chez tout patient dyspnéique qui tousse.

  • La COVID-19 est due au SARS-CoV-2

    (severe acute respiratory syndrome coronavirus 2)

    .

  • La définition de « cas possible » de COVID-19 est la suivante :

    • personne qui a eu un contact à risque avec un cas confirmé dans les 14 jours précédant l'apparition des symptômes et qui présente des signes cliniques évocateurs de COVID-19 ;

    • personne qui n'a jamais eu de contact à risque évident avec un cas confirmé de COVID-19 ;

    • signes cliniques évocateurs de COVID-19 quel que soit l'âge du patient (un seul signe suffit à évoquer le diagnostic) :

      • fatigue (asthénie) inexpliquée,

      • douleurs musculaires inexpliquées (myalgies),

      • céphalées inexpliquées,

      • diminution ou perte totale de l'odorat chez une personne qui n'a pas de rhinite, c'est-à-dire « le nez bouché et/ou qui coule »,

      • diminution ou perte totale de la sensation de goût lorsqu'on mange ;

    • signes cliniques évocateurs de COVID-19 chez les personnes âgées de 80 ans et plus (un seul signe suffit à évoquer le diagnostic) :

      • altération de l'état général (fatigue inhabituelle, manque d'appétit inhabituel, amaigrissement),

      • chutes à répétition,

      • apparition de troubles cognitifs ou aggravation des troubles cognitifs chez une personne qui en a déjà,

      • confusion inhabituelle ou aggravation d'une confusion chez une personne « confuse chronique »,

      • diarrhée inhabituelle et inexpliquée,

      • décompensation aiguë d'une maladie chronique connue et stable jusqu'à présent,

      • aggravation très rapide ou brutale d'une maladie chronique habituellement stable sous traitement.

  • Un cas confirmé de COVID-19 se définit par toute personne, symptomatique ou non, qui a un résultat biologique confirmant l'infection aiguë par le SARS-CoV-2 :

    • test par amplification moléculaire (RT-PCR, RT-LAMP) ;

    • test antigénique ;

    • sérologie.

À savoir

  • Avec l'émergence et la diffusion de nouveaux variants de SARS-CoV-2, caractérisés par une transmissibilité plus élevée, la distance physique séparant un cas confirmé d'une personne saine doit être de 2 m pour diminuer le risque de contamination.

  • Une personne « vaccinée contre la COVID-19 » peut à nouveau avoir la maladie, mais sous une forme « bénigne ». Elle peut donc transmettre la COVID-19 si elle est infestée par le SARS-CoV-2.

Autres diagnostics

L'IDE qui se trouve devant une personne âgée qui présente une dyspnée aiguë et une toux doit évoquer également les diagnostics suivants :

  • une fausse route avec l'inhalation accidentelle d'un aliment (particule solide) ou de liquide (boisson) dans les voies respiratoires ;

  • un œdème de Quincke, souvent d'origine allergique :

    • œdème du visage qui apparaît boursouflé,

    • parfois, démangeaison diffuse et/ou urticaire,

    • la voix peut être modifiée : c'est un critère de gravité à prendre en compte,

    • la dyspnée est quelquefois inspiratoire et le patient peut émettre un son lorsqu'il inspire (c'est le cornage) : c'est un critère de gravité important ;

  • un asthme rarement chez la personne âgée :

    • dyspnée expiratoire avec « sifflements »,

    • le patient a des difficultés à expirer ;

  • une exacerbation aiguë de BPCO fréquente :

    • le patient :

      • a des antécédents de tabagisme ;

      • est obèse ;

    • les facteurs déclenchant cette exacerbation aiguë (ou poussée aiguë) sont multiples ;

  • un OAP : toute dyspnée aiguë avec toux doit être considérée comme un OAP jusqu'à preuve du contraire chez une personne âgée qui a des antécédents cardiovasculaires. Il en est de même pour toute « crise d'asthme » avec une dyspnée sifflante ; 1.une EP (voir fiche 11) ;

  • une pneumopathie infectieuse :

    • typiquement le malade présente l'association toux, dyspnée aiguë et fièvre plus ou moins élevée,

    • chez les personnes âgées grabataires, la pneumopathie d'inhalation est très fréquente.

Prise en charge infirmière

  • C'est celle des détresses respiratoires et des dyspnées aiguës (voir fiche 17).

  • L'IDE doit isoler systématiquement le patient âgé et se conformer au protocole de prise en charge des personnes suspectes d'avoir la COVID-19 en vigueur dans son établissement.

Rôle de l'aide-soignant(e)

C'est celui des détresses respiratoires et des dyspnées aiguës (voir fiche 17).

Voir

Fiche 11 – Maladie thromboembolique veineuse aiguë Fiche 17 – Détresse respiratoire aiguë et dyspnée aiguë Fiche 21 – Crise d'asthme Fiche 24 – Anaphylaxie

Figure 20.1 Arbre décisionnel de la prise en charge infirmière pour une association dyspnée aiguë et toux chez une personne âgée. N.B. : cet algorithme tient compte du contexte actuel de pandémie de COVID-19 d'où l'insistance sur l'éventualité de cette pathologie qui peut être isolée ou associée à d'autres maladies.

Figure 20.1

Figure 20.1

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d'urgence – Les premiers gestes en attendant le médecin © 2022, Elsevier Masson SAS Tous droits réservés. Auteurs Enrique Casalino Professeur des universités - praticien hospitalier. Chef du service des urgences, hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris.

Éric Kargougou Praticien hospitalier au service d'accueil des urgences à l'hôpital Beaujon de Clichy.

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d'urgence Les premiers gestes en attendant le médecin Enrique Casalino, Eric Kargougou ISBN  9782294773426 2e édition, 2022 En savoir plus(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre) IFSI/Infirmier

Sélection d'ouvrage pour les étudiants infirmiers(S’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d-urgence

115 fiches pratiques infirmières face aux situations d-urgence