La vie chez Elsevier :
Najamuddin Khan

lieuDayton, Ohio, États-Unis

« Ce qui me motive le plus est que chaque jour est un nouveau défi. Cela peut être un nouveau problème à régler, une nouvelle statistique à intégrer ou de nouveaux flux de données à utiliser. »

Najam Khan

Parlez-nous de votre rôle au sein de l'entreprise. Quel est votre poste ?

Je suis ingénieur informatique chez SciVal. SciVal est l'un des produits proposés par Elsevier pour la gestion de la recherche et je travaille principalement avec HPCC, la technologie de clusters de calcul haute performance. Il s'agit d'un outil Big Data me permettant de générer, au niveau du chercheur, un grand nombre de statistiques, comme des résultats de recherche et des indices H, pour tous les pays du monde entier. Avec Scopus, une autre sollution d'Elsevier qui est la base de données de d'abrégés scientifique la plus importante au monde. Nous traitons les statistiques de la base de données afin de produire de 30 à 40 indicateurs clés destinés aux chercheurs, aux institutions et aux pays du monde entier.

Quelle a été votre plus belle expérience depuis que vous travaillez chez Elsevier ?

C'est sûrement la fois où je me suis rendu au siège à Amsterdam pour une réunion de lancement de projet. J'ai rencontré des personnes du monde entier et des divers services avec lesquels j'ai travaillé pendant des années. Les rencontrer pour la première fois en vrai était exceptionnel. Nous étions en train de développer de nouveaux produits quand tous les commerciaux, l'équipe marketing et l'équipe d'édition sont venus nous rejoindre. Nous avons passé un très bon moment. C'est un très bon souvenir.

Quel est l'accomplissement personnel que vous avez réalisé chez Elsevier et dont vous êtes particulièrement fier ?

Il y a quelques années, lorsqu'Elsevier a lancé un tout nouveau produit nommé Strata, destiné à fournir des outils d'analyse pour les données des chercheurs, j'ai été choisi pour être l'ingénieur en chef et gérer un groupe important d'ingénieurs travaillant depuis différents bureaux à travers le monde : Amsterdam, Italie et plusieurs bureaux en Inde. Parvenir à lancer le produit développé à l'aide d'une nouvelle technologie fut une expérience très enrichissante. Nous avons eu recours à des clusters de calcul haute performance  afin de mettre au point un produit unique destiné à aider les doyens et les documentalistes de nombreuses organisations à prendre des décisions pertinentes dans le domaine de la science et de la technologie.

Comment le fait de travailler chez Elsevier vous a-t-il permis de trouver un équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle ?

Je dirais qu'Elsevier encourage réellement cet équilibre. Mes responsables l'ont toujours encouragé. J'ai des enfants en bas âge et la politique de l'entreprise est très flexible. Si nécessaire, je peux prendre une pause, aller les chercher à l'école, participer à des événements puis revenir. J'ai même récemment commencé à courir pendant ma pause déjeuner. Je prends une douche à l'entreprise puis je me remets au travail, plus rafraîchi et revigoré que jamais. L'équilibre flexible entre vie professionnelle et vie personnelle est donc vraiment encouragé au sein de cette entreprise. C'est l'une des raisons pour lesquelles je travaille ici.

Qu'est ce qui vous plaît chez Elsevier au point de vous lever tous les matins ?

Ce qui me motive le plus est que chaque jour est un nouveau défi. Il peut s'agir d'un nouveau problème à régler, d'une nouvelle statistique à intégrer à l'aide d'un nouvel algorithme que nous avons découvert et que nous pouvons fournir aux clients, ou encore d'analyser un nouveau type de flux de données et d'identifier la façon dont nous pouvons l'utiliser et l'intégrer à nos produits. On ne s'ennuie jamais. Les personnes avec lesquelles je travaille sont très agréables et j'apprends tous les jours auprès d'elles. C'est une entreprise de grande qualité qui souhaite maintenant adopter des technologies plus récentes. Son statut de géant de l'édition impliquait nécessairement de cibler les revues et la recherche, mais on constate maintenant des investissements conséquents dans le développement et l'adoption des nouvelles technologies, notamment avec le passage au Cloud et l'utilisation de technologies de plus en plus innovantes telles que HPCC ou Spark.

Comment le fait de travailler chez Elsevier vous aide à changer le monde ?

Je me sens vraiment fier. Je suis heureux de travailler pour une entreprise dédiée à assister les professionnels de la recherche et les décideurs en leur fournissant les données scientifiques les plus à jour, ce qui leur permet de prendre des décisions avisées et de faire des découvertes révolutionnaires qui, à terme, amélioreront les sociétés dans lesquelles nous vivons. C'est vraiment ce qui me plaît le plus.

Plus de personnes

Photo de Fernanda Gusmão

Fernanda Gusmão

lieuRio de Janeiro, Brésil

Photo de Caroline Jones

Caroline Jones

lieuOxford, Angleterre

Photo de Najamuddin

Najamuddin Khan

lieuDayton, Ohio, États-Unis