Pustules

9782294768767_1200.png

Nous vous proposons de découvrir le chapitre 29 du Guide de l'examen clinique et du diagnostic en dermatologie de Dan Lipsker

Guide de l'examen clinique et du diagnostic en dermatologie

Pustules

Il est classique de séparer les pustules en septiques et aseptiques, ce qui suppose de toujours pratiquer un examen microbiologique du contenu de la pustule. De fait, un examen bactériologique, mycologique et virologique est souvent (toujours ?) indiqué. Si des maladies très communes et très prévalentes comme l’acné, la rosacée ou les folliculites sont les causes les plus fréquentes de pustules, il ne faut pas oublier que la pustule peut aussi être la lésion élémentaire au cours de certaines maladies graves, imposant un traitement urgent, comme une septicémie ou une endocardite. Enfin, des pustules aseptiques peuvent être l’expression dermatologique de nombreuses maladies systémiques comme les maladies inflammatoires du tube digestif ou le lupus érythémateux.

Tableau 29.1. Principales causes de pustules

Tableau 29.1. Principales causes de pustules suite

Attention

Des pustules, surtout purpuriques, peuvent révéler une septicémie (gonocoques, méningocoques, Listeria, staphylocoque, Gram –) ou une endocardite. Les mycobactérioses typique et atypique peuvent être pustuleuses (folliculaires). Les pustules (cornées) palmoplantaires sont fréquentes au cours des arthrites réactionnelles.
Chez le nouveau-né, toujours évoquer l’herpès et la candidose congénitale. De façon générale, il faut systématiquement évoquer la possibilité d’une infection virale (infectée) : herpès, VZV, Coxsackies, variole, etc.

Pemphigus à IgA, syndrome de Sneddon-Wilkinson et pustuloses des maladies systémiques (myélome, MICI, lupus érythémateux, SAPHO, etc.) doivent être évoqués en cas de pustules aseptiques, le plus souvent non folliculaires.
Enfin certaines toxidermies graves sont pustuleuses : PEAG, DRESS.

Fréquent

Acné et folliculites banales (staphylococciques, pityrosporiques), rosacée, pustules mycosiques et pustules virales. Les toxidermes pustuleuses et le psoriasis pustuleux ne sont pas rares.

Fig. 29-1. Pustules, érosions et croûtes. Réaction cutanée à un anti- EGFR.

Fig. 29-2. Pustule virale. Orf.

Dan Lipsker est professeur des universités, praticien hospitalier au service de dermatologie des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

Dan Lipsker est professeur des universités, praticien hospitalier au service de dermatologie des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

© 2010, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Vous venez de découvrir le chapitre 29 de l'ouvrage Guide de l'examen clinique et du diagnostic en dermatologie -  nouvelle présentation

Je découvre le livre

Consultez l'ensemble des articles en dermatologie

Share
Tweet
Share
Share